Alendo

Ici se trouvent les BGs des héros décédés, paix à leurs âmes.

Modérateurs : Conseillères, Admins et GMs

Répondre
Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Alendo

Message par Alendo » sam. 9 juin 2007 à 23h56

[Le chasseur...]


Un homme était immobile depuis des heures, caché dans un buisson devant l’entrée d’une grotte.
Il était armé d’un arc, prêt a décocher sa plus belle flèche.
La chaleur, les rayons du soleil avaient laissé place à la froideur et la lueur de la lune.
De nouvelles ombres dansèrent au rythme du vent autour du chasseur.

Les heures s’écoulèrent lentement.
Deux points lumineux d’un rouge flamboyant firent leur apparition au fin fond de la grotte, leur intensité augmentaient à mesure que la chose s’avançait. Les premiers traits commencèrent à apparaître dans l’obscurité de la grotte.
La créature dévoilée, n’était autre qu’une panthère mais son imposante corpulence démontrer qu’elle avait la force d’un golem de pierre. Elle était affamée et c’était son heure de chasse, mais aussi celui d’Alendo.

La laissant sortir petit a petit de sa tanière, Alendo commença à se concentrer ne quittant plus sa cible des yeux jusqu'à en réduire son rythme cardiaque pour éviter de se faire repérer.
La bête ne se doutant de rien, il profita alors pour se montrer et décocha une flèche qui alla se planter sur le flan de la créature, qui ne tarda pas a lancer un hurlement des plus effrayant parcourant dans toute la foret pour exprimer sa douleur.

Mais ce n’était pas suffisant, la bête fonça sur le chasseur qui décocha à nouveau une flèche. Celle ci touchée, glissa sur le sol graveleux emporter par l’inertie de son important poids, mais d’un geste vif se releva instantanément pour bondi sur le chasseur.
A peine le temps de faire une esquive, une giclée de sang recouvrit les petits cailloux au pied d’Alendo d’un rouge sombre. La blessure sur son bras gauche était assez importante suite à la griffure.
La situation ne permettant plus d’utiliser l’arc, il fit un bond en arrière pour s’éloigner et dégaina alors une dague finement taillée. Sans hésitation il fonça sur la bête et d’un habile geste, trancha la gorge de la créature puis esquiva la folie de celle ci.
La bête perdit beaucoup de sang et ne bougea plus tellement, mais malgré tout sa rage était encore présente dans son regard.

Il était temps de mettre un terme à tout ceci, il laissa venir la panthère poussée dans ses derniers retranchement vers lui et au dernier moment l’esquiva pour se retrouver à l’opposé d’elle.
En une fraction de seconde un coup mortel d’une rare intensité fut porter, achevant la bête.
Une marre de sang ne tarda pas a noyer le cadavre, bercer par la triste lueur d’une pleine lune témoin d’un combat féroce.

Il resta un bon moment sur place à regarder la bête morte. Le vent soufflait de plus en plus fort, la pluie était sur le point de tomber, il fallait faire vite. Sortant de son sac différent cristaux, il les plaça en cercle tout autour du cadavre.
Cette étape terminée il ne lui restait plus qu’a faire une entaille sur sa main pour y verser du sang dans la gueule de la bête.
Se plaçant à coté il commença l’incantation, une forte lumière blanche légèrement bleuté transperça le sol pour venir envelopper l’homme. Le vent souffla extrêmement fort, faisant valser les feuilles et secouant les vêtements.
Alendo sentait son âme se consumer lentement au rythme des paroles. La magie noire le tué petit à petit, le forçant à résister dans d’affreuse souffrance jusqu’au bout.
La fin de l’incantation était proche et un éclair sombre s’abattit ensuite violemment sur le corps de la panthère, la faisant ramener progressivement à la vie.

En se relevant difficilement, elle jeta un dernier regard sur celui qui venait de la ramener en vie.
Posant sa main encore ouverte sur la tête de la panthère, Alendo esquissa un sourire.
La panthère ne semblait plus dégager une once d'agressivité. Son regard etait devenu plus vide mais tout aussi effrayant.
Content de la reussite de sa mission, Alendo se dirigea avec sa bête noire en direction de la prochaine ville afin d'y trouver un guérisseur.
Désormais le chemin pour devenir un chevalier noir n’était plus très loin.
Dernière modification par Alendo le dim. 4 mai 2008 à 01h57, modifié 2 fois.

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » sam. 9 juin 2007 à 23h58

[L'Illusion...]


Les journées passent et se ressemblent, tel était un peu ce qu’était devenue la vie d’Alendo depuis un moment, préférant passer son temps à dormir et à traîner dans les tavernes.
Il regarda avec amusement sa panthère qui venait de chasser un elpy, elle dévora sa proie en quelques coups de crocs.
Il était rare pour le chevalier de laisser sa bête en pleine liberté dans la ville d’Oren.
Cependant les gens se laisser au plaisir de regarder l’animal, provoquant fascination ou peur.
Alendo n’en resta pas moins vigilent afin d’éviter tout risque, après tout, elle n’aimait pas qu’on lui marche sur la queue. Ce qui arriva hélas assez souvent.

Pourtant par un matin des plus ordinaire, la bête avait disparue, même le pouvoir d’invocation ne la ramena pas. Pour le chevalier, la situation n’était pas normale, calmement il chercha au alentour de la ville et même sur tout le reste du territoire, en pensant qu’elle était sûrement partie en chasse.
Peu à peu Alendo s’inquiéta d’avantage pour les habitants qui avaient leurs activités en dehors de la ville, il fallait absolument qu’il remette la main sur sa bête.
La panthère était suffisamment forte et agressive pour éliminer rapidement quiconque n’ayant aucune expérience du combat. D’autant qu’elle semblait s’amuser de la peur de sa victime, ce qui avait pour effet de rendre l’animal bien plus dangereux.

Alendo savait que le meilleur moyen de la retrouver, était encore de recourir à la magie noire, afin d’alimenter leur lien pour la retrouver plus facilement.
Bien qu’ayant renier ses pouvoirs que tardivement, l’horrible souvenir de son acte qui avait failli coûter la vie à une personne tant aimer, lui revenait à l’esprit.
Avide de pouvoir et fasciner par la magie noire, son souhait de s’engager sur le chemin des ténèbres n’était que la seule chose qui comptait à ses yeux. Un jour, aveuglé par sa puissance grandissante, il avait eu la mauvaise idée de drainer l’énergie vitale de sa propre sœur, pour montrer qu’il était prêt à tout pour être un chevalier de l’enfer.
Il ne tarda pas à regretter son geste lorsque la raison lui revint et voyant le corps de sa sœur gisante à moitie morte.

En vie mais très affaiblie celle ci profondément blessée dans son cœur, bannie son frère, le condamnant à ne plus s’approcher d’elle. Alendo venait de perdre sa sœur, sa seule famille de sang.
Il se décida donc à rompre son lien avec les ténèbres, pour sauver encore ce qu’il lui restait. Seulement il était déjà trop tard pour revenir en arrière. Son âme avait été trop consumer et ne pouvait avoir droit à la rédemption. Mais il savait que tôt ou tard il recommencerait.

Hélas ce jour semblait être arrivé et c’est au détour d’une rue qu’il surprit la conversation entre deux habitants, leur discussions raconté une bataille non loin de la ville entre une personne et une créature dite maléfique.
N’ayant d’autre piste, il se laissa croire qu’il s’agissait bien la de sa panthère.
C’est ainsi qu’avec détermination il monta au sommet de la plus haute montagne, restant un moment admiratif devant la beauté du paysage qui s’offrait à lui. L’air était pur et frais, la neige encore vierge avec son manteau blanc, fut marquer par son passage en conservant les lourdes empreinte de pas.
Mais la contemplation n’était pas son objectif, fermant les yeux il se mit à se concentrer, réduisant sa respiration au plus bas.

Le flux de magie noire commença à tourner autour de lui, tel un prédateur avec sa proie, et bientôt un tourbillon noir s’empara d’Alendo.
Son âme brûlait de nouveau tandis que ses forces lui revenait progressivement, il se sentait revivre.
Il laissa exploser une onde de choc qui se propagea tout autour de lui, allant se dissiper tout à l’horizon. Des lors il pouvait ressentir la présence de sa panthère au loin.
Celle ci semblait réagir à l’appel de son maître.

Alendo rouvrit les yeux et tourna immédiatement la tête en direction du Nord, sachant dorénavant que sa panthère y était, perdue au loin dans ce monde a la fois magnifique et hostile. Le souffle lourd, il partit immédiatement.
Le voyage fut long et fatigant, mais bien qu’ayant rencontré aucune résistance sur son chemin, le chevalier était prêt a se battre en tenant sa plus belle lame.

A mesure qu’il s’approchait, il pouvait ressentir la présence de la panthère qui s’intensifia de plus en plus, tel un appel de détresse. Bientôt il arriva face à une grotte. Entrant, il ne tarda pas a voir sa bête enchaîner avec à coté d’elle, un homme dans une armure sombre. Son apparence de chevalier ne pouvait dissimuler une aura noire qui valsa autour de lui. Alendo comprit alors qu’il avait devant lui un nouvel aspirant aux ténèbres.

Le mystérieux personnage s’avança « Ainsi donc tu es son maître »

Alendo acquiesça le sourire aux lèvres « Je suis ici pour récupérer ma panthère »

Le mystérieux chevalier se mit à rire « Ta panthère? oui enfin peut être avant… mais maintenant elle est mienne, je n’attendais seulement que tu viennes, en t’éliminant je briserais votre lien et alors cette fantastique créature sera mienne »

Alendo s’avança à son tour laissant un lourd silence s’installer, puis demanda « Mais qui est tu chevalier ? »

« Je me nomme… non après tout tu n’auras pas besoin de le savoir puisque je vais te tuer. » puis il se mit à rire intensément, comme sur de sa victoire.

Alendo n’avait plus le choix et c’est avec l’épée en main qu’il fonça sur le chevalier noir, les lames s’entrechoquées, provoquant le cracha des étincelles à chaque coup témoignant de leur intense affrontement, les boucliers absorbant les impacts, laisser apparaître de légère fissure sur leurs ornements. Les esquive et les parades étaient de mise, la difficulté de trouver une faille dans la défense de son adversaire, faisait durer le combat.

Voyant son maître se battre, la panthère devint de plus en plus agressive, laissant ses rugissements se propager dans toute la grotte. Son agitation était si forte qu’elle réussit à briser la chaîne qui la retenait. A peine libre, elle se jeta sans perdre un instant sur le chevalier noir le déstabilisant grandement, surprit par son attaque.
L’occasion était pour Alendo de frapper juste, il laissa son ultime coup atteindre le plastron de l’armure, la faisant craqueler et blessant grandement son opposant.
Projeté en arrière et lâchant son arme en tombant, le chevalier noir n’eu d’autre choix que de s’avouer vaincu.


Le laissant se relever, Alendo resta calme auprès de sa panthère. « je ne doute pas que tu deviendras un puissant chevalier un jour… »

Posant sa main sur sa blessure son adversaire lui répondit « tais toi et achève-moi maintenant ou alors se sera toi qui seras à terre la prochaine fois »

Préférant s’en aller vers la sortie, il fit quelques pas avant de s’arrêter « Si tel est mon destin… alors je l’affronterais volontiers , même à en mourir,… mais pour l’heure je ne dois pas céder à nouveau… » puis il poursuivit son chemin avec sa panthère, disparaissant peu à peu dans la nature.
Dernière modification par Alendo le lun. 11 février 2008 à 23h04, modifié 1 fois.

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » dim. 23 septembre 2007 à 23h39

[Une autre vision...]


Traversant à toute allure l’immense foret sombre, Alendo était de nouveau à la traque d’une bête, ayant reçu une forte somme pour celui qui ramènerait la tête de la dite créature.

Quelques adenas ne lui ferait pas de mal et étancherait aisément sa soif après cette journée pensa t-il.
Le chemin commença à monter, laissant apparaître une légère lueur de jour au fin fond de son champ de vision. Alendo se hâta et fini par en sortir. En s’avançant il finit par réaliser qu’il était non loin du bord d'une falaise.
Regardant vers l’horizon, il pouvait également voir le paysage des terres perpétuellement brûlées. Ne pouvant continuer sur cette direction, il fit demi-tour jusqu'à ce qu’il entendit des bruits de pas lourd, au claquement métallique.

