[bgdémon] Tanist Haagenti

Ici se trouvent les BGs des héros décédés, paix à leurs âmes.

Modérateurs : Conseillers, Admins et GMs

Répondre
_Andrealpha_
Flame of Splendor Barakiel
Messages : 539
Inscription : mar. 17 août 2010 à 18h31
Personnages : Tanist Haagenti
Ilsendir Erilame (RIP)

[bgdémon] Tanist Haagenti

Message par _Andrealpha_ » mar. 31 juillet 2012 à 00h57

Nom : Haagenti
Prénom : Tanist
Nom Démon : Whedab Caex
Titre : Gorm'Diss
Age : Inconnu
Sexe : Mâle
Race : Elfe Noir

Métier : Templier

Compétences :
Classes : Shillien Templar
Subclasses : Spectral Danser, Shillien Saint, Mystic Muse.
Combat : Epée à une main et bouclier, Danse Lames
Magie : Eau, Vent, Magie des soins, Transmutation

Pouvoirs démoniaques : Vent abyssal

Métamorphoses : Onyx Beast, Death Blader, Unicorn

Alignement : Loyal Mauvais

Langues parlées : Commun, Elfe, Sombre, Démon
Image
Image
Description physique :

Devant vous se tient un sombre de grande taille aux gestes et à la démarche souple.
Il affectionne les tenues sobres portées près du corps qui mettent en valeur sa fine musculature.
Ses cheveux sont d’un brun foncés parsemés de quelques mèches de couleur carmin. Ils sont portés mi long. Une frange couvre partiellement le coté gauche de son visage sans que cela ne semble le gêner.

Les courbes de son visage sont harmonieuses et les traits finement dessinés. Ses yeux verts émeraude observent le monde qui l'entoure d’un regard froid et dénué d’émotions.


Caractère :

D’une nature froide et détachée, Tanist peut sembler se désintéresser de tout.
C’est une façade derrière laquelle il observe soigneusement son environnement.
Qu’il lui soit donné d’observer un déploiement de puissance et une lueur de convoitise brillera dans son regard.
Situation financière : Aisée.

Comportement social : Cultivé

Type d’éducation reçue : Éducation stricte, apprentissage des us et coutumes

Popularité et/ou influence : TBD

Pensée politique : Allégeances à Shilen et Timiniel

Croyances :
Shilen : Dévotion totale
Timiniel : Dévotion

Autres Dieux : Conscient de leur existence, il n'a aucune considération pour celle qui a abandonné son peuple à des mains qu'il juge indignes.


Relations extérieures : Inconnues
Elfes : Aversion
Humains : Aversion
Kamaels : Neutre
Nains : Neutre
Orques : Neutre
Image
Spoiler:
Liens vers le passé de Tanist :
http://www.vae-soli.fr/viewtopic.php?f= ... 00#p251200
Seul trace visible de ce passé, son regard émeraude se teinte de reflets dorés quand l'âme d'Ilsendir prend le pas sur l'esprit de Whedab Caex. Il est alors possible à quelqu'un ayant très bien connu l'elfe d'éprouver un sentiment de déjà vu.
Dernière modification par _Andrealpha_ le mar. 7 août 2012 à 13h49, modifié 5 fois.

_Andrealpha_
Flame of Splendor Barakiel
Messages : 539
Inscription : mar. 17 août 2010 à 18h31
Personnages : Tanist Haagenti
Ilsendir Erilame (RIP)

Re: [bgdémon] Tanist

Message par _Andrealpha_ » mar. 31 juillet 2012 à 00h59

Origine
Il ouvre les yeux sur l’obscurité. Non, c’est autre chose. Il y a ici ni lumière ni ténèbre. A-t-il seulement ouvert les yeux ? Il tente de lever sa main, mais rien ne bouge. Aucune sensation. A-t-il seulement un corps ? Pourtant, une sensation de froid l’envahit lentement. Elle est là, en lui. D’abord un léger engourdissement, devenant morsure. La douleur s’en mêle, s’accentuant petit à petit. Il tente de crier, mais aucun son ne sort.

