[bghumain] Peredur

Ici se trouvent les BGs des héros décédés, paix à leurs âmes.

Modérateurs : Conseillers, Admins et GMs

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Peredur
Elpy
Messages : 7
Inscription : mer. 15 juin 2011 à 17h45

[bghumain] Peredur

Message par Peredur » mer. 15 juin 2011 à 21h44

Peredur ,

« Mémoires d'un homme de qualité »
[ image externe ]

Nom : ne s'en souvient plus
Prénom : Peredur
Age : à peu près 20 ans
Sexe : masculin
Race : humain
Classe : - (à déterminer)
Croyances : Einhasad, mais ne pratique plus vraiment
Langues parlées : Commun
Description physique : Fin, peu robuste. Ses cuisses sont musclées, du fait de ses interminables marches et promenades dans les plaines, forêts et montagnes. Mesure à peu près, un mètre soixante-quinze. Le visage doux, très tendre. Son regard est attentif à tous les détails, il peut observer la même chose pendant des heures.
Autres (particularités) : De tous les éléments naturels, l'eau, exerce une véritable fascination sur lui. Sinon n'a pas vraiment de particularités, pour l'instant. Le plus commun des hommes.
Equipement : Une tenue légère, bordée de cuir, plus pratique pour la marche. Dispose d'une épée, dont il ne s'est jamais servie. Trimbale toujours un gros sac, plein d'objets, avec lui. Il transporte également un livre vierge, qu'il semble remplir au fur et à mesure de son existence.

Premières pages du livre : Biographie et préface.

Ma Vie :
Mon histoire n’est pas longue. Elle n'a pas un grand intérêt non plus, mais on sait jamais, y a p’tet quelqu’un qui s’intéresse à moi donc j'me lance :
Je suis né sur une île. Althena, je crois. De toute manière, c’est pas terrible comme ville. Pas la peine de s’attarder là-dessus.
Mes parents m’ont appelés Peredur, ça leur rappelait un fier guerrier. Pff quelle bêtise. Ils ont jamais rien compris à l’histoire eux. La guerre c’est pas drôle, quel fierté on peut avoir à tuer des gens ?
Eux, c’est des financiers, ils chapotent un peu tout c’qui est en rapport avec l’argent. Mais j’ai pas tout compris, c’est un peu compliqué.
Bref, c’qui est à savoir c’est que de l’argent, bah ils en ont pas mal. Ils ont pleins de maisons, une certaine notoriété.. Ouais, c’est ça qu’on dit : notoriété. Le seul hic, c’est que leur fils, bah c’est pas celui qu’ils attendaient.
Je suis tout le contraire.
J’aime ni l’argent, ni les études, ni les armes. (Enfin, une arme, j’en ai une comme tout l’monde, mais j’l’ai jamais sortie de son truc pour le ranger là.. Ch’ais plus comment ça s’appelle. )
Moi c’que j’aime c’est la nature, les oiseaux, l’eau qui coule. Tout ça c’est joli, et ça fait des longues prom’nades. En fait, ce que j’aime par dessus tout, c’est observer. C’est un sport passif, mais au moins c’est pas dangereux et pas trop fatiguant non plus.
C’pour ça, ils m’ont viré d’la maison. Ils disaient que je faisais honte à la famille.
La blague.
Au moins, ils ont pas fait leurs rats : ils m’ont filé un tas d’objet de valeur, avec ça je peux vivre correctement jusqu’à la fin d’ma vie sans travailler.

Avant propos, ou Impression sur le monde :
Du coup, j’me balade sur le continent. J’ai croisé pas mal de gens, souvent des abrutis qui allaient se faire tailler en pièce dans les heures qui suivaient. Des bourgeois, des petits nobles et même une fois un roi, enfin je crois.
Le plus marrant c’est que quand je raconte mon histoire aux gens, ils me regardent autrement. Ils se sentent supérieur à moi pac’que, eux, ils ont ‘’ un but dans la vie ‘’. Ils me font bien rire. Quand je leur demande qu’est-ce que c’est, ils me disent « protéger les terres du Sud » ou du Nord, ça dépend à qui je m’adresse.
Alors, j’leur demande si elles sont à eux. Ils me disent que non. Du coup, moi logique, je cherche à comprendre pourquoi ils y tiennent tant si c’est pas à eux et là la seule réponse que j’obtiens c’est un truc vague.
En fait, j’ai compris quelque chose.
La plupart de ces gens là s’battent pour des valeurs qu’on leur a transmises ou apprises, mais y s’sont jamais d’mandés si c’était les bonnes, et à quelle fin ça les emm’nait. La plupart s’ront mort avant d’avoir compris.
Et c’est comme ça, que depuis des générations y a un mec ou deux, au dessus, qui arrivent à commander des foules immenses.
Ils prétendent vouloir défendre et protéger l’honneur de leur peuple, mais en fait, c’t’un bon prétexte pour faire grandir son pouvoir.
Moi j’dis chapeau, messieurs.
Mais c’est pas pour autant que j’vais participer à vos âneries.
Haha, je me souviens encore d’l’autre fois à Gludio. C’est qu’il a faillit m’en mettre une le soldat.
Tsss... Ils sont trop formatés pour qu’on leur ouvre les yeux.