A travers la sombre foret la silhouette d’une armure se profila, puis laissa place à un chevalier.
Son armure était aussi noire que sa chevelure tout, comme son regard, en plus d’être glaciale.

Pensant être face à un concurrent, mais gardant une certaine méfiance, il n’hésita pas à prévenir l’inconnu de ne pas suivre cette direction. Ce dernier n’avait pas l’air d’écouter, semblant être ailleurs, ne fixant que l’horizon d'un regard vide.

Sans trop chercher à comprendre, Alendo repensa à sa proie qu’il devait abattre pour gagner sa récompense, il décida donc de quitter les lieux sans plus attendre. A peine eut-il le temps de faire deux pas, que le mystérieux inconnu se plaça sur sa trajectoire.
Sans prévenir il dégaina son épée et lança une rapide série d’attaque envers Alendo qui n'eut alors que le réflexe de se protéger derrière son bouclier. A peine eu t-il réussi à prendre son épée qu’il reçut un puissant coup-de-pied qui le propulsa violemment en arrière le faisant par la même occasion lâcher son arme.
La situation était suffisamment à l’avantage de l’inconnu qui décida de parler : « Et bien qu’attend tu pour invoquer ta créature ? »
Passablement énervé, Alendo hurla « Mais qui es tu ? Pourquoi m’attaque tu ? »

« Je suis Ghen, le troisième formateur, c’est nous qui t’avions formé à tes débuts, nous n’avons cessé de t’observer quand tu es parti vivre ailleurs. Si nous avions accepté de t’entraîner, c’est parce que tu étais le contraire de ces chevaliers prônant la lumière, toi tu étais prédisposé à servir les ténèbres. Nous avions des projets pour toi, mais quand tu as commencé à rechercher la rédemption, nous avions compris dès lors que tu étais en train de changer… et dans ce cas ce ne sont pas les mots qui te ramèneront à la raison » termina t-il d’un ton sec.

« Je n’ai pas envie de redevenir celui qui était obsédé par le pouvoir, je préfère encore mourir en protégeant plutôt que de servir les sombres entités que vous êtes »

Agacé, Ghen se jeta sur Alendo, le frappant de plus en plus fort avec son épée enflammée sur le bouclier de ce dernier. Les flammes magiques se propagèrent sur toute l’armure, transformant ce qui était censé le protéger en cercueil brûlant.

Déstabilisé et ne pouvant agir à cause des brûlures, Alendo encaissa les coups sans rechigner, reculant dangereusement vers le bord de la falaise. Son sang giclant commençait à laisser de belles traces rouges au sol.

Ghen s’essoufflait petit à petit devant la grande résistance du chevalier « tu… tu es très résistant mais qu’attend tu pour m’attaquer ? Tu t'obstines donc a ne pas faire appel aux ténèbres ? Tu préfères continuer à jouer un rôle qui ne t’appartient pas ? »

Se tenant avec difficulté, l’armure abîmée et ensanglantée, Alendo repositionna devant lui son bouclier en piteux état « Non je ne veux pas mourir, mais je sais que je ne pourrais te battre et cela vaut aussi pour toi, j’ai survécu à des créatures cent fois plus féroces que toi, tu as beau être puissant tu seras le premier à partir. »

« Vraiment ? tu semble en être bien sur… après tout c’est ce maudit bouclier qui te fait penser cela » Ghen prit de l’élan pointant sa lame en direction du bouclier. L’impact était telle que l’épée transperça le bouclier, traversant l’avant bras sans aucune retenue et terminant le bout de la pointe dans le torse.
La douleur était insupportable mais dans un dernier effort Alendo, saisissant de sa main le cou de Ghen qui s’était suffisamment rapproché par cette attaque, se mit à le serrer avec le peu de force qu’il lui restait, laissant par la même occasion s’exprimer toute sa haine, chose qu’il n’avait pas faite jusque là.
Ghen pouvait des lors ressentir l’énergie du chevalier qui commençait à se réveiller. Satisfait il laissa s'exprimer un sourire.

Trop blessé Alendo ne pouvait se résigner à relâcher sa prise « Tu as vu ce que tu voulais… mais c’est trop tard pour toi… » Se penchant en arrière, il entraîna dans sa chute Ghen qui se tenait encore à l’épée et le cou retenu par la poigne infernale d’Alendo.

Les deux hommes plongèrent de la falaise, percutant violemment les rochers qui étaient sur le passage. Le sol commencer à se rapprocher de plus en plus vite, Ghen hurla « Bravo chevalier.. peut être deviendra tu comme nous… si tu acceptes de changer… il est encore temps… »

...

Quand Alendo rouvrit lentement les yeux, il était allongé de dos sur le sol graveleux, incapable de se relever tant ses blessures étaient importantes, néanmoins il pouvait constater que Ghen avait disparu.
Se vidant de tout son sang, il ferma les yeux repensant à toute son existence et aux paroles de Ghen… peut être avait t-il raison…
Étrangement il se sentait mieux, réchauffé, voire même soigné. En rouvrant les yeux il voyait plusieurs colonnes lumineuses s’agiter sur lui, comme une sorte de série de soins magiques. Ses blessures les plus importantes étaient soignées. Il tourna la tête de gauche à droite pour voir son guérisseur, il vit alors une personne cachée par l’ombre des arbres mais qui laissait apparaître une agréable forme féminine, plus fine qu’une humaine, se rapprochant davantage des elfes sombres. Elle laissa néanmoins apparaître très furtivement un haut de couleur bleue, trahie par ses gestes d’incantation.
A peine voulait t-il l’appeler qu’il sombra dans l’inconscience.

...

Cette fois-ci Alendo se réveilla dans un lit, à ses côtés une naine en train de nettoyer l’armure, en astiquant tant bien que de mal les deux blasons. Une longue discussion s’en suivie au cours de laquelle, elle affirma que personne n’était dans les parages hormis elle.
La nuit allait tomber mais Alendo se remit à repenser à tout cela, aussi décida t-il de repartir malgré ses douleurs, il regarda longuement son armure puis prépara de nouveau, il quitta la petite maison laissant un peu d’or en guise de remerciement.

La naine alla refaire le lit quand elle repartie en vitesse vers l’extérieur « Monsieur ! Monsieur ! Vous avez oublié quelque chose ! » Elle tenait en sa main le blason bleu…
Dernière modification par Alendo le lun. 11 février 2008 à 23h05, modifié 1 fois.

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » ven. 1 février 2008 à 00h06

[L'espoir...]


Une vie peut être remplie de surprise, bonne ou mauvaise. Une vie peut être synonyme de bonheur ou de désastre. Un équilibre peut se créer avec beaucoup d’effort.

Alendo le savait, solitaire et déterminé à parcourir le monde ou le fuir, la vie de citadin n’était pas faite pour lui. Ne faisant qu’une halte, en cas de besoin, il passa parfois dans les villes, profitant des spécialités locale pour ce ressourcer et repartir de plus belle.
Mais cela avait aussi pour but de ne pas lui faire oublier ses origines humaines, avant que le temps et le sang ne fassent de lui un animal.
Pourtant, il continua à arpenter les terrains les plus lugubres entre marécage et montagne sinueuse, à la recherche de trésors, de créatures à défier ou d’une fin qui le libérera de cette vie.

Mais ce qu’il oublia, c’est qu’une vie peut en toucher une autre et que certains contact peuvent faire revivre une émotion qui semblait s’être éteinte. Il ne tarda pas à vivre cela, le jour où il revit depuis longtemps cette sombre femme si charmante. Sa voix semblait détendre le chasseur, qui étrangement ne resta pas longtemps sur ces gardes comme à chaque fois. Se rappelant une mésaventure qu’il avait vécu avec elle, il s’accorda un répit, profitant de ce moment pour oublier ses escapades sauvages et faire plus ample connaissance.


Néanmoins lorsque le temps des séparations arriva, une étrange sensation de vide l’envahit, comme atteint d’une nouvelle maladie dont il ignora encore le remède, il poursuivra ses excursions malgré tout. A mesure qu’il avança cette sensation devint plus forte, comme s’il était en train de s’éloigner de quelque chose d’important. Il avait le choix de continuer ou de regarder en arrière.
Pour la première fois il fit le second choix, chose qui a toujours été contradictoire à son mode de vie. Repartant en ville, il ne savait pas encore que le plus beau des trésors n’était pas celui que l’on possède, mais qui nous possède…

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » lun. 11 février 2008 à 23h05

[Le coeur d'un Loup...]



Il pressa activement le pas, puis se mit à courir jusqu'à risquer d’en perdre l’équilibre, à mesure qu’il se rapprocha, son cœur se mit à battre de plus en plus fort.
Mais très vite une déception vint lui briser son seul espoir, qu’il avait tissé secrètement durant sa course.

L’endroit était vide, une fois de plus, tout comme dans d’autres lieux déjà visités avec elle… Ici seul les livres avaient encore leur place, peut être même qu’ils n’y ont jamais bougé depuis…
Alendo s’avança malgré tout dans la pièce, il se plaça au même endroit où il y avait encore quelques lunes de ça, il la tenait dans ses bras. Se remémorant cet instant de douceur, il se laissa emporter par son souvenir.

Le ciel gronda de son plus beau tonnerre, arrachant Alendo a ce rêve qu’il aurait tant voulu revivre. Il regarda un dernier instant ce lieu, comme un adieu avant de repartir d’où il était venu.
La route du retour fut longue et pénible, mais la ville d’Aden n’était plus très loin. Sur le trajet il laissa son regard se poser sur cette lune encore blanche et brillante. Il ne savait pas s’il devait la maudire ou l’implorer dans sa quête, après tout cet astre majestueux avait une vue imprenable sur ce vaste monde.

Arrivant enfin devant la maison de la Communauté, Alendo ouvrit lentement les portes laissant s’engouffrer un vent froid dans toute la salle. Dianne la servante se précipita pour refermer derrière le passage de l’homme, qui se dirigea vers un coin de feu. Légèrement inquiète par ce comportement égoïste, elle osa néanmoins poser la question « est-ce que tout va bien Messire ? »

Alendo n’avait que faire de répondre.
Fatigué et perdu, il laissa les flammes de la cheminée danser dans ses yeux, pour une fois encore le bercer et le réchauffer dans un souvenir ayant eu lieu ici même.
Malgré tout, Dianne osa de plus belle en tapotant l’épaule, mais dans un excès incontrôlable de rage, Alendo se tourna sur la servante avant de lancer un regard noir et hargneux, sur celle qui venait de le ramener à la triste réalité.

Surprise, la servante fit quelques pas en arrière tentant tant bien que de mal, de décrocher. Sur un ton froid et sec, Alendo demanda : « ai-je reçu un message ? »
Dianne encore sous la peur répondit négativement de la tête. Libérant la jeune femme de son regard, il scruta la pièce comme pour s’assurer qu’aucun témoin n’était présent.
Le temps pluvieux ne l’empêcha pourtant pas de quitter de nouveau la maison et de repartir à l’extérieur.

Cette fois-ci, sa destination était Rune et plus particulièrement son port. L’endroit était pour une fois calme et désert, bien que la présence de quelques personnes qui s’activaient dans un coin, a récupéré leurs tonneaux.
Avançant telle une âme en peine, Alendo s’arrêta sur le bord d’un quai, oubliant d’admirer les galions qui avaient jeté l’ancre non loin. Non, car son regard se porta sur l’infini horizon qui se profila devant lui, laissant les vagues reflétées la lune qui semblait s’être bien rapproché.

Le jeune homme leva sa main en direction de l’astre, comme s’il pouvait espérer la toucher, mais la douce lueur qui lui était offerte mit une bague qu’il portait en scintillement. Recentrant son regard sur l’anneau, il se remit à penser aux dernières paroles qu’elle lui avait prononcés au creux de l’oreille ce soir la…

La pluie qui semblait être resté au loin fit son entrée, déversant toute sa peine sur le visage d’Alendo. Nul ne saurait dire si une larme s’était glissé au même instant.
Mais une chose était claire dans son esprit, c’est que plus rien ne semblait encore compter pour lui, au point qu’il n’hésiterait pas à renoncer à sa vie contre une ultime volonté, celle de la revoir une dernière fois.