Il n’a aucune idée du temps qui s’est écoulé depuis qu’il a repris conscience. Le froid et la douleur sont toujours là, mais il les ressent différemment, comme à travers un filtre. D’autres choses ont changées. Des points lumineux glissent sur les ténèbres environnantes. Il n’est plus seul, ils se rapprochent. Il commence à ressentir leur souffrance, leur peur, leur colère, leur faim. Ils se jettent sur lui, de toute part, tente de l’attraper, de le dissoudre. Il se bat, il s’échappe, s’extirpe de la masse enfin…

Puis il perçoit autre chose, une voix, lointaine. Subjugué, il flotte vers l’origine de ce son. Les autres sont restés en bas. Sur le voile de ténèbres se dessine une silhouette. Il ne peut la nommer mais se sent lié à cette forme. Pourtant, plus il approche, plus une partie de ce qu’il est se révulse, jusqu’à ce que la peur et la souffrance lui fasse stopper sa progression. Danger lui hurle une fraction de sa conscience. Survie lui conseille l’autre part. S’engage une lutte contre lui-même, combat silencieux, longtemps indécis. Puis avec une terrible lenteur, l’esprit se déchire pour se scinder en deux entités distinctes.

Alors que l’une retombe vers l’abime, lui s’élève vers la silhouette. Il a oublié la peur et la douleur, bercé par l’aura qui entoure celui qui lui fait face. Il tend la main, l’effleure. L’espace d’un instant, il prend conscience d’autres présences qui se jettent sur lui. Elles le broient, l’écartèlent, la douleur est insupportable. Il résiste, s’accroche à ce qu’il a de plus cher pour ne pas sombrer. Enfin, l’épreuve s’arrête. Il se sent entier, ils « sont ».

Mon frère, son retour est proche, la destinée va s'accomplir, nous avons déjà commencé son œuvre. Tu dois nous rejoindre dans le monde des mortels. Là bas, une place t'attend. Trouve-là. L'heure de l'union a sonné. Prépare-toi à la traversée.

Son frère, ils le savent désormais, entame un chant dont les sonorités s’élèvent, les entraînant vers le haut sans qu’ils puissent opposer la moindre résistance. Leur vitesse ascensionnelle croît régulièrement jusqu’à devenir oppressante. Soudain, dans un choc sourd, quelque chose freine leur course. L’environnement a changé d’un coup. Si les ténèbres persistent, au vide succède l’oppressante sensation d’être englué dans un liquide visqueux.

Autour de lui, des âmes innombrables, condamnées dans cet entre-deux. Elles leur parlent, les exhortent à cesser sa course. Des doigts vaporeux tentent de les retenir. Leur ascension ralentie. Qu’ils s’arrêtent et c’est pour l’éternité qu’ils arpenteront l’Hinnom. Sans en prendre conscience, les volontés s’unissent dans un but commun. Un visage se dessine dans un des esprits. Elle l’attend, là-haut. Il lui a promis de la retrouver. L’autre veux assouvir sa soif, pouvoir exister pour se gaver de puissance. La fin est la faim. Alors ils se débattent, s’arrachent aux mains qui le retiennent. Plus loin, encore plus loin. Ca y est !

Dans le bassin, le cocon jusqu’alors immobile commence à palpiter d’une vie propre. La surface se ride de fines vaguelettes concentriques venant s’écraser sur le rebord. Ce qu’il renferme s’agite, pousse sur les parois tandis qu’enfle le chant des officiants. Puis la soie se déchire, laissant passer une main, un bras. Enfin, s’extrayant de sa gangue apparaît le corps nu d’un sombre de grande taille, ruisselant du sang de la fontaine. Les chants cessent et les regards se braquent sur la silhouette levant la tête vers le ciel, les yeux clos. Le vortex s’illumine brusquement de teintes pourpres alors qu’il inspire vigoureusement, poussant un cri rauque.