Alors, moi, je me tais et je regarde.
Oui, je regarde le monde. Comment il évolue.
Et autant t’avertir tout d’suite, lecteur, la suite risque de pas t’plaires.
Dernière modification par Peredur le jeu. 14 mars 2013 à 18h48, modifié 6 fois.

Avatar de l’utilisateur
Peredur
Elpy
Messages : 7
Inscription : mer. 15 juin 2011 à 17h45

Re: [bghumain] Peredur

Message par Peredur » jeu. 23 juin 2011 à 00h31

Tome premier, la Guerre

Chapitre premier, la Vision du Sud :
Par soucis de transparence et d’authenticité, il a été décidé de nommer ceux qui ont contribué à cette œuvre.
Remerciements à « ... » [les noms viendront s’ajouter au fil des rps]
Ce qui suit n’est en aucun cas la vision de l’écrivain, il s’agit d’informations tirées de témoignages divers qui auront été retranscrits. L’auteur se contentera simplement d’apporter ses conclusions à la fin de l’ouvrage et de teinter son récit d’ironie et de remarques totalement subjectives.
Ce dernier assume l’entière responsabilité, d’un éventuel dérapage ou autres maladresses. En effet, malgré un effort important d’écriture, l’auteur n’est en aucun cas un prosateur et dispose d’un certain.. franc parlé.


Aden, Verdel, le 29 Tombeglace de l'an 49


[ image externe ]

« Aden, la splendide, l’éclatante, la lumineuse. Cité dont on peut lire l’histoire dans ses pierres.. Ah, quelle histoire...»

Bon, ça suffit on va pas non plus radoter pendants des heures. On sait qu’elle est belle, qu’elle a une histoire longue comme le bras, tout ça. Ça ne l’empêche pas, du haut de sa superbe, d’être sacrément dans l’purin. Aujourd’hui j’ai pu d’ailleurs constater l’ampleur du désastre.
J’étais assis, tranquillement, sur les marches de la ville à observer la place quand j’ai été pris à parti par un orc. Ah, ça quelle surprise j’ai eu en l’vant les yeux d’voir un bonhomme tout vert d’vant moi. Un dénommé Varg Urshalk. On a longuement discuté. J’lui ai fais part d’mes commentaires sur la guerre, il ne les a pas trop apprécié, encore moins mon oisiveté pendant cette période. Alors, j’lui ai demandé pourquoi il se battait, lui.
Pour m’expliquer la raison de son combat, il m’a amené devant un front. Ou plutôt un champ de bataille. Bah, j’peux vous dire que c'était pas beau à voir. Des hommes crevés, blessés partout, d’vant des bêtes qui les harcelaient. Tout ça à cause d’une fichue porte. La porte aurait été ouverte par un dieu. Varg m’a expliqué que chaque jour ces hommes se battent pour sauver leur foyer, leurs familles et notre monde. Au début j’étais un peu sceptique, mais en regardant de plus près les monstres qui sortaient d’la porte, j’ai vite compris. Il m’a ensuite invité à regarder autour de moi, regarder le paysage... Ou plutôt ce qu’il en reste. Je n’avais pas fait attention, mais le spectacle était effroyable. Des arbres morts, plus de végétations, pas d’oiseaux, rien. Même moi, je pouvais entendre les plaintes et les gémissements de la nature.

Je suis parti le cœur noué et plein de ressentiments, mais il faut rester neutre.
Oui, il le faut. Sinon jamais je ne pourrai aller voir le Nord.
Dernière modification par Peredur le jeu. 14 mars 2013 à 18h49, modifié 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
Peredur
Elpy
Messages : 7
Inscription : mer. 15 juin 2011 à 17h45

Re: [bghumain] Peredur

Message par Peredur » jeu. 23 juin 2011 à 00h34

Aden, Lunem, le 13 Blancheterre de l'an 49


[ image externe ]

« Les héros ne sentent pas bon ! »