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » sam. 16 février 2008 à 22h50

[Cri glacial...]



Les jours étaient en train de se défiler habituellement a leur rythme, sans pour autant perturber Alendo qui resta inlassablement sur ce quai et laisser son regard voyager au loin.
Son visage avait légèrement changé, quelque peu chargé de fatigue et de colère.
Malgré son apparence il souffrait intérieurement de l’absence de sa Louve, un supplice qu’il tenta de résister à chaque instant.

La tranquillité au port à laisser place au raffut insupportable d’une foule active en perpétuelle mouvement. Le bruit des caisses lourdes et les cris des commerçants venait de détruire le silence qui régnait encore il y a peu. Préférant encore s’éclipser que de provoquer un carnage, il repartit pour la ville en remontant la longue pente. Ne vivant plus qu’à travers les souvenirs d’un instant passé avec elle, il se dirigea peut être inconsciemment vers le rebord de cette falaise où elle l’avait emmené une fois.

Bizarrement le souvenir de son sourire qu’elle arborait ce jour, laissa vite place à celui où elle portait son regard inquiet vers cette étrange foret sombre non loin de là… L’image se répéta plusieurs fois dans la tête d’Alendo avant de le rejeter par un cri des plus terrifiant. Surprit, il fit un pas en arrière comme pour se défendre et sortir de cet instant étrange. Par réflexe il regarda tout autour de lui comme pour savoir d’où venait ce cri, mais la vie semblait suivre son cours, en effet les gardes et autres citoyens continuèrent à vaquer à leurs occupations. Peut être était-ce un cri de son imagination, ou celui du cœur tel un appel.

Il porta son attention sur le paysage qui s’offrait à lui, avec principalement cette étrange foret. Sans tarder davantage il se dirigea vers celle-ci, ne serait ce que pour satisfaire sa curiosité.


Le ciel était sombre et le chemin qui menait à cette foret semblait être aussi ténébreux que maléfique. Une étrange sensation de mort pouvait se ressentir à mesure des pas lent que faisait Alendo. Les immenses feuillages recouvraient de plus en plus ce triste ciel, créant une voûte naturelle plongeant l’endroit dans l’obscurité tel un sanctuaire maudit. Bientôt d’étranges ombres se mirent à danser au rythme du vent perdu qui se faufile entre les arbres.
La prudence étant de mise, il dégaina ses lames pour parer à toute éventualité.
Quelque chose ou quelqu’un était en train de l’observer, ce sentiment d’être épier s’intensifia à mesure qu’il s’approcha de ce qui semblait être les ruines d’un village isolé.

Aucune âme vivante n’était présente en ce lieu.
Son cœur se mit à battre de plus en plus fort, non pas par la peur mais, plutôt comme s’il espérait trouver quelque chose…ou quelqu’un. Cette vigueur qu’il pouvait de nouveau sentir, le poussa à explorer davantage le village. Le froid était intense, mais curieusement elle donnait l’impression de suivre Alendo, comme si elle était constamment derrière lui, telle une entité.
D’un coup il s’arrêta scrutant la place, une silhouette semblait ce profiler devant lui.
« Il y a quelqu’un ? Montrez-vous ! » Malgré son incessante demande, l’étrange forme donna l’illusion de s’avancer vers lui. La tension monta d’un cran dans l’esprit d’Alendo. Mais dans un désespoir absolu, il espérait que la mystérieuse forme serait celle de sa Louve.


Un envol de corbeaux non loin de là, suffit à détourner son attention de quelques secondes. Il ne lui en fallait pas plus pour subir une sensation de vertige et de malaise, attiré par le sol il se laissa tomber jusqu'à ce qu’il encaisse un coup à la figure l’entraînant sur le côté droit.

Un coup puissant et froid puis un craquement, celui de son masque blanc au bout duquel, la partie basse se cassa pour virevolter dans les airs avant d’accompagner l’homme dans sa chute.
A terre il tenta de rester conscient, mais inévitablement, il se laissa emporter, sa vision se troubla alors qu’il laissa une pensée pour sa Louve.


Lorsqu’il rouvrit les yeux, il pouvait s’apercevoir qu’il était dans une chambre d’auberge des plus typiques. Un regard sur ses lames et son masque abîmé sur la table devant lui, le rassurait.
Il se murmura à lui-même « Quelque chose ou quelqu’un ne souhaite pas ma présence dans cette foret… pourquoi… ?»

Sans tarder, il récupéra ses biens et alla voir l’aubergiste qui paraissait content de le voir sur pied.
Apres une discussion autour d’un verre, il s’avéra qu’Alendo fut retrouver par un jeune garde en plein milieu d’un chemin tout près de la ville de Rune.

Surprit, il se posa toute sorte de question, mais décida tout de même de se diriger vers le port pour espérer retrouver une partie de lui-même.

Au moment où il passa devant deux gardes, ces derniers se mirent à chuchoter.

« Regarde, ne serait ce pas le type qui vient ici tous les jours pour regarder la mer ? »
« oh oui tu as raison, sauf que la ça doit bien faire cinq jours qu’il s’est absenté, il a dû être malade »

Alendo qui avait tout entendu, éprouva un sentiment d’inquiétude lorsqu’il comprit, qu’il venait de disparaître depuis tant de temps dans cette mystérieuse foret, sans un moindre souvenir particulier de ce qui aurait pu se passer par la suite… du moins pour le moment…

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » jeu. 13 mars 2008 à 20h13

[Les Souvenirs...]


Une nuit calme et froide comme tant d’autre, mais cette fois-ci en l’absence de dame la lune, qui s’était réfugiée derrière un manteau de nuage sombre, laissant entre apercevoir ces minces lueurs venir frapper le sol telle des lames tombant des cieux.

Alendo, peu enclin au repos erra dans ce qui semblait être une plaine ou peut être un ancien champ de bataille. Aucune trace dans les livres ne mentionne une quelconque guerre en ce lieu.
Mais pourtant la terre semblait avoir été retourné, sous les pas lourds des hommes en cuirasse, d’autre trace avait même la forme de ce qui aurait pu contenir un torse, avant que celui-ci ne soit sûrement trancher du corps.

Il continua à avancer lentement, sur ce terrain torturé par le passé, en se rappelant peut être d’un souvenir de guerre.
Victoire ou défaite peut importe, il était là, seul, laissant le fruit de son imagination le transporter dans le cauchemar sanglant.
Il imagina des entités spectrales se battre autour de lui, les va et viens incessant des lames, tranchant les corps comme de vulgaires insectes.
Le bruit des armes qui déchirent la chair, accompagné du hurlement d’un soldat,
témoignant de la faille dans son armure, qui finirait par lui servir de cercueil.
Des cris, des rires, des larmes, la rage et la pitié tous ces sentiments communs en chaque être vivant, semblaient se réunir sans difficulté sur un champ de bataille. Certains étaient la pour le plaisir, d’autres pour le devoir. Mais tous avaient un but, survivre.

Bientôt il ne tarda pas à revenir à la réalité, chassé de ce cauchemar par le souffle d’un vent violent, le giflant au visage ou peut être par la caresse d’une main protectrice… L’endroit était triste et vide, cependant son regard s’arrêta sur une petite fleur, qui semblait avoir survécu à toute la bataille.
Légèrement fané, mais encore debout, Alendo se demanda si cette plaine retrouvera un jour sa verdure d’antan. Le temps pouvait t-il effacer ce que les actes laissent ? Encore fallait t-il qu’une paix s’installe en ces terres. L’illusion d’une vie sereine lui traversa l’esprit, le laissant sourire un instant avant de reprendre sa route.

Sans savoir où il pouvait y aller, il se mit le dos au vent, marchant le regard baissé vers les feuilles mortes, dansantes autour de lui. La bourrasque parvenait à le faire hâter, telle une force inconnue lui demandant de partir au loin, pour ne pas faire resurgir le passé. La route obscure qu’il avait décidé de prendre, pouvait se refléter comme un destin, un chemin inconnu et sombre.

Apres quelques pas, la lune quitta ses nuages, pour venir apporter un peu de ces lueurs sur le passage. Il savait qu’il n’avancerait plus seul, non, car elle était-la.
Levant légèrement la tête au ciel, il se replongea dans les souvenirs vécus jusqu'à présent avec sa Louve, leur rencontre, la disparition, son retour et tous les autre instant ayant marqué son âme à jamais.

L’étrange chemin s’arrêta brusquement, mais pourtant il continua à avancer, comme si de rien n’était, l’endroit était encore plus étrange qu’avant, laissant les ombres onduler des formes mystérieuses. Pourtant, il ne fit pas attention à tout ce qu’il y avait autour de lui, car il n’était plus là, mais ailleurs dans son souvenir, auquel rien au monde ne l’effacerait.
Il savait que certaines choses, pouvaient changer en bien ou en mal, hormis son cœur qui continuera à battre inlassablement, pour lui, pour elle.

Retirant son gant noir, il regarda d’un œil attentif la fine cicatrice qu’il avait à la main gauche, puis il esquissa un sourire, avant de refermer son poing.
Qu’importe ce que le destin lui réservera. Il savait que pour elle, tant que son cœur battra, il avancera, même si cela doit lui coûter un peu de sang.

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » mer. 9 avril 2008 à 23h21

[Le départ...]


Il court, encore et toujours, tel un loup traqué par des chasseurs. Se faufilant à travers les arbres de cette immense foret sombre, il termine sa course de force en arrivant au bord du ravin. Au loin les tornades faisaient leur valse morbide, arrachant tout sur leur passage.
Le ciel était quant à lui, d’un rouge identique, que le sang s’écoulant en abondance dans cette maudite rivière en contre bas, offrant un paysage chaotique dénué de toute forme de vie.

Pourtant il se retourna malgré lui, l’obligeant à affronter une fois encore ses ennemis. Le vent soufflant, apportant avec lui le doux bruit d’un battement d’ailes, non pas celui d’un oiseau, mais bien d’un ange.
D’abord un premier, puis un second, puis toute une armée.
Ils s’alignèrent tous, comme se préparant à exécuter leur cible. Leur visage était caché, derrière un masque blanc, vide de détails.
Un mélodieux chant à la fois beau et mystérieux s’échappa. L’un d’eux s’avança, tenant une lame aussi brillante qu’inquiétante.
S’arrêtant près de l’homme, il commença à la faire virevolter avec une certaine grâce autour de lui.

Ne pouvant pas fuir et combattre sans arme, Alendo ne pouvait qu’attendre sa mise à mort. Et ce n’est qu’a la fin du chant, que l’ange planta sa lame en plein cœur, provoquant une horrible douleur et incontrôlable, forçant l’homme à se jeter du ravin, le laissant s’achever seul dans sa lente agonie.

Il tombe, encore et longtemps, il s’éloigne d’eux, mais pourtant à mesure qu’il descend dans son enfer, il pouvait entendre au loin un rire si sadique, un rire presque connu…
Un ange se jeta à son tour du ravin, gagnant en vitesse et rattrapant Alendo dans sa lente chute.
Bientôt leur corps respectif se percutèrent, des lors l’ange dévoile son étrange face, montrant une terrifiante tête squelettique, semblant être rongé par un mal inconnu.
Puis un cri de plus effroyable et cette douleur insoutenable au cœur.


Alendo rouvrit immédiatement les yeux, se forçant à ne pas bouger du lit, restant figé à la fois par la peur, mais aussi comme s’il savait que son cauchemar se produirait une fois encore, en cette douce nuit. Maintes questions lui traversèrent l’esprit comme toujours, des questions que Ghen pouvait peut-être répondre…
Laissant résonner son cœur, il regarda d’un air rassuré, sa sombre louve dormant à ses cotés, profitant du reste de la nuit pour la regarder.


Le grand jour était arrivé, les quais du port de Rune étaient en pleine activité, Alendo et sa sombre louve masquée, attendirent leur navire privé.
Laissant son regard se promener une dernière fois dans ce décor, il pouvait néanmoins ressentir l’étrange aura maléfique de Ghen, planant quelque part. Celui-ci semblait avoir choisi le mauvais jour, à moins que cela ne soit qu’un simple rappel, indiquant qu’il était toujours en vie après cette longue absence.
Ne voulant rien gâcher, il en fit rapidement abstraction, espérant toutefois qu’une autre rencontre se ferait autre part, après son retour.