_Andrealpha_
Flame of Splendor Barakiel
Messages : 539
Inscription : mar. 17 août 2010 à 18h31
Personnages : Tanist Haagenti
Ilsendir Erilame (RIP)

Re: [bgdémon] Tanist

Message par _Andrealpha_ » mar. 31 juillet 2012 à 23h47

Naissance
J’ouvre les yeux… Premières images… Un ciel aux lourds nuages sombre veinés de pourpre au dessus de la tête. Autour, plusieurs sombres inconnus et lui, mon frère ? Ma vision se brouille par instant alors que j’essais de fixer mon attention sur ceux qui parlent. Je reconnais des voix mais les visages me semblent inconnus. Une désagréable sensation d’humidité me pousse à regarder vers le bas. Je suis nu, enfoncé jusqu’aux genoux dans ce qui semble être une fontaine de sang.

Alors viennent les questions… Que fais-je ici ? Mère, oui. C’est pour elle que je suis ici. A moins… Non, il y a une autre personne… Mais qui ? Comment suis-je arrivé ici ? Mon frère m’a appelé. Pourtant, je ne me rappelle pas avoir un frère… Je… Moment de panique au moment où mon nom m’échappe.
J’essais de lever la main… Des picotements mais rien ne se passe. Il me faut sortir de la fontaine, laver le sang qui couvre mon corps. Un pas… La surface du bassin semble s’élever, de plus en plus vite. Puis le noir…

Je me réveille dans un lit, dans une pièce petite mais propre. Le mobilier qui la compose est simple et fonctionnel. Une table et une chaise. Un miroir surplombant le tout. Rien de plus. Des vêtements sont posés sur le dossier. Je me redresse, puis glisse une jambe après l’autre hors du lit. Assis là, j’essais de rassembler quelques souvenirs. La chute, la fontaine… Rien… Je me concentre… Une vive douleur m’arrache un gémissement. Vaincu, les dents serrées, je me recouche…

Combien de temps ai-je dormis ? Longtemps sans doute car la faim me tenaille. Avant d’ouvrir les yeux, son parfum et son aura trahissent sa présence. Elle se penche sur moi, passe sa main sous ma nuque. J’ouvre les yeux pour la voir approcher une fiole de ma bouche.

Vulsh nomeno, wux geou kiwieg desta


Instinctivement, j'entre ouvre les lèvres. Elle y verse un liquide tiède au goût acre et sucré, qui glisse au fond de ma gorge. Je n'ai pas peur. Elle me murmure des mots, sa voix est familière. Ma faim s’apaise. Mieux, le breuvage me redonne quelques forces. J’en redemande, j’en veux plus, mais elle refuse.
Elle me rassure, même si je ne comprends pas tout. Mon esprit est encore embrumé. Un nom revient souvent. Tanist… C'est ainsi qu'elle me nomme. A peine le temps d'en prendre conscience pleinement que je retombe dans le sommeil.

Toujours la chambre. Sans fenêtre, impossible de situer le lieu ou le moment. La luminosité, faible, semble provenir d’une dalle phosphorescente au plafond. Des champignons, j’ai déjà vu ça avant. Mais où ? L’expérience de l’autre fois m’incite à ne pas chercher plus avant. Je me redresse, titube un instant, pris de vertiges. Pourquoi n’est-elle pas là ? La faim se fait sentir et j’ai besoin de ce liquide, de la puissance qu’il me procure. J’éprouve le besoin de sortir, d’aller chercher une de ces précieuses fioles. L’air de la pièce est froid. Je me lève pour passer quelques vêtements mais mes jambes ne l’entendent pas ainsi. Les quelques pas jusqu’à la chaise durent une éternité. Chaque mouvement nécessite un effort intense. Essoufflé, j’arrive à destination, posant la main sur la tunique. De la soie d’araignée, douce au toucher, excellente qualité. A cet instant, mon regard se porte sur le miroir… Tanist ! Ce nom percute mon esprit alors que j’observe le visage qui me fait face, mon propre visage. Tanist Haagenti est mon nom mais frère m’appelle autrement…
Les traits sont harmonieux, la peau sombre. Des cheveux bruns mi-long agrémentés de quelques mèches de couleur carmin. Une frange couvre partiellement le coté gauche de mon visage. D’un geste de la main, je la pousse vers l’arrière afin de chercher mon propre regard. Des yeux vert émeraude… La douleur est là, soudaine, écrasante. Avant de heurter le sol, j’ai le temps de saisir quelques images. Parmi elles, une sombre m’appelant…