Non, pour sûr, ils ne sentent pas bon. Il y a peu, ceux qui se prétendent défenseurs de valeurs et de noblesse ont mené un assaut sur un poste de frontière entre l’Nord et l’Sud. Jusque là rien d’très choquant, toujours la même rengaine, des blessés et des morts : on a l’habitude de ce genre de choses maintenant.
Mais v’là que pour changer l’tout, une fois l’Sud sa triste besogne accomplie, ils se sont mis à lâcher des rats porteurs de maladie d’l’autre côté de la frontière. Ah ça ! Un bel exemple. Quand j’pense qu’y a quelques jours encore l’sieur Varg me faisait l’apologie du Sud. « On combat pour protéger nos foyers, notre terre, le monde »
Bah si c’est l’cas, ils s’y prennent vraiment mal ! Pour le coup, ils n’protègent pas l’monde, au contraire, ils l’affaiblissent en répandant des maladies.
Ce n’est pas le genre de choses avec lesquelles on joue.. La maladie, par essence, c’t’une chose qu’on a du mal à contrôler, et eux, ils font les apprentis sorciers. Charmant. Non vraiment. Une leçon d'humanité et de sagesse.
Et puis, je ne vous parle pas des valeurs, parce que là, pour des gens qui aspirent à un sens de l’honneur sans limite et à une haute vertu, ils s’sont comportés comme les derniers des démons. Ouais, lecteur du Sud, tu n’apprécieras certainement pas ce passage parc’que je n’pèse pas mes mots, mais tant pis.

Nord, Sud, finalement, où réside la différence ?
Ils n'arrivent même plus à se démarquer par leur comportement.
Peut-être qu'à combattre toute sa vie des monstres, on finit par en devenir un.
Dernière modification par Peredur le jeu. 14 mars 2013 à 18h50, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Peredur
Elpy
Messages : 7
Inscription : mer. 15 juin 2011 à 17h45

Re: [bghumain] Peredur

Message par Peredur » mer. 27 juillet 2011 à 15h09

Sumbra, le 24 Vertefeuille de l'an 49

Cher lecteur,

Je n’ai plus rédigé d’article depuis plusieurs mois. Ne crois pas que je m’arrête en si bon chemin.
C’est juste que, peu après avoir écrit ma note sur le lâché des rats, on m’a dit que ma plume était une arme.
Au début ça m’a fait peur. Tu penses bien que pour quelqu’un qui ne veut pas s’engager, c’est un peu contradictoire. Mais la vie n’est elle pas faite de contre-sens ?
Je t’avouerai que pendant un temps, cette affirmation m’a un peu refroidi. J’ai finalement décidé de continuer à écrire, mais pas pour un camp ni pour un particulier. Je me mets simplement au service de personne et en même temps de tous. Enfin, ne blatérons pas pendant trois heures sur ce genre d'ânerie. Des gens qui ont déjà réalisé ce que j’entame à peine, ils se comptent par milliers. Tu comprendras tout d’même, mon cher lecteur, que, avec un poids pareil sur les épaules, je ne pouvais qu’éprouver le besoin d’améliorer mon niveau de langue. Je suis allé m’adresser aux grands littéraires de ce monde, tu sais, cette petite partie de la société qui détient tout le savoir et qui aide si communément les âmes désœuvrées. A ma grande surprise, ils m’ont refusé l’entré dans leurs lieux sacrés. Que veux-tu, les « paysans » n’ont rien à faire dans ces grandes institutions. Je le conçois, chacun doit rester à sa place. Aussi devrai-je retourner labourer des champs et par là même, mon cerveau. Mais j’ai préféré qu’il en soit autrement.
Je suis, à mon grand bonheur, tombé sur un homme dont la science et la sagesse dépassent de plus de dix pouces les largesses de nos princes. Je tairai son nom, il n’apprécierait sans doute pas que je l’ébruite. Il m’a, pendant ces quelques mois, enseigné les bases de notre belle langue et c’est en ces termes que je t’écris, lecteur. Si mon parlé rustre, mais quelque peu travaillé, te manque, ne t’en fais pas ; il reviendra. Ne dit-on pas que chasser le naturel le fait revenir au galop ?
Dernière modification par Peredur le dim. 31 juillet 2011 à 14h04, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Peredur
Elpy
Messages : 7
Inscription : mer. 15 juin 2011 à 17h45

Re: [bghumain] Peredur

Message par Peredur » sam. 30 juillet 2011 à 20h39

Lunem, le 19 Brûleblé de l'an 49

[ image externe ]