Une fois à bord du navire et après que celui-ci eu mit les voiles en direction de leur destination, Alendo monta sur le pont du navire, rejoignant la belle. Arrivant discrètement derrière elle, en posant délicatement ses mains sur les hanches, ils regardèrent tous deux en direction de leur nouvelle terre d’accueil, qui se profila lentement au loin.
Un voyage qui ne serait pas de tout repos.
Coupé du reste du monde et enfin pouvoir vivre qu’à eux deux.

« Cyrille… » murmura t-il d’une voix douce.
Elle pencha légèrement sa tête en arrière, tournant lentement son visage.
Nul autre ne pouvait entendre ce qu’il souffla à l’oreille de la sombre à ce moment-là, néanmoins l’échange de baiser qui s’en est suivi, ne laissa pas de place au doute…

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » dim. 4 mai 2008 à 01h50

[La bête....]


C’est sous un ciel orageux, qu’Alendo se mit en route pour une petite chasse avec son compagnon de toujours, une panthère noire aux griffes acérées, tranchante comme la plus belle des lames et résistante comme un roc.
Depuis son retour, Alendo devenait de plus en plus étrange dans ses comportements, analysant la moindre ombre, tendant l’oreille au moindre sifflement du vent.
La furtive présence de Ghen en était la cause, il savait qu’il devait le revoir un jour pour en finir, mais il savait surtout que pour mettre les chances de son côté, il devait renouer avec la magie noire et en particulier avec sa panthère noire, serviteur de l’au-delà, n’écoutant que le côté sombre de l’humain.
Malgré la difficulté qu’il avait à cohabiter avec cette créature aux liens ténébreux, elle avait toujours su s’adapter à toutes les situations avec son maître. Alendo devait aussi se mettre en garde contre le moindre écart, son autorité ne dépendant que de la capacité à gérer cette faible mais, néanmoins puissante magie qui s’agite en lui.


La panthère semblait réactive et puissante malgré tout ce temps, les proies pouvaient s’accumuler sans problème pour elle.
Le chasseur regarda d’un œil fier sa créature, se défouler en pleine nature, imaginant un instant que le gibier chassé n’était autre que Ghen.
Un sourire se décrocha d’Alendo, mais de courte durée.
Un vieil homme vêtu d’un long manteau noir fit son approche.

« Messire…. Je vous demande de quitter ma propriété… »

Alendo se retourna un instant puis lui fit un sourire avant de répondre

« Votre propriété ? C’est des champs de verdure comme les autres…. Ne me faite pas rire ou alors prouvez le moi… »

« Je n’ai pas de preuve à vous apporter, mais j’ai les moyens de vous faire partir » L’étrange homme laissa apparaître sa main usée par le temps, tenant un petit sceptre anodin, mais dégageant une étrange lueur violette.
Il ne faisait aucun doute, que c’était un magicien et malgré sa vieillesse, il aurait suffisamment acquis de puissance pour se permettre une telle détermination.

Alendo fit signe à sa bête de revenir, étrangement celle-ci resta à l’écart comme si elle avait peur.
Un peu énervé Alendo reprit
« Hum…. Bien…. Visiblement il me reste encore du travail…. Bien vieil homme, puisque c’est ainsi, montrez-moi votre force, si je pose un genou à terre, je me retire d’ici »

Le magicien se mit à éclater de rire
« Mais je ne vais pas vous mettre à terre, non voyez-vous, je ne suis pas un de ces fanfarons qui utilisent la magie pour impressionner les petites filles, non moi je transforme les éléments… ou peut être les gens… »

« Bien sûr… je n’ai jamais entendu parler de ce genre de magie, mais bon il y a un début a tout et je ne vais pas vous froisser dans votre délire… aussi je vais vous laisser me donner le premier coup, peut être que vous arriverez à me faire mourir… de rire » Alendo s’exprimant sous un ton moqueur, en préparant sa lame.

« Non tu ne mourras pas… pas tout de suite en tout cas, je préfère te donner un petit avant goût de ma puissance » Puis le magicien se mit à incanter à vive voix.

Un énorme flash mit Alendo en déconcentration pendant un long moment, tout était blanc autour de lui, il n’entendait plus rien.
Secouant sa tête à mainte reprise, il finit par retrouver l’usage de sa vue et de son ouïe.
Il constata également que le sombre magicien avait disparu. L’étrange personnage n’avait laissé aucune trace, Alendo ayant perdu le goût de la chasse pour la journée, se mit à repartir avec sa panthère vers la ville la plus proche.


A mesure qu’il faisait ses pas, il senti une étrange fatigue s’installer en lui, il se sentait lourd, laissant même place à des vertiges de plus en plus intense. Tombant à terre, il rampa en essayant tant bien que de mal à continuer son chemin, maudissant le vieil homme du sort qu’il avait jeté.
Soudain il pouvait entendre de nouveau la mystérieuse incantation du magicien, s’agiter dans sa tête, puis des bruits étranges comme des hurlements. Il ne sentait plus rien, son corps était trop faible, préférant s’allonger sur le ventre fermant lentement les yeux.

Lorsqu’il put enfin les rouvrir, la désagréable sensation d’être prisonnier se fit sentir, l’impression d’être enfermer dans quelque chose. Sa vue était très réduite mais, aussi très obscure, presque comme s’il était aveugle. Il pouvait cependant reconnaître les formes de sa panthère, celle-ci semblait tourner autour de ce qui pouvait ressembler à l’armure noire qu’il avait.
S’efforçant de hurler, il ne pouvait entendre aucun sons sortir de sa bouche, pourtant il pouvait entendre les sifflements du vent. La panthère s’arrêta vers lui puis s’approcha avant de finir par renifler son maître.
Un grognement se fit entendre puis la bête donna un violent coup de griffe sur Alendo, le coupant du monde pour un temps.


A son réveil, deux chasseurs étaient là, autour de lui, donnant des soins possible sur la blessure.
L’un d’eux prit la parole
« Hey ben vous en avez eu de la chance, cela à du être une sacré bestiole pour qu’elle ait pu vous détruire l’armure et vous faire une si belle cicatrice, vous vous souvenez de quelque chose ? »

Un peu sonné Alendo se releva, puis tourna son regard vers sa panthère qui semblait éviter tout regard.
« C’est étrange…. Je me souviens de ma panthère… je sais que c’est elle… mais…. J’avais l’impression que je n’étais plus moi-même…. Comme si le temps d’un instant.. je n’étais plus un homme, mais une bête… »

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » dim. 8 juin 2008 à 20h46

[Noire...]



L’homme portant son armure sombre, s’avança dans les champs déserts de toute vie, seul un arbre se tenait encore fièrement au milieu du paysage, imposant par ses écorces ayant traversé tant de temps.

Il s’adossa contre celui-ci, puis d’un geste lent retira son masque blanc marqué par les événements.
Le regard las et un peu vide, il se mit à fixer inlassablement le sol. Au bout d’un certain temps, il ouvrit sa main gauche, au creux de sa paume se tenait un petit écrin et d’un simple mouvement l’ouvrit pour laisser apparaître une magnifique alliance dorée.
Un léger sourire se dessina sur son visage, la simple pensée de voir sa Louve portant cette alliance au doigt lui faisait chaud au cœur, mais très vite il referma l’écrin au même instant que ses yeux, se plongeant dans une obscure pensée.

« Est ce trop tôt…. Est ce trop tard…. Je ne sais pas…. Je ne sais plus…. Est ce vraiment nécessaire…. Ai-je encore le temps….
Elle est différente des autres femmes, je le sais, je la respecte pour cela et je l’aime sans regret. Ma vie ne sera plus jamais la même, jamais comme les autres. C’est un choix et je l’ai choisi en même temps que j’ai choisi de vivre avec elle.

Quelque chose en moi a changé ou s’est brisé, mon passé solitaire n’est plus qu’un éclat lointain, plongeant dans les profondeurs obscures de ma vie d’Humain. Tout cela n’a plus d’importance. Je ne regarde plus derrière moi, je veux profiter de mon temps sans rien oublier.

Aurais je une dernière volonté avant de quitter ce monde ? Sûrement… et ce sera mon ultime souhait… même si je sais que le temps me restant à vivre ne me permettra pas de tenir la promesse… d’être avec elle pour l’éternité… Dans le fond je n’ai jamais su tenir de promesse, mais je peux me battre sans relâche pour y donner l’illusion. C’est un combat perdu d’avance contre la Mort, mais je le fais pour elle… pour la rendre heureuse…»


Le vent caressa le visage de l’homme, le ramenant lentement à ouvrir ses yeux, les laissant à demi clos.
Il pouvait voir au loin le magnifique coucher de soleil s’enterrant dans ces champs, avant de laisser place à la nuit douce et glaciale.
Il esquissa de nouveau un léger sourire, puis il reprit tranquillement sa pénible route pour retrouver sa Louve.

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » ven. 27 juin 2008 à 21h19

[Acceptes tu cette Femme, ta Promise…]


Ainsi le grand jour était arrivé, l’union de deux êtres que tout semblait opposé s’est finalement fait.
Le tract était pourtant présent, espérant ne rien dévoiler devant elle et sous l’œil de son témoin mais, néanmoins ami le Rôdeur.
Il fut aussi surpris et ravi de la présence des invités, bien que certains lui semblent inconnus.

Mais elle était la seule sur qui ses yeux se posa inlassablement, la détaillant de la tête aux pieds dans sa plus belle robe blanche, lui réservant pour chacun des regards, les plus tendres sourire.
Elle, sa femme pour qui il venait de dire sans hésiter un seul instant, son plus beau et sincère oui, leur offrant un avenir à deux pour le meilleur comme pour le pire.
Il ne pouvait que savourer cet instant, comme si c’était le dernier, tentant d’oublier autant qu’il pouvait leur petite entrevue la veille du mariage, au sujet d’une absence après la cérémonie.

Tout se déroula à merveille et plus tard vient enfin l’instant d’intimité pour eux deux.
La serrant de tout son amour, les secondes devenaient encore plus précieuses, il voulait faire cesser le temps et la garder près de lui, pour cette nuit, bien plus que les autres.
Mais son souhait ne se réalisa pas et il la laissa partir pour entamer le voyage comme prévu.

Il resta un court instant sur les coussins luxueux disposé un peu partout offrant le plus de confort possible, en invitation à ce qui aurait dû être une nuit de noce inoubliable.
Mais il n’avait plus le cœur à cela, puisqu’elle n’était plus là.
Le silence pesant avait pris la place et bientôt Alendo se retira du lieu, regardant brièvement une dernière fois la place centrale où il vécut l’instant le plus fort de sa vie.

Il s’isola donc dans leur chalet, au village des Chasseurs, trop de questions s’agitaient en lui en plus de subir cette solitude forcée.
Saisissant son masque blanc, il le retira avant de l’envoyer brutalement le percuter contre un mur. Dans un excès de colère il se déchaîna renversant quelques affaires à terre. Il ne pouvait plus tenir, grognant presque et se mit à tourner dans la pièce, tel un loup en cage dans une spirale infernale.

Ne voulant rien saccager par la folie, il finit par s’agenouiller frappant d’un point violent au sol.
Le regard vide et fixant le sol, il laissa la magie des souvenirs en compagnie de sa femme le calmer un peu, lui faisant revenir lentement la raison.

Son regard se tourna peu à peu sur l’alliance en lâchant un long soupir. « Pourquoi… pourquoi cette nuit… » se murmura t-il.
Fatigué, il se releva pour ranger les affaires disposées au sol.
Sortant pour regarder la Lune lui offrant son plus beau rayon, il laissa la fraîcheur nocturne s’emparer de son corps et respira à pleins poumons.

Toujours en regardant l’astre lunaire, il reprit d’un ton légèrement plus serein

« Je te fais confiance, si ce voyage représente une quelconque chance pour toi, je n’ai pas à m’opposer… Si tel est notre défi… Je n’ai plus qu’à attendre, serait ce, rien qu’un signe de toi… je n’ai plus qu’à attendre… que ma vie reprenne… »

Retournant d’un pas lent à l’intérieur pour se diriger en direction du lit, puis se laissant tomber sans aucune retenue, il ferma les yeux, espérant secrètement pouvoir les rouvrir en compagnie de sa femme.