La porte se referme avec un léger grincement. J’ai perdu le compte de ses visites mais j’attends cet instant avec impatience. Comme à chaque fois, elle vient m’apporter ce liquide dont je me nourris, et m’enseigner tout ce que je dois savoir avant de quitter cet endroit. Je lui dois aussi les quelques livres de magie posés sur la table ainsi que le petit livret bleu du Sssiks Olath.
Les jours passent et je me sens mieux, même si j'ai encore du mal à m’habituer à ce corps et à ce reflet. Aujourd'hui, je me tiens debout. Nous avons fait une promenade hors de cette chambre, courte certes, mais quel plaisir. Je voudrais marcher plus, mais la fatigue arrive encore très vite. A notre retour, épuisé, je m'allonge immédiatement, le regard fixé vers le plafond. Elle me parle mais une chose attire mon attention. Un autre parfum se mélange au sien. Le temps d’apercevoir la sombre qui se tient sur le coté de la porte et je sombre dans le sommeil. Quand j’ouvre les yeux, elles sont penchées sur moi. Je sens une main sur mon cou, une autre sur mon front.

Batobot ui, ulph desta


J’avale la fiole d’un trait, regrettant sa faible contenance. Les effets apparaissent rapidement. Je frissonne alors que l’énergie irradie à travers mon corps, jusqu’à aux extrémités. Quelle sensation plaisante, malheureusement trop éphémère. Elle m’a assuré que je trouverai d’autres sources une fois sorti de ce lieu. Pour l’heure trop faible et vulnérable, je dois patienter. Tandis que la première me prodigue quelques conseils dans notre langue, je m’attarde sur la nouvelle. Ses traits me semblent familiers. C’est étrange, je ressens sa peur, presque palpable. Pourtant, j’ai une apparence des plus normales, avantageuse même. Alors pourquoi ? Plus je la regarde et plus je sens monter en elle la crise de panique. Ce jeu m’amuse un temps, puis la fatigue a raison de ma résistance.

Allongé dans le lit, encore… Je ne suis pas seul dans la pièce. Elle est assise là, inquiète, tenant à la main un petit coffret en bois. Je l’observe sans retenue. Jeune, belle et désirable, rougissant légèrement sous mon regard insistant. Des pensées lubriques prennent corps tandis que je détaille ses formes. Maudit soit mon état de faiblesse. Elle devrait être à ma merci et non le contraire. Puis je croise son regard…
La douleur balaye mes envies alors que de nouvelles images s’imposent à mon esprit. Une cascade en arrière plan, elle tout près, son regard est brillant, elle me sourit. La pâleur de la main posée sur sa joue m’intrigue. Elle est sensée être mienne, mais je suis sombre. Alors qui ? Encore ce nom qu’elle prononce tendrement. Les images s’estompent, je suis assis sur le lit, tremblant.

Elle est debout, sa main posée sur la mienne. Son contact est doux, rassurant. Sa présence m’apaise, comme si nous étions liés. Son regard est le même que celui entrevu dans ce souvenir. Seulement, je peux y percevoir peur et inquiétude. Elle détourne le regard le temps d’ouvrir le coffret en bois maintenant posé sur le lit. A l’intérieur, un médaillon finement ouvragé repose sur une feutrine bordeaux. Elle sort le bijou et le place dans ma main. Je l’observe, le retourne entre mes doigts, effleure le fermoir sur le coté. Une petite pression du pouce libère le couvercle qui pivote autour d’une charnière invisible, découvrant son contenu. Une mèche de cheveux dans le fond, sombre, souple et soyeux. Sur le couvercle, deux initiales entrelacées par un liseré de lierre…
De nouveaux souvenirs affluent alors que je lève mon regard sur elle. Niché au creux de sa poitrine repose le jumeau du médaillon qu’elle m’a remis à l’instant, mais aussi quand j’étais lui. Nul besoin de l’ouvrir pour savoir ce qu’il contient. J’accroche enfin son regard, prononçant son nom…