Ce soir, comme à mon habitude, je marche. Seulement, la promenade s’est avérée plus longue que d’ordinaire. Je pense m’être égaré, où suis-je ?! Dans la campagne d’Aden, de Gludio ou d’une autre terre ? Je ne panique pas pour autant. Aujourd’hui j’ai décidé de remettre mon sort à la nuit. Tout est sombre autour de moi, très sombre. Je ne vois presque rien. La voûte étoilée n’y peut pas grand chose, les nuages ont pris le dessus. Des loups se mettent à hurler, des chouettes à crier. La nature paraît bien agitée en cette nuit de Brûleblé. Peut-être vais-je disparaître ici, perdu dans ce néant, mais j’en doute. Une pâle lueur illumine mes pas. Je ne sais pas d’où elle vient mais elle me guide. J’avance. Le décor est toujours très noir, mais il me semble qu’au fur et à mesure de mon chemin la lueur devient une étincelle, puis, un faisceau. Plus je continue, plus la lumière croît. Elle est, à présent, un halo qui illumine toute la vallée. Je m’approche et je vois. Ce n’est rien qu’un village, mais sa lumière m’a éclairé à des lieues d’ici. Je rentre dans ce village, le lieu paraît très joyeux. On me convie à diner et fêter. Je demande fêter quoi, ils me répondent, rien.
Je n’y comprends pas grand-chose, mais je me prête à leur jeu. On mange, on boit, puis on commence à chanter, danser. Les mets sont raffinés, le vin de qualité, les chants exquis et les danses toutes aussi bien menées. Je m’enivre avec allégresse. Je n’ai jamais passé un moment aussi agréable et pourtant jamais les temps n’ont été aussi tourmentés. Je suis venu dans ce village en étant perdu, poursuivi par des bêtes et aveuglé par une obscurité complète. Je n’étais pas dans de bonnes dispositions pour passer la meilleure soirée de ma vie, cependant ce fut le cas.
Beaucoup de gens pensent que la nuit est synonyme de malheurs et ténèbres. Il ne tient qu’à toi, lecteur, d’en éprouver l’inverse. Tous ceux qui voient en l’obscurité une entité destructrice et mauvaise se trompent. Elle n’est qu’un support qui permet de mieux percevoir la lumière.

Ainsi, nombreux sont les gens qui s’égarent et traversent,
un long moment durant, les ténèbres,
mais ce n’est que pour mieux retrouver un chemin plus radieux.

Avatar de l’utilisateur
Perceval
Conseiller
Messages : 879
Inscription : dim. 10 avril 2011 à 15h53
Personnages : Anàrion
Adalbert (PJ décédé)

Re: [bghumain] Peredur

Message par Perceval » mar. 13 décembre 2011 à 17h32

Lunem, le 1 Blancheterre de l'an 51

« Au fond, j’crois que la terre est ronde,
Pour une seule bonne raison,
Après avoir fait l’tour du monde,
Tout c’qu’on veut c’est être à la maison
»
Chanteur contemporain
___________________________________________________________________
V’là quelques années que je voyage sur le continent dans le but d’écrire ce fichu livre. J’en suis las. Trop longtemps j’ai cru que mes mots serviraient à quelque chose. Il n’en est rien. Aujourd’hui, il n’y plus de Nord, plus de Sud. Le Nord a englouti le Sud, si je puis m’exprimer ainsi, puis a balayé tous les vestiges de la Lumière, traquant ses derniers partisans. L’actualité ne me permet pas d’en dire plus, je risquerai de voir ma tête rouler par terre. Je rajouterai simplement que lorsque quelque chose disparaît, on prend enfin compte de son importance. J’ai cherché à railler les héros du Sud, mais j’ai eu tort de ne pas plus blâmer ceux du Nord, ça a été leur faire trop d’honneur. Rectifions le tir.

Mal gré leurs déboires, les sudistes ont combattu pour des valeurs qu’ils jugeaient dignes. Même s’ils m’ont paru bien stupides dans certains de leurs propos, ils ont défendu la liberté, seule et unique vertu de ce monde. Oui, ils ont pu mal agir, mais jamais dans une autre optique que celle de rétablir le bien. Ils ont été menés par des chefs charismatiques, qui ne sont malheureusement plus de ce monde. Citons le grand Angueran, meilleur roi qu’Ether ait pu connaître, la petite reine Thyla, morte dans d’atroces conditions, sa seconde Khira, à la sensibilité si développée et le caporal Wiel, qui gît maintenant en plusieurs morceaux. N’oublions pas non plus les milliers de héros anonymes qui sont morts durant ces années de guerre, n’effaçons jamais leurs faits d’armes de nos mémoires, n’enterrons pas les valeurs pour lesquelles ils sont morts. Mais le plus important, à présent, est de ne pas délaisser ceux qui sont encore en vie et qui ont besoin de nous.

Pour ma part, je vais m’en retirer chez moi. Mes parents sont morts. J’ai hérité d’une belle demeure en Althéna, en plus de leurs biens. J’ai de quoi finir ma vie dans des conditions que nombre de gens envient. J’ai apprécié marcher dans les prairies et dans les forêts, j’ai aimé visiter les plus grandes villes d’Ether, j’ai adoré dresser un bilan de notre monde. Mais aujourd’hui, je n’ai qu’une envie : retourner chez moi et laisser le monde à ses dirigeants. Et puis, mes phrases n’ont pas servi à grand-chose, si ce n’est peut être, amuser quelque passant.

« Laissez-les nous haïr, pourvu qu'ils nous craignent. »
— Lucius Accius.

Répondre