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

[Un souffle de vie...]

Message par Alendo » dim. 13 juillet 2008 à 16h01

[Un souffle de vie….]


Des jours encore et encore sans un signe de vie, des jours à attendre, à guetter la moindre ombre, à écouter le moindre bruit. Des jours à se torturer l’esprit, sombrant peu à peu dans une lente folie.
Si le corps était intact, l’esprit lui, était à l’agonie.

Errant dans les villes tel un spectre sans repos, il croisa une naine, qui en savait bien plus que les autres… elle était une sorte de messager, travaillant pour un soit disant gentil monsieur s’occupant de sa femme.
Retenant sa rage au fond de lui, il n’avait pas envie de blesser cette petite, car elle était devenue le seul lien avec lui et l’espoir de revoir son épouse.
N’ayant pas un autre choix, il accepta d’écouter et de remplir une tâche puis une autre bien plus délicate au fil des jours.
Au cour de l’une d’elle, une nouvelle cicatrice fit son apparition, comme pour le marquer de cette période qu’il n’aurait pas voulu retenir dans ses souvenirs. Mais ce qui ne tue pas, rend plus fort.

Il revit la petite pour la dernière fois, elle semblait lui apporter ce qui pouvait être une bonne nouvelle, mais il lui fallait encore traverser des terres pour en être certains.
Sans perdre un instant il se mit en route vers la direction indiquée, traversant des plaines et autres chemins abandonnés.
Il garda toujours une once d’espoir d’en finir avec tout cela et de reprendre une vie qui s’était arrêtée le jour de la cérémonie, le jour où elle est partie…

La nuit noire rendait l’exploration délicate et si ses yeux ne pouvaient voir suffisamment au loin, il se laissa guider par son instinct ou peut être simplement par son cœur, celui-ci se mettant à battre étrangement de plus en plus.

Il finit par la découvrir allongée au centre de ce qui semblait être un endroit pour un rituel.
Le lieu était loin d’être accueillant, des choses étranges devait se passer ici. Sans perdre un instant il s’avança, mais lentement, ses pas étant ralentis par la peur de voir devant lui un corps inanimé.
L’enlaçant délicatement pour la relever, un sentiment de soulagement vint à lui… tout était enfin fini, elle était là et en vie… une vie caractérisée par un battement de cœur.
Des lors, une partie de ces questions venait de trouver réponse. Ils s’échangèrent quelques mots, mais elle était bien trop affaiblie et aussitôt il décida de la ramener au chalet du village, dans le souhait de s’occuper d’elle.

De nouveaux les jours passèrent, mais cette fois-ci elle était enfin à ses côtés.
Il resta avec elle, lui offrant de son temps, de son énergie et de son amour. Rattrapant le temps perdu et profitant de chaque instant à deux.
Malgré tout, un sentiment étrange lié à une tristesse naquit en lui lorsqu’il la contempla dans son sommeil agité. Le retour pour elle à une vie normale, n’était pas aussi simple qu’il aurait cru et loin de tout repos…

Il finit par comprendre que les choses ne seraient sûrement plus comme avant ou un peu différente.
Mais il avait la patience et l’espoir en lui.
Qu’importe les changements, leur amour réciproque était toujours présent et c’était la sa véritable raison de vie qui lui donne la force nécessaire d’avancer.
Se marier, c’est pour le meilleur comme pour le pire, il relativisa en se disant que l’état actuel des choses étaient un défi de plus à relever…. Car plus que jamais il n’hésiterait pas à tout donner pour la soutenir et la garder près de lui.

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » jeu. 24 juillet 2008 à 01h01

[Te rejoindre…]


Par une nuit calme, un homme vêtu d’un long manteau noir, semblait errer dans toutes les villes proches, le regard vide et d’une allure lente.
Mais c’est finalement à Heine, qu’il décida de s’arrêter. Marchant dans une ruelle peu éclairée, la folie le prit soudainement, ses pensées les plus obscures venait de surgir en lui.
Il se mit à frapper encore et encore de toutes ses forces contre le mur face à lui. Son gant se déchire peu à peu, puis ensuite le sang se mit à couler à mesure que les impacts se faisaient sentir. Il frappait encore et encore, prit de rage ou de désespoir, la douleur ne lui faisait rien, en comparaison à celle qu’il avait dans le cœur. Puis vint un craquement d’os, il venait de se briser un doigt ou deux… mais qu’importe, il continua, jusqu'à en faire craqueler le mur à force d’acharnement.

Fatigué, résigné et abandonné à son triste sort, il se dirigea ensuite vers la fontaine sur la place centrale.
Se posant sur le bord et plongeant lentement sa main dans l’eau glacée, laissant celle-ci prendre peu à peu la teinte rougeâtre de son sang.
Il regarda un long moment la Lune puis se mit à murmurer, comme relâchant toute la peine qu’il avait en lui.


C’est fini… Tout est fini… Ce que je craignais le plus est finalement arrivé, ce n’est pas juste… Elle était tout pour moi… Tout a commencé à cause de ce mariage… Elle n’aurait jamais dû tenter de changer ce qu’elle était, je l’aimais comme ça…
Je me hais… plus que jamais… je n’ai pas su la garder à mes côtés…
C’était maintenant où jamais qu’elle avait le plus besoin de moi.
Que vais -je devenir, elle n’est plus là, ma seule raison de vie s’est envolée sans moi…
Je me sens vide, j’entends mon cœur qui hurle son nom… Mais cela n’est plus nécessaire… Ce cœur… je dois le faire taire à présent.
Elle me manque et hante mes pensées, je n’arrive pas à poser le regard quelque part, sans l’imaginer proche de moi.
Son sourire, ses yeux, son regard qui me donnait la force, à jamais seront gravés en moi.
Mais je n’ai plus la force d’avancer sans elle.
Ses gestes et sa voix, mon corps ne connaîtra plus cette divine sensation qu’elle m’offrait chaque jour.
Je ne vis plus, je survie… mais à quoi bon ? Pourquoi s’accrocher à la vie si ce n’est pour en souffrir davantage ! J’ai mal, tellement mal. Je m’isole et hurle mon désespoir, je ne me reconnais plus.


Les rayons de la Lune, dévoilèrent deux fines traces légèrement plus brillantes, chacune sur une joue, partant des yeux.
L’homme se leva, regardant sa main en triste état.
Etrangement seule son alliance semblait avoir survécu, restant intacte comme lors du mariage.

Il se mit en direction de la passeuse, avant de lui chuchoter ce qui semblait être une destination.
La dite passeuse se concentra un bref instant et avant de le faire disparaître pour peut être la dernière fois, dans un dernier souffle il murmura toujours…

La rejoindre… Oui c’est ce que je souhaite, la solitude me pèse trop, j’ai perdu goût à la vie, perdu goût à mes envies.
Je sombre lentement, j’ai hâte d’en finir et de pouvoir te rejoindre ma Louve.
Là où je vais, je n’aurai qu’un dernier pas à faire pour être libre de ce cauchemar et rouvrit les yeux là-haut … avec toi.
Parce que je t’aime.

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » dim. 3 août 2008 à 20h25

[Survivre….]




Au coucher du soleil, une silhouette vêtue de noire par une longue et légère cape, s’avançait lentement sur les terrains torturés du marais brûlant.
On pouvait y distinguer les traits d’un homme, son visage s’était effacé de tout sourire.
Marchant comme un prisonnier sur le chemin de la mort, il laissait son regard balayer le sol inlassablement, comme si sa dernière heure allait sonner

La chaleur devenait de plus en plus intense, à mesure qu’il s’approchait de l’étendue de lave en constante fusion. Sa cape se mit à brûler étrangement.
D’un geste vif il s’en dégage, la laissant virevolter dans l’air avant de la voir finir en cendre au contact de la lave.
Son regard se tournait lentement sur le haut d’une falaise, il esquissait un léger sourire, cherchant en même temps le chemin adéquat pour arriver en hauteur.
Le grand détour fait, il pouvait enfin admirer le paysage s’offrant à lui. Restant un long moment à regarder et pensif.


Je regarde cet océan de lave se profilant devant moi, je suis là… au bord de cette falaise, au bord de ma vie…
Je n’ai qu’un pas à faire… pour te rejoindre…

Je sais que tu as fais la promesse de me revenir…et j’ai vu de quelle manière… mais j’ai du mal à accepter cela, c’est trop dur.
« La mort n’est pas une fin, c’est le début de pleins de choses » tel sont les mots de cette mystérieuse sombre… celle qui parle aux morts… celle qui te fais revenir à moi…

Mais ce n’est peut- être pas ainsi que je voulais que cela se passe… je suis perdu.
Le pouvoir de cette sombre est impressionnant c’était la première fois que je voyais cela. C’était fascinant et effrayant à la fois.
D’un coté tu es là… de l’autre il y a elle.
Pourtant et malgré tout, je ne peux pas m’empêcher de l’ignorer, elle a aussi une existence, une âme et elle semble aussi avoir souffert…
Je n’ai pas le droit d’être égoïste et de détruire sa vie au profit de la mienne.
Mon regard me trahit souvent, mais je n’arrive pas à regarder autrement, elle a les mêmes yeux que toi… mais c’est là, la seule chose que vous ayez en commun.
Peut- être n’est-ce pas plus mal ainsi.

Peut-être avait t-elle raison, c’est sûrement le début de quelque chose pour moi… on dit que l’inconnu fait peur… alors je vais donner une chance et apprendre à la connaître.
Depuis que tu es partie, je n’ai plus écouté mon cœur… il est temps que je le laisse me guider une fois de plus, c’est la meilleure façon de ne rien regretter et de faire les bons choix.


Soupirant longuement et reculant lentement du bord, comme réalisant son erreur.

Je n’ai plus rien à perdre après tout.
Mais peut- être tout à y gagner…
Ce n’est pas encore ma fin… C’est un nouveau début…

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » mer. 27 août 2008 à 16h16

[Présence…]



Etudiant dans une pièce éclairée par la simple lueur d’une bougie posée sur la table, l’humain tournait lentement les pages de son grimoire une à une. Essayant de rester concentré sur les écrits parfois incompréhensibles qui était associé à l’art de la magie noire…

Ce pouvoir qui pouvait tant le fasciner depuis si longtemps était désormais dans sa main, sans pour autant être certains d’en tirer toutes les capacités avant un bon moment.
Perdant peu à peu sa concentration au fil de l’étude, il se laissait emporter dans ses souvenirs.

L’un d’eux était incontestablement celle où il a appris qu’il serait père, loin de toute attente.
Prêt à tout pour garder et assumer pleinement ce rôle qu’il allait enfin pouvoir endosser, il se laissait parfois à songer de nouveau sur son avenir encore flou sur certains points. Les questions pouvaient s’agiter davantage dans sa tête au fur et à mesure.

Prenant le temps de s’occuper de sa compagne Ishtar et de l’enfant qu’elle portait, le sens du mot famille venait de prendre forme sous ses yeux.
Etait-ce un rêve ?
C’était probablement un des siens qui était en train de se réaliser, qu’il pouvait dorénavant toucher délicatement du bout des doigts sur le ventre de sa compagne.

Cependant, une certaine crainte pouvait surgir en lui, une crainte que tout s’écroule. Qu’une fois de plus le destin s’acharne sur lui et lui retire cet enfant.
Il essayait pourtant de ne pas y penser, concentrant ses efforts sur la belle, devenant de plus en plus radieuse au fil des jours.

Tout semblait aller pour le mieux, depuis longtemps il pouvait sentir une tranquillité de nouveau l’envahir, ce n’était pas désagréable, bien qu’il ne soit plus habitué à cela…

Pourtant, ce bonheur aller vite prendre fin.. à cause d’une chasse… un coup de trop. Malgré tous les efforts faits, le destin venait de s’abattre de nouveau, retirant l’espoir de voir une famille naître…
Déception et colère faisaient de nouveau partie en lui, cet être qui est parti et qu’il ne connaîtra jamais, cet être en qui il avait fondé un espoir d’avenir.
Tout cela venait de se briser en éclat, aussi tranchant qu’une lame et blessant au plus profond de son âme.