Je me sens presque bien, enfin. Mais il me reste tant à apprendre. J'ai lu le livret bleuté qu'elle m'avait confié, intéressant. C'est une jolie porte d'entrée dans le monde de Shel'Oloth. Aujourd'hui je sais où aller, l'heure de la promenade est proche. Cette fois, j'irai seul afin de vérifier l’exactitude du savoir couché sur le papier. Je la croise en chemin. Elle m’entraîne à sa suite pour me faire visiter les bâtiments du Sssiks Olath. C'est plutôt spacieux et accueillant. Nous nous dirigeons ensuite vers son bureau où nous entamons une longue discussion me concernant, puis concernant la ville et les implications de certains. Comment ne pas accepter ? Elle inscrit mon nom sur la liste officielle des membres de la cité sombre avant de faire de même pour celle du Sssiks Olath. Nous échangeons quelques mots sur l'avenir. Je suis pressé, tellement pressé…
[MAJ : clantage Sssiks Olath]

_Andrealpha_
Flame of Splendor Barakiel
Messages : 539
Inscription : mar. 17 août 2010 à 18h31
Personnages : Tanist Haagenti
Ilsendir Erilame (RIP)

Re: [bgdémon] Tanist Haagenti

Message par _Andrealpha_ » lun. 17 juin 2013 à 21h32

Apprentissage
Après plusieurs semaines, le corps se stabilise et les apports de sang s’espacent. Les muscles se tonifient et il devient capable de s’entraîner avec une lame, d’abord vêtu d’une simple tunique de lin, puis équipé de cuir clouté. Afin de limiter ses contacts avec l’extérieur, une des ailes de la maison des soins lui est réservée. Seules Narhethi et Jasdriane y sont admises.

La première lui enseigne ce qu’il doit savoir de lui-même, sur le sang qu’ils partagent, sur l’avenir tracé devant eux. Elle a traversé cette épreuve avant lui. Elle le guide, s’assure de son évolution et lui apporte toujours ces petites fioles dont il raffole. La soif demeure, mais de besoins impérieux, elle devient désir contrôlé. Il s’y adonne régulièrement en sa compagnie.

La seconde lui rappelle ce qu’il a été, les moments qu’ils ont partagés. Il a oublié une bonne partie de ses souvenirs, mais se rappelle des quelques événements qui l’ont amené là. Elle veille à son rétablissement, le soigne quand il se blesse à l’entraînement. Elle a remarqué le léger changement physique qui accompagne le passage d’une présence à l’autre. Ce qu’il est devenu lui fait peur mais elle espère retrouver celui qu’il a été.

Seulement, ces changements alertent l’abyssal qui, chassé par cette autre présence, se trouve alors enfermé, sans contrôle de cette enveloppe, privé de sens, pour reprendre conscience en des lieux et des moments de la journée différents. Il expérimente ces absences plusieurs fois avant d’en faire part à sa sœur qui ne tarde pas à comprendre. Puisqu’il semble que ce phénomène ne se produit qu’en présence de Jasdriane, elle décide de la faire surveiller discrètement.

Les informations obtenues confirment les soupçons de Narhethi sur les relations entretenues par la soigneuse et l’ancien régent d’Oren. Il est trop tard pour faire payer à l’elfe le prix d’un tel blasphème, et puis son frère lui est lié désormais. Alors la colère de la Valsharesse s’abat sur la cousine de Kelthar qui est arrêtée puis exilée sur l’île de Terramorci. Bien que les pertes de contrôle cessent suite à sa décision, Narhethi ne peut se permettre que la situation se reproduise. Son frère doit commencer un nouvel apprentissage…

Je flotte dans un liquide chaud, visqueux. Ouverts ou clos, mes yeux sont aveugles. Seule ma respiration trouble le silence environnant. Les ténèbres engloutissent la pièce calfeutrée avec soins pour être hermétique à la lumière et aux bruits. Je repense aux conseils prodigués par ma sœur.
Je dois me détendre, oublier mon corps. Et le trouver…
Le mélange à base d’eau saturée de sel me permet de rester en surface sans fournir le moindre effort, les bras et jambes légèrement écartés. Petit à petit, je perds la notion du temps et de mon enveloppe charnelle. Je laisse vagabonder mes pensées sans but, comme une feuille emportée par le vent. Un frémissement, là ! Instinctivement, je reprends mes esprits. Le phénomène s’arrête aussitôt. Merde !!! Il me faut recommencer, rester calme, absolument.


Après bien des essais infructueux…

Encore ce frémissement à la lisière de ma conscience, une présence. Je ne cille pas cette fois, même quand la présence se fait plus forte. Soudain, à la manière d’une main glissant dans un gant, elle remplit ce corps que j’ai laissé libre…
J’ouvre les yeux, rien. Je cherche un contact, une sensation rien ! Paniqué, je m’agite, cherchant une prise. Un liquide me rentre dans la bouche, le nez, salé, acre. Je suis en train de me noyer. Je m’agite encore plus, cherche l’air pour respirer. Mais où suis-je ?
Il a peur, je ressens sa peur. Hahahaha !!! Il est là, mais moi aussi ! Mais… Il est en train de se noyer ce con !!! Allez, calme-toi sombre idiot ! Tu es dans un bain. Redresse-toi et Respire !!!
Qui ? Un bain ? Sous mes pieds, une surface dure. Je me redresse, crève la surface, enfin. J’aspire une grande bouffée d’air, puis tousse, crache, respire à nouveau. Je reprends mon souffle.
Et bien, on dirait que nous l’avons échappé belle.
Nous ? Jasdriane m’a parlé de toi. Mais qui es-tu ? Que me veux-tu ?
Tanist Haagenti, pas pour te servir. Et toi, tu dois être le résidu du pâlot. La fille est morte, quant à ce que je veux, ce corps, tout simplement, hahahahaa…

_Andrealpha_
Flame of Splendor Barakiel
Messages : 539
Inscription : mar. 17 août 2010 à 18h31
Personnages : Tanist Haagenti
Ilsendir Erilame (RIP)

Re: [bgdémon] Tanist Haagenti

Message par _Andrealpha_ » lun. 24 juin 2013 à 12h37

Cohabitation
Désormais, ils avaient conscience de leurs existences et pouvaient communiquer entre eux. Quand l’un s’effaçait, il conservait une légère perception de leur environnement. Avec suffisamment de concentration, il lui devenait ainsi possible d’espionner les faits et gestes de l’autre, d’intervenir, voir même de tenter de reprendre le contrôle.

Un peu plus d’un mois s’écoula avant qu’il ne fut autorisé à quitter Shel’Oloth pour accompagner la Valsharesse à Oren. Le temps nécessaire pour retrouver toutes ses forces, mais aussi pour maîtriser son pouvoir haineux. Apprentissage rapide car, contrairement à sa sœur, il n’avait pas besoin de simuler une âme. Celle de l’elfe était liée à leur enveloppe et il présentait sur le plan spirituel l’aspect d’un mortel sans le moindre effort.
Spoiler:
Les formes spirituelles
~ Pouvoirs Haineux ~
Par leur nature de « sans âme » les démons peuvent détecter la présence d’autres « sans âme » tels que Démons ou Vampires en projetant leur vision dans le Monde spirituel. Mais ce pouvoir réciproque demande une concentration énorme.
De même, la possibilité de donner l’illusion de la présence d’une âme permet à ceux d’entre eux qui le veulent de passer inaperçu face à ce genre de détection.
Depuis leur première discussion, le démon était demeuré seul maître à bord. Au cours de ses séjours dans la cité fortifiée, il apprit à écouter les informations transmises par l’elfe. A la requête de sa sœur, il s’effaça même plusieurs fois pour le laisser guider leurs actions. Ainsi, les documents rédigés en langue elfique dévoilaient leur contenu, les objets conservés par l’ancien régent trouvaient une signification et certains visages croisés s’accompagnaient d’un nom, parfois même de forces et faiblesses à exploiter.