Mais cette tristesse n’était rien face à ce qu’il pouvait voir… celle qui partageait sa vie avec lui, sombrant et culpabilisant de ce drame.
Ne voulant pas la perdre elle aussi, il se forçait à enfouir sa peine au plus profond de lui-même et à garder les épaules solides pour la réconforter, puis l’aider à franchir cette épreuve.
Il ferait tout pour revoir l’éclat qu’elle avait avant.

Revenant lentement de ce souvenir, il était temps de partir et d’aller la rejoindre. Pressant son pouce et son index sur la flamme de la bougie, la pièce était de nouveau sombre, laissant les ténèbres venir.


« La vie continue… et c’est avec elle que je le veux »

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » jeu. 2 octobre 2008 à 03h05

[Un au revoir….]



Le temps passe et les choses changent, les gens aussi peut être….
Alendo avait sûrement changé entre temps, il en était conscient. Il n’avait plus le même but qu’autrefois.
Certains mots ou des gens tout simplement, lui ont sûrement ouvert les yeux.
Il sentait qu’il n’avait plus sa place, malgré les bonnes volontés de certains. Mais en voulait t’il une…
Le vent de paix qui pouvait s’installer sur les terres, ne faisait que renforcer son idée de partir, du moins au début.

Plus le temps passe et plus il pouvait s’éloigner lentement de ceux qui furent autrefois les « siens ».
Mais le fait était là, une page de sa vie avait bel et bien tourné. Depuis longtemps peut être, mais il refusait de regarder la vérité en face, repoussant ce jour à chaque fois, espérant un faible retour aux sources pour lui.
Bien que la menace de Dion pouvait encore planer, il n’en faisait plus sa priorité.
Le temps de regarder ailleurs, le temps d’avancer autrement… le temps de vivre que pour lui… et avec elle.

L’accumulation de plusieurs événements récents, suffisaient pour le pousser à prendre le pas vers la salle du trône d’Innadril.
Non pas pour faire un règlement de compte ou une plainte…
Cette fois ci, il était obligé de prendre une décision, non pas par nécessité au vu de la situation, mais pour le besoin d’être honnête dans ses intentions, honnête envers lui-même et les autres.

S’avançant lentement dans l’immense château, il regardait une dernière fois ce lieu. Repensant un bref instant à des souvenirs peut être pas si désagréable, mais tellement lointain, comme à ses débuts dans cette Communauté...
Il en déposa une lettre, à l’attention de tous.
Mais outre cela il laissa tout à coté son blason, chose qu’il n’avait plus porté depuis un temps, désormais c’était officiel…

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » ven. 7 novembre 2008 à 22h27

[Une nouvelle voie…]


Voilà déjà un bout de temps, qu’Alendo avait refermé les portes du château d’Innadril, laissant derrière lui son blason et une communauté qui prospère, pour poursuivre sa propre route.
Le métier de chasseur situé au village même où il vivait avec Ishtar, semblait être une alternative pour gagner de l’argent et continuer à avoir un but, du moins temporairement.

Si au début tout était amusant et simple, très vite les contrats devenaient de plus en plus long et fatigant pour une grande prise de risque sur un gain minime.
Mais c’est surtout l’arrivée temporaire au chalet, de la petite Belaris, la fille adoptive de Kirika et El-Lyou durant leur lune de miel, qui révélera un nouvel aspect d’Alendo. En tant que parrain, il n’hésita pas à s’intéresser au bébé, parfois maladroitement.
Apprenant des choses nouvelles pour lui et s’attachant petit à petit à cet être.
En regardant Ishtar, si rayonnante tenir l’enfant dans les bras, sa vision d’un avenir n’avait jamais été aussi claire, proche et chaleureuse.

Une page venait de se tourner et celle qu’il était en train d’écrire avec elle, était certainement la plus belle de toute…

Les jours passèrent très vite, peut être même un peu trop à son goût et bientôt Belaris alla rejoindre sa famille, laissant un certain vide dans la vie du couple. Cependant, le désir de créer une famille était toujours là, aussi intacte et même davantage plus qu’auparavant, la nature fera les choses en temps voulu.

Un soir alors qu’il n’était que de passage dans la vieille ville de Gludin, il vit Kirika l’Ambrassadrice de l’Ordre d’Ambre.
Elle vient à lui pour une proposition, un souhait de vouloir protéger sa fille Belaris d’une menace. Et par conséquent, une invitation à rejoindre les rangs de cet Ordre, afin d’être toujours aussi proche d’Ishtar mais aussi pour être plus présent dans la protection du bébé.
L’idée de porter le blason ne lui était pas étrangère pour d’autres raisons, les choses semblaient claires dans son esprit.

« Nous vivons selon l’adage,
Si tu veux la paix, prépare la guerre »
A ce moment-là, il se souvint de ces mots.. ceux de l’AmbreRegente elle-même…des mots justes, qu’il n’avait jamais entendu de par le passé.
Le monde semblait tourner calmement pour le moment, mais personne ne saurait affirmer ce qui se trame quelque part. Le danger peut surgir de partout et l’enjeu trop important pour rester inactif.
Porter le blason et offrir de nouveau ses lames, pour assurer une certaine paix.
Tel était son choix, sa voie.

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » mer. 26 novembre 2008 à 02h31

[Changement....]


Une silhouette lourdement vêtue, faisait plusieurs pas dans les rues bondées de Rune. Les passants regardèrent avec curiosité cette personne, chuchotant entre eux le nom de Prisme.
Pourtant il n’en était rien, car derrière l’imposant masque de l’Ordre, se trouvait Alendo…pensif comme à son habitude…


Voilà déjà quelques Lunes que j’ai pu rejoindre l’Ordre d’Ambre… puis en quelques semaines ensuite pour l’affrontement et le scellage du grand Dragon… Ce n’était pas facile mais nous avons réussi.
J’évite de mélanger le travail et la vie privée. Je sais que ma femme en fera de même et c’est ce qui fait que nous garderons notre part de bonheur dans la vie…
Une vie… voilà ce qui arrive lentement, à son rythme, une vie naissante qui grossit tout doucement dans le ventre de ma moitié…
Au début je m’inquiète, je ne cesse d’y penser, avec la peur de perdre cet être qui arrive… mais ma confiance revient assez vite, je sais qu’elle y arrivera… et le mettra au monde.

Ce monde… le temps s’écoule inlassablement, mon corps se marque tout comme mon visage, j’arrive à distinguer mes traits témoignant d’un nouvel age… Il m’en reste encore à faire et à voir, mais pourtant j’ai l’impression d’être déjà au sommet de ma vie… reste à savoir combien de temps tout cela continuera… je crains simplement la chute… ma fin…

Entre temps L’AmbrRegente m’a fait part de sa confiance en me proposant de faire parti de sa garde personnelle. Ce n’est pas un travail contraignant et c’est tout en mon honneur. Pour la première fois, je me sens réellement impliqué dans quelque chose, peut être est ce le fait de retrouver une organisation militaire comme dans ma jeunesse qui me rend ainsi.

Ishtar m’a montré sa nouvelle tenue, plus appropriée pour accompagner nos futures missions avec l’AmbrRegente. La tenue n’avait rien d’anodine, les formes épousent parfaitement le corps, la protégeant de la tête aux pieds, dans un tissu fin et très résistant. J’ai pu laisser parcourir ma curiosité sur la moindre couture, mettant le regard en avant sur les couleurs de l’Ordre…. jusqu’au moment où elle me dit que je peux aussi avoir la mienne.
Ce ne sera qu’a la fin de la journée, que j’ai pu enfin porter à mon tour les mêmes couleurs qu’elle, troquant le temps d’un changement mystique, mon armure de base à celle de la tenue d’un garde d’Elite, qui me serviront seulement lors des missions.


L’homme cessa de marcher quand il vit en face de lui, Prisme le gardien de la ville. Ce dernier, immobile, jaugea le nouvel aspect d’Alendo. Puis il reprit lentement sa ronde d’un air tout aussi impassible.
Pour les simples passants, ils auraient pu croire que ce n’était qu’un garde royal de plus tant les différences physiques et vestimentaires était minimes entre eux… Mais au final, rare seront les personnes qui pourront deviner de qui il s’agit derrière cet imposant masque…

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » jeu. 8 janvier 2009 à 17h51

[Elles…]


Le calme s’était installé cette nuit là au village des chasseurs. Tout le monde semblait dormir profondément.
Alendo sortit prendre un peu d’air en restant au pas de la porte du chalet. Refermant la porte pour s’y appuyer, il semblait s’accorder une petite pause, jetant un œil sur cette Lune avant de fermer les yeux.

« Ainsi me voilà père… une chose que je n’aurais jamais cru possible jusqu'à cette grossesse, puis de la naissance des deux petites. J’avais cette crainte au fond de moi, que la nature nous éteigne ces deux étincelles de vies. Mais je dois admettre que cette fois-ci, elle a su être généreuse…

Huit Lunes où elle a pu souffrir… puis j’ai eu cette peur de la perdre le jour de l’accouchement, mais j’ai préféré ne rien laisser paraître pour l’encourager jusqu’au bout… heureusement tout s’est bien passé et maintenant nous voici avec deux vies à accompagner. Cependant le plus dur semble reste à faire. Je me sens prêt plus que jamais.
Malgré mon assurance et la joie qui peut m’envahir, j’espère pouvoir être à la hauteur de leurs attentes, aussi bien à mes filles qu’à ma femme. »


Il rouvrit les yeux et regarda un peu autour, toujours de son air pensif.

« Dans le fond c’est étrange, je repense un peu plus à ma défunte sœur, je me demande comment elle aurait réagi en voyant tout cela. Elle aurait sûrement rit et hurlé à la mascarade…
Même si autrefois on m’avait prédit cet avenir, je ne l’aurais pas cru jusqu'à aujourd’hui… Ce ne sont que deux enfants et pourtant je sais qu’elles vont réussir à faire leur petit effet. Apres tout, nos sangs coulent dans vos veines.

J’imagine déjà comment elles seront plus grandes… de ce qu’elles feront… mais je n’ai pas si hâte de voir cela, car c’est lorsque je vois leur mère les serrer toutes les deux tendrement dans les bras, que je me laisse à regarder inlassablement ma petite famille. C’est beau et chaleureux à la fois, un rêve de plus qui s’accomplit… grâce à elle… »


Les pleurs d’un bébé commençaient à se faire entendre au travers de la porte. Alendo retourna à l’intérieur, puis se dirigea vers le berceau sur lequel il avait passé tant de temps à le préparer. Il se pencha et regarda les deux bébés, l’une contre l’autre. Les pleurs venaient de Morganth, qui se calma aussitôt.
Il glissa la main dans le berceau, l’approchant juste au-dessus des deux petites. Coral s’empara de l’index, tandis que Morganth saisit le majeur. Toutes les deux semblaient s’amuser à leur façon, tirant chacune un doigt en souriant.
Alendo rit simplement en échange et continua à les regarder faire un long moment.

« J’espère pouvoir un jour vous offrir un monde où vous pourrez grandir en paix… »

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » jeu. 26 février 2009 à 15h33

[Une sœur…]



Il fait tout blanc autour de moi, tout semble si pur, c’est à la fois agréable et inquiétant. J’avance lentement, en ne voyant aucun chemin devant moi. Puis j’arrive à distinguer cette étrange silhouette se révélant progressivement, à mesure que mes pas s’accélèrent vers elle.
L’étrange sensation de la reconnaître s’anime en moi.

Une jeune femme se tenait devant moi, restant de dos. Je n’avais plus besoin d’avancer.

« Bonjour petit frère… » disait-elle d’une voix douce et chaleureuse à la fois.