Deux personnes retinrent particulièrement leurs attentions.

D’abord une elfe venue à Oren chercher les affaires personnelles du régent. Swann, maintenant diplomate auprès de l’Astrée. Par le passé, elle avait conseillé le régent, mais avait aussi été son maître à la dague et au langage sombre, ainsi que sa confidente. L’abyssal puisa dans les informations détenues par l’elfe pour glisser quelques allusions subtiles. Avec plaisir, il observa les traits de la diplomate se décomposer avant qu’elle ne fuit la ville sans avoir obtenu un seul objet.

Il faut croire qu’elle tenait suffisamment aux effets du défunt pour revenir à Oren. Pour faire durer le plaisir, le démon abandonnait objet après objet, profitant de chaque entrevue pour lancer ses banderilles. Il ne resta bientôt plus qu’un dernier souvenir, une boîte à musique contenant une sphère de cristal enchantée par l’hydromancienne. Elle supporta bien des blessures avant d’avoir en main cet objet auquel elle semblait accorder une grande importance. Au moment de l’échange, elle croisa le regard de l’elfe et le reconnut…

La seconde personne était une sombre répondant au nom de Sinjin. L’elfe savait peu de chose sur elle, si ce n’est qu’elle était liée avec le Trinitium et qu’il l’avait croisée à la Tour d’Ivoire puis à la taverne du Nord la veille de sa mort. Ils avaient eu une petite discussion près de la passeuse. Un sacré caractère et de beaux yeux verts.

Ils se rencontrèrent à Oren alors que le démon sortait de la maison du régent dont il avait pris possession. La demeure venait d’être réhabilitée après l’incendie qui avait couvert la disparition de son précédent propriétaire. Surprise de voir ce sombre en passer les portes, elle engagea le dialogue. Les échanges demeurèrent courtois et banals jusqu’à ce qu’il soit question du régent. Intrigué qu’une sombre s’intéresse à l’elfe, le démon lui prêta dès lors plus d’attention.

Pour ajouter à sa perplexité, Sinjin laissa subtilement entendre qu’elle avait remarqué sa différence. Comment pouvait-elle savoir ? Que savait-elle exactement ? Il se concentra, décelant une anormalité chez son interlocutrice. Elle n’était pas une sans âme, pourtant il y avait quelque chose qu’il ne parvenait pas à expliquer. Commença alors un jeu de questions réponses, chacun essayant d’en apprendre plus sur l’autre en se dévoilant lui-même le moins possible. L’âme, tout autant intriguée que l’esprit, se mêla aux échanges. Le jeu prit fin à l’arrivée de la Valsharesse.

Il y eut d’autres rencontres dans les semaines qui suivirent, à Oren, Shel’Oloth ou la taverne du Nord. S’ils évitaient d’aborder leur jeu en présence d’autres personnes, ils tentaient d’assouvir leur curiosité dès que possible. Sa sœur essaya bien de le mettre en garde contre cette sombre hérétique mais elle ne semblait pas être une menace pour lui. Alors l’abyssal commença à se désintéresser de leur jeu, cédant lentement sa place à l’elfe qui appréciait ces rencontres…

Quinze années se sont écoulées depuis la victoire sur Krakatur. Mais le peuple sombre nous a une nouvelle fois réservé une surprise à la hauteur de leur folie. Un grand sacrifice a eu lieu et le monde a changé. Que pouvons-nous véritablement faire à présent ? Seulement survivre, rassemblés sur l'Île des Murmures avec les ruines d'un autre monde comme voisines. Après un autre cataclysme, la vie reprend petit à petit et notre nouvelle ville est devenu un endroit sûr, stable, et hétéroclite, mais le seul désormais vivable.
Notre seul foyer, à tous.

Répondre