Pourtant, la peur m’envahit dans les secondes qui suivent, me faisant reculer d’un pas.
« Je croyais que tu étais morte, tu n’as pas à venir me parler »

Elle poussa un long soupire puis le rire d’une enfant.
« Mais voyons, bien sûr que je suis morte… je suis simplement venue te rendre une visite, après tout c’est normal non ? Cela fait si longtemps. Oh je t’en prie, ce n’est pourtant pas la première fois… si tu commence à me rejeter ainsi, on va pas bien s’entendre »

Secouant ma tête négativement, je décide de faire demi-tour. Mais à peine ai-je eu le temps d’avancer dans ma fuite, que je la retrouve de nouveau devant moi toujours de dos.
Elle se remit à rire, semblant prendre plaisir par la situation.
« Pourquoi, veux tu me fuir petit frère ? Je viens simplement prendre de tes nouvelles… et surtout t’annoncer quelque chose de bien pour toi, tu vas voir ça va te plaire »

Refusant d’en entendre plus, je me mets à courir et la dépasse dans ce paysage vide, maculé de blanc sans relief, mais une fois de plus elle finit par revenir devant moi par le spectre qu’elle est devenue.
Résigné devant une fuite impossible, je croise les bras en prenant une longue inspiration.
« Bien alors je t’écoute… autant en finir si je n’ai pas le choix »

Elle se mit à avancer à reculons vers moi, gardant toujours ce profil de dos.
« Tu m’as l’air heureux en ce moment, en tout cas, plus que jamais depuis toute ton existence, tu sais si les choses s’étaient passées autrement… j’aurais pu l’être aussi pour toi. Comme je t’envie, cela doit être si agréable d’avoir sa famille… Mais tu sais hélas que je ne peux te pardonner mon petit frère… »

Serrant le poing droit sous l’énervement, je décide de m’approcher d’elle, amenant l’autre main vers son épaule afin de la retourner. Elle se laisse faire, comme si elle n’attendait que cela.
« Ecoute-moi bien maintenant, je ne sais pas à quoi tu joues, mais cela ne prend pas avec moi… et la moindre des choses c’est que tu pourrais me parler face à face… car je… »

Soudain l’horreur se glisse en moi, lorsqu’elle se retourna pour de bon, me montrant enfin son visage. Celui-ci était entièrement brûlé, on pouvait y distinguer plusieurs trous dans les joues, tandis que le reste de la peau et ses lèvres semblaient avoir fondu. On pouvait apercevoir certains muscles rongés par la brûlure. De ses deux yeux il ne restait que celui de droite, ayant en plus perdu les paupières… Plus aucun son ne pouvait sortir de ma bouche, j’avais l’impression d’être figé contre ma volonté.

Son petit rire d’enfant se faisait de nouveau entendre et se mit à raisonner tout autour, tandis que sa douce voix continua.
« Je ne peux pas te pardonner de m’avoir contrainte de mettre fin à mes jours… Mais je te promets une chose dès à présent… on va oublier toute cette tragédie, qu’en penses tu ?
Je sais que ta mort est proche et je veux être présente pour te guider sur cette place qui aurait dû être tienne depuis toujours… Moi aussi je suis encore de ta famille après tout ? Il est normal que je te veuille avec moi… Alors il est inutile de fuir, car j’ai assez attendue jusqu’à présent, laisse faire simplement les choses... et reviens à moi »


Elle approcha très lentement sa main droite de ma joue. Au moment du contact avec la peau tout disparut et enfin le retour à la réalité était évidemment provoqué par un réveil en sursaut, doublé d’une légère sueur froide…

Mon cœur battait extrêmement vite, je pensais même qu’il allait exploser. Je regarde autour de moi, Ishtar et les deux filles dorment profondément. Je n’ose faire du bruit ou la réveiller…
L’angoisse de ce rêve… Ou cauchemar reste pourtant en moi. Ce n’était pas la première fois qu’elle faisait des apparitions dans mon sommeil, mais elle était toujours distante et silencieuse.
Le malaise ne pouvait pas me permettre de me rendormir aussi facilement cette fois-ci.
Me rhabillant lentement, je sors pour prendre un grand bol d’air frais et regarder les étoiles encore brillante dans la pleine nuit, gardant l’espoir d’y retrouver un certain calme en moi.
Le froid s’enlaça petit à petit autour de moi, tandis que mon regard se perd dans l’immensité de la voûte stellaire, comme pour y rechercher une éventuellement réponse…


« Et si… elle disait vrai… »

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » lun. 2 mars 2009 à 21h23

[Le rituel…]



Mentir... oui c’est vrai que je ne pouvais pas lui mentir sur ce qui était la raison de mon tourment. La crainte du sommeil prenait de plus en plus le dessus sur moi. Je ne voulais rien dévoiler et tout garder, pensant que je pouvais y arriver seul…
Je le faisais, en pensant tout d’abord à la sécurité des miens. Mais comment pourrais-je aimer ma femme si je refuse son aide et la confiance qui nous lient. C’est ainsi qu’elle apprit tout de ce qui pouvait hanter mes nuits. Elle ne semblait pas surprise, elle connaît mieux les esprits que moi après tout.
Le soir un premier rituel était fait. Une tentative pour distinguer un véritable esprit ou simplement une défaillance de mon subconscient.
Des objets qui étaient censés la piéger… du moins si ma Sœur était un esprit faible…

Cette nuit et malgré la protection elle refit son apparition.
Toujours dans cet endroit couvert de blanc et dénué de paysage ou de vie.. Toujours cette sensation de vide autour de moi… et elle qui était là devant à m’attendre sagement. Je me souviens encore que je ne pouvais pas la fuir, alors j’avance vers elle, provoquant la confrontation.

Son apparence était différente depuis la dernière fois, elle n’avait plus la partie inférieure du corps, il ne restait qu’une infinie ondulation de ses bouts de tissus. Son visage était toujours aussi effrayant et encore plus difforme qu’auparavant. Elle s’avance à son tour et arrive au plus près de moi.
Sa voix reste la même et toujours avec cette pointe de douceur dans les sons.
« Bonjour petit frère… je vois que tu me réserves des pièges à présent… heureusement pour toi que je suis coriace… il m’en faudra plus pour me faire abandonner. »

D’un geste vif, elle me pousse au sol, pendant que des liens s’enroulent à mes poings et mes pieds. La panique me gagne, mais je n’arrive pas à parler. Elle se dresse au-dessus de moi avant d’y faire apparaître une longue lame à double tranchant dans sa main. Elle se mit à rire avant de commencer à me faire ressentir la pointe sur la peau de mon ventre.
« Il est temps qu’on passe aux choses sérieuses petit frère… tu as assez vécu comme ça, maintenant il est temps pour toi de rentrer avec moi… »

Très lentement elle appuya sa lame contre moi, faisant pénétrer atrocement le froid et le tranchant dans la déchirure d’une peau tendue et des muscles brûlants.
Je voulais hurler toute ma peine et ma souffrance à ce supplice, mais aucun son ne pouvait sortir de ma bouche. Je ne pouvais que regarder le plaisir sadique qu’avait ma Sœur en me plantant au fur et à mesure son instrument de torture.

Soudain son attention se porte dans une direction, elle semblait y voir une chose au-delà de ce monde teinté de blanc. Quelques instants ensuite, elle reposait son regard sur moi… avant de retirer rapidement la lame de mon ventre.
Sa voix se mit à devenir plus grave, il n’y avait plus aucune douceur dans l’intonation.
« Il y a quelque chose ici… chose qui ne doit pas être là…. Je dois te tuer au plus vite… où je risque de perdre »

Sans perdre un instant de plus, elle se mit à me replanter plus sauvagement, avant de répéter le même supplice sur une zone encore indemne de mon corps. Le sang pouvait jaillir de mes entrailles.
La douleur était trop forte et la violence de la mutilation ne faisait que me pousser à céder pratiquement à une mort certaine.
Puis ce qui aurait pu m’être le coup fatal… fut ma libération… de ce nouveau rêve…

Une fois de plus, la peur était en moi, mes yeux scrutaient de manière nerveuse le plafond du chalet.
Tandis que mon cœur était sur le point de lâcher, les mains chaleureuses d’Ishtar vinrent se poser contre mon torse comme pour me retenir, suivit de sa douce voix venant se glisser au creux de l’oreille, ramenant progressivement un calme en moi. Je savais qu’elle était là, je n’avais plus de raison de m’isoler à présent.
Je n’avais plus qu’à me confier sur ce que je venais de vivre. Ma sœur avait visiblement eu peur de quelque chose… quand mon regard se tourne dans la direction qu’elle avait durant l’apparition… je découvre le berceau de nos filles… Ont t-elles un rapport ? C’est sur cette question que mon sommeil reprit le dessus.

La nuit suivante au château, n’était guère plus calme… ma sœur était déterminée à me traquer pour me faire céder ou me faire provoquer tout simplement un suicide… La même scène s’était répété, avec encore la même sensation d’être si proche de la mort.

La situation ne pouvait plus durer… Il étant temps d’en finir.
Moi ou elle.

Quelques jours plus tard et après qu’elle ait pu finir ses recherches, Ishtar vint me rejoindre sur la place d’Aden. Juste des mots et un baiser, nous n’avions plus qu’une chose en tête, bannir ma Sœur une bonne fois pour toute.

Le rituel allait se passer au centre du temple oublié, dans la région de Gludin.
A l’intérieur le temps semble comme se figé, tout était pareil depuis mon dernier passage. Nos filles étaient déjà présentes sous la surveillance de l’Ombre protecteur. Ishtar, sans perdre de temps était déjà en train de préparer le rituel, traçant son pentacle au centre de la pièce qui était bercé par la douce lueur d’une lumière apaisante et contrastant avec l’obscurité de ce lieu oublié depuis des lustres par les vivants.
Je n’avais plus qu’à lui tendre le collier de ma Sœur… mais étrangement la crainte se faisait ressentir en moi… pendant quelques instants je voulais faire demi tour et me résoudre à accepter mon destin…quitte à en mourir, mais ne voulant aucunement prendre un risque pour toutes les trois.
Mon regard croise alors celui d’Ishtar, je pouvais y lire toute la détermination et la confiance qu’elle avait pour réussir dans ce prochain affrontement avec l’esprit.

Collier en main, elle invoque une première fois l’esprit. Son apparence n’a guère changer depuis les deux dernières visites dans mon sommeil. Elle semblait peut-être un peu perdue, ce qui ne l’empêcha pas de tenter de fuir.
Ce ne sera qu’en y versant une goutte de mon sang sur la chaîne argenté du bijou, qu’elle décidera de rester à son appel de l’au-delà.
Elle observe chacune des présences en ce lieu et fini par se tourner complètement vers moi.
Etrangement elle ne tente rien, laissant simplement son véritable rire sinistre et aigu se répandre dans toute la pièce. Ishtar avait déjà entamé l’incantation, suivit de nos filles qui levèrent les mains vers l’esprit comme pour la retenir.

Prise au piège, tel un fauve en cage, elle lute désespérément pour se libérer de l’emprise s’exerçant sur sa matérialisation. Puis elle regarde les deux filles. Agacée de tout ceci elle tente une approche avant de se faire bloquer par L’Ombre protecteur une première fois.

Soudain, d’un cri strident elle brise quelques cristaux… ceux qui étaient au plus proche des filles. Les éclats volent et fusent en un éclair sur la joue de chacune d’elles, traçant une fine et nette coupure. Malgré la blessure, elles restent étrangement en pleine concentration… Ce qui ne fut pas le cas pour Ishtar, troublée par ce qui venait de se passer, elle perdit une fraction de seconde l’incantation. Il n’en fallut pas plus à ma Sœur pour sortir de son piège et foncer sur elle.
La matérialisation lui permit d’asséner facilement un coup au visage, se traduisant par trois longues griffures sur le coté gauche, touchant l’œil.

Tout ce que je pouvais craindre venait de se produire sous mes yeux. Ishtar était en danger.
Je décide alors de foncer à mon tour sur ma Sœur afin de la retenir du mieux que je pouvais.
C’est à ce moment-là, lors du contact que… tout semblait s’arrêter autour de moi… plus un son, plus un geste, mais une vision... je pouvais voir tous les instants vécus avec elle durant ma plus tendre enfance, aussi brève fut t-elle. Je pouvais également sentir qu’elle s’en allait pour de bon. Les images, les rares souvenirs enfouis au plus profond de moi-même, tout venait de remonter à la surface en un rien de temps. Elle me révéla lors de cette vision, son plus beau visage remplie de douceur et d’un sourire attendrissant… elle était si jolie… si pure, elle faisait bouger ses lèvres dans le souhait de me dire ses derniers mots… mais je ne pouvais rien entendre ou peut être que je ne voulais rien entendre pour ne pas briser cet instant.

« Al ! Non ! Relâche-la ! »
Ce fut finalement les mots d’Ishtar qui me firent revenir à la réalité, l’esprit me repoussa alors dans son ultime effort tandis qu’Ishtar redoublait d’effort dans son incantation malgré sa blessure. Je la voyais partir vers elle, en même temps qu’elle semblait se dissoudre et soudain un énorme flash d’un blanc étincellement noya la pièce pendant quelques secondes… tout autour de nous n’était plus que cendre et poussières.

Comme ressorti de nouveau d’un rêve, je prends quelques instants à regarder autour de moi, jusqu'à ce que mon regard se fige sur le corps inerte de ma femme au sol.
Me précipitant à son chevet pour la prendre dans mes bras, la peur de la perdre se faisait ressentir en moi à travers mes gestes hésitant et d’un ton remplit d’inquiétude.

Tout était fini, le rituel venait de se passer. Je venais de perdre le dernier lien avec mon passé.
Mais je n’avais pas le temps de repenser ou de réaliser tout cela, l’urgence était de ramener ma compagne en lieu sur à présent.
L’Ombre s’était chargé de ramener nos filles.

De retour au chalet, c’est finalement lui-même qui la soignera… Lui aussi semble avoir souffert de cette confrontation, je sais qu’il m’apprécie probablement encore moins pour ce qui s’est passé, mais cela n’avait aucune importance pour moi tant qu’Ishtar avait encore un signe de souffle.
Restant simplement au près d’elle, je laisse mes mains prendre la sienne en les approchant de mes lèvres.
La peur qui était en moi se dissipa lentement pour un regain de confiance lors qu’elle posa l’autre main sur la mienne, je n’avais plus peur… je savais qu’elle était forte.
A peine quelques mots d’échangés et elle replongea dans un profond sommeil.
« Elle te pardonne… »

Ce pardon avait un étrange goût… je savais qu’au fond de moi le prix en serait cher en regardant la blessure d’Ishtar et de nos filles…
Ma Sœur allait maintenant connaître le véritable repos éternel, mais cela n’avait plus d’importance à mes yeux…. L’important était pour moi de veiller sur celle qui venait de sacrifier une partie d'elle pour moi...

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Message par Alendo » ven. 20 mars 2009 à 01h17

[Ma Ishtar…]



Les deux petites filles, Morganth et Coral étaient par terre en train de jouer chacune avec leur jouet respectif.
Ayant fini de ranger ses affaires, Alendo s‘approcha lentement avant de pouvoir s’asseoir aux cotés d’elles.
Elles se précipitèrent vers lui, essayant toutes les deux de se hisser dans les bras de leur père, qui s’amusait à les regarder faire.
Morganth commença à s’énerver et se mit à pousser Coral, lui faisant perdre son équilibre.
Alendo grogna un peu, bien qu’amusé plus qu’autre chose et prit les deux chipies dans les bras.
« Allons, on ne va pas se chamailler maintenant »

Elles le regardèrent toutes les deux, comme attendant quelque chose, puis elles lâchèrent « Maman ! » en même temps.
Souriant, il se mit à parler aux filles.

« Votre maman est partie faire un tour en ville, elle va bientôt revenir. Mais puisque vous semblez toutes les deux tellement la vouloir, je peux toujours vous raconter une petite histoire en attendant.
Non pas celle d’une princesse ou d’un loup sauvage, simplement de votre douce et tendre mère. »


Les prenant bien dans les bras, il se mit raconter d’une voix calme, partageant son regard avec ses enfants.

« Je me souviendrais toujours de notre première rencontre… nous étions à Heine, le temps était maussade tout comme mon cœur qui était meurtri par la perte de ma compagne ce jour-là. Votre mère se tenait devant moi, avec sa fière allure. Elle était déjà très belle. J’ai tout de suite admirer ses merveilleux yeux émeraudes, avant d’apaiser ma tristesse par le son de sa voix. Je me souviendrais toujours de ces mots : La mort n’est pas une fin, mais le début de quelque chose de nouveau… »

Les deux filles commencèrent à se blottir dans les bras de leur père.

« Vous savez, elle a le pouvoir si particulier de communiquer avec les esprits de l’au-delà. Elle était là, un peu pour me rendre service dans ce sens.
Ainsi la décision de rester avec elle dans le seul but de pouvoir parler avec ma défunte compagne était déjà le début d’une histoire sans le savoir…
On ne pouvait pas se supporter, elle voulait avoir la paix et moi je voulais que ma compagne revienne.
Il faut dire qu’elle avait un sacré caractère… d’ailleurs qu’elle l’a toujours mais c’est mieux ainsi, au moins je sais qu’elle ne se laissera pas faire face aux inconnus.
Seulement…avec ce pouvoir, il est difficile d’envisager un avenir de la sorte. Et bien qu’on en dise, la mort finie bien par séparer… les morts doivent rester où ils sont et il faut savoir se relever pour voir ce que l’avenir nous offre.
Et c’est ce qui s’est passé. Bien que je puisse parler à ma défunte compagne, c’était aussi tout simplement votre mère, à sa façon d’être qui ne me laissa pas indifférent. Peu à peu, j’éprouvé même un certain besoin de la soutenir, elle qui était en train de sacrifier une partie de son existence pour soulager ma peine et satisfaire mon caprice.
Et je crois que c’est ce qui a fait que j’ai voulu me rapprocher d’elle, la connaître, la découvrir avec le temps.
Malgré mes questions ou mes doutes, j’ai commencé à laisser peu à peu le passé derrière moi, laissant à votre mère davantage de répit.

On a fini par se dévoiler, l’un de l’autre, à s’apprécier un peu plus. Elle m’a fait découvrir certaines choses comme par exemple les grands plongeons. Quand vous serez plus grande on en fera aussi avec vous, vous verrez c’est très amusant.
La vie a suivi son cours, moi j’ai rangé mon passé pratiquement au fond de mon coeur pour laisser place qu’à elle seule. Et je sais depuis longtemps, que c’était la meilleure chose à faire. »



Se relevant avec les deux petites, il s’approcha lentement du berceau, berçant tendrement en les faisant plonger doucement dans un léger sommeil. Il continua à raconter.

« J’étais fier le jour où elle a pu rejoindre l’Ordre d’Ambre, c’était pour moi une façon pour que tous puisse reconnaître ses qualités de combattante et sa volonté à être parmi les meilleurs.
C’est peut-être aussi ce qui m’a poussé un peu à la rejoindre sous les mêmes couleurs, quelques temps plus tard. Bien que je sache qu’il ne faut pas mélanger sentiments et travail, la simple satisfaction de la voir à mes cotes, suffisait déjà à me donner toute la force dont j’avais besoin et de renforcer ma confiance en moi pour les missions.

Puis un jour, j’ai commencé à lui parler mon désir de fonder une famille. Et bien plus encore, lorsque nous gardions la petite Belaris. C’était un bel aperçu de cette vie dont je voulais tant pour nous.
Je ne sais pas si c’était le bon moment, il est vrai que je suis plutôt du genre à voir très loin.
Mais en fait, bien avant vous mes chéries, nous avions eu un premier enfant… mais la vie ne lui a pas laissé une chance de voir le jour… ce fut une épreuve assez délicate à franchir, mais en restant à ses cotés, nous l’avons réussi et heureusement que plus tard, vous étiez là afin de combler ce manque pour nous permettre de devenir une famille.

Cependant, il y aura toujours eu une chose qui continuera de me trotter dans la tête malgré tout. C’est de me lier avec votre mère. On devait le faire depuis un temps, mais certaines batailles et autres événements ont dû repousser le projet, d’autant plus que je voulais que tout soit parfait pour elle. Dans le fond, à force de trop réfléchir aux détails, j’ai oublié quelque peu la principale raison, faisant traîner encore et encore ce mariage.

Mais dernièrement, elle m’a fait comprendre que tout ce qui était important, c’était juste notre union et pas toutes les choses futiles autour. Savoir saisir l’opportunité quand elle se présente devant nous, savoir sauter sans avoir besoin de réfléchir car on sait qu’on ne risque rien.
Sur le coup je n’ai pas su réagir correctement, j’ai pu lire la déception dans son regard. Je ne pouvais pas accepter d’en rester là et faire comme si tout allait bien.
J’ai toujours voulu offrir le meilleur de moi-même, j’ai toujours voulu mettre la barre très haut. J’ai toujours agi ainsi, car à mes yeux, elle le méritait tout simplement.

Il ne m’en fallait donc pas moins pour me pousser à lui faire une surprise le lendemain, en la faisant venir sur notre île, devant notre éternelle gravure et enfin sceller nos vies ensemble sous la bénédiction d’une prêtresse.
C’était je pense, le plus beau cadeau que je puisse lui faire, après tout ce temps ensemble…
Un jour, quand vous serez plus grande, vous comprendrez et j’espère aussi que vous connaîtrez quelque chose de semblable. C’est tout ce dont je vous souhaite…. »


Morganth et Coral, luttèrent difficilement pour rester éveiller. Alendo en profita pour les mettre chacune tour à tour dans le berceau, recouvrant ensuite les petits corps de la fine couverture. Il continua dans un doux murmure.

« Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur elle, sachez que vous pouvez être fière de votre mère, je sais qu’elle serait prête à se sacrifier pour vous. »

Les deux filles s’endorment paisiblement murmurant un simple « Maman… » à l’unisson.

Alendo sourit et commença à s’éloigner vers une chaise.
« Je sais que je ne serais sûrement plus ici sans toi, que je n’aurai sûrement pas pu goûter à cette vie de famille sans toi… mais je sais surtout que je t’aime et t’aimerai pour toujours… ma Ishtar. »

Alendo
Zombie Lord Farakelsus
Messages : 38
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h15

Re: Alendo

Message par Alendo » ven. 7 mai 2010 à 18h37

[Fin... ]


Voilà déjà plusieurs Lunes que nous avons fait notre voyage. Trouver une nouvelle terre et apprendre à vivre différemment. Sur ce nouveau continent, on y découvre une nouvelle vie, de nouvelles personnes c'est dépaysant. J'ai ranger mes armes dans le coffre, je m'occupe en redécouvrant les joies de retaper une maison de fond en comble. Elle est bien plus grande et belle que celle que nous avions au village des chasseurs.

Mais dans le fond, tout cela m'importe peu. J'ai ma petite famille avec moi et cela me suffit amplement jusqu'à la fin de mes jours. Je ne regrette pas d'avoir pu servir dans l'Ordre d'Ambre, c'était une famille dans la force et l'honneur, j'espère que les choses vont bien pour ceux qui restent encore à porter fièrement les couleurs du blason.

Lorsque je regarde ma Ishtar, elle est de plus en plus magnifique avec le temps. Je sais que j'ai de la chance... Quand je pense qu'elle a su offrir mon rêve. Je n'aurais jamais cru cela possible à notre première rencontre... et pourtant... Peut-être que sans elle je ne serais plus là, je lui dois beaucoup et je n'aurais jamais assez d'une vie pour exprimer tout mon amour.
Nos deux petites filles Morganth et Coral grandissent si vite. Bientôt il faudra que je prenne le temps d'enseigner quelques techniques de combat à ces chipies. C'est surement un peu tôt, mais elles sont si curieuses et apprennent très vite. Je rêve déjà d'un bel avenir pour elles.

Souvent, il m'arrive de regarder le soleil se coucher dans l'infini océan, je repense alors à toute ma vie, à mes compagnons, mes batailles, mes échecs, les bons moments comme les mauvais. Pour le simple homme que je suis, j'aurais eu une vie bien remplie et j'aurais surtout survécu assez longtemps.
J'ignore ce que me réserve encore l'avenir, mais je sais que j'ai suffisamment d'expériences pour mener à bien, le restant de mes jours aux cotés des miens.

Peut-être qu'un jour mes lames reviendront se fondre sur une nouvelle menace, mais pour le moment je veux juste profiter d'être avec ma famille. Vivre tranquillement comme un simple homme loin de tout les maux de ce monde.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités