[BGElfe] Elvie

Ici se trouvent les BGs des héros décédés, paix à leurs âmes.

Modérateurs : Conseillers, Admins et GMs

Répondre
celinelabart
Elpy
Messages : 3
Inscription : mar. 3 décembre 2013 à 00h02

[BGElfe] Elvie

Message par celinelabart » ven. 20 décembre 2013 à 15h49

Nom : Desombreloïs

Prénom : Elvira

Surnom : Elvie

Age : 130

Sexe : féminin

Race : Elfe

Métier : Archère

Compétences : traque et chasse

Alignement : neutre bon

Langues parlées : Commun

Description physique : Elvie est une Elfe ordinaire. Ses cheveux très clairs presque blanc portés librement sur ses épaules, ses yeux également clairs d’un vert translucide, ses oreilles dépassant de ses cheveux sont pointées vers l’arrière de son crâne. De taille moyenne pour un Elfe, son corps est longiligne et androgyne ne portant aucune marque particulière hormis une brûlure laissé par la corde d’un arc lors de son apprentissage à la chasse avec son père adoptif.

Caractère : Elvie est gentille, douce, fidèle à sa parole et parfois influençable, encore idéaliste, réservée assoiffée de connaissances auxquelles elle n’a pas eu accès dans son enfance.

Situation financière : aisée

Comportement social : petit propriétaire terrien

Croyances : pas de croyance pour le moment mais Elvie se sent attirée par Eva.

Relations extérieures :
Elfes : pas de contact avec d’autres Elfes
Humains : bonne relation puisque élevé par des humains
Kamaels : pas de contact
Nains : pas de contact
Orques : hais depuis le massacre de sa famille
Sombres : pas de contact

celinelabart
Elpy
Messages : 3
Inscription : mar. 3 décembre 2013 à 00h02

[BGElfe] Elvie

Message par celinelabart » ven. 20 décembre 2013 à 16h02

Tout commença par une chaude nuit d’été quelque part dans une ville humaine. A la porte d’une taverne, un homme, Miret Desombreloïs, venu en ville pour affaires, s’apprêta à rentrer dans celle-ci quand il aperçut un curieux sac. L’homme s’approcha pour examiner le sac de plus près. Miret découvrit un petit être fragile emmailloté dans une couverture. C’était une petite fille de race elfique que l’homme identifia au vu de ses minuscules oreilles allongées. Miret Desombreloïs, qui avait bon cœur, décida d’emmener l’enfant vivre avec sa famille et lui.

Petit propriétaire terrien, il possédait assez de terre pour subvenir aux besoins des siens et ils ne manquaient de rien. La petite Elfes grandit au sein de la famille Desombresloïs comme étant un membre à part entière dont elle prit les coutumes humaines. En compagnie de ses frères et sœurs plus jeunes, son enfance se déroula en d'agréables moments. Son père adoptif emmenait souvent Elvira, surnommée Elvie, à la chasse, passion de Miret Desombreloïs. Elvie fut encouragée dans cette voie, apprenant de lui ses talents de chasseur et de traqueur de gibier. En effet son ascendance elfique lui permettait d’exceller dans ce domaine.

Des années plus tard, à l’approche de sa mort, son père adoptif révéla à Elvie les circonstances de sa venue dans la famille. En effet, des années plutôt la petite Elfe avait bien remarqué ses différences physiques ainsi que certaines aptitudes peu conventionnelles pour une jeune humaine. Même si ses parents adoptifs n’avaient jamais fait de différences entre l’ainée Elfe et ses frères et sœurs humains les différences perduraient.

Après la mort de ses parents adoptifs Elvie resta auprès de ses frères et sœurs dans le but de les aider à la gestion du domaine. Cette vie paisible, partagée entre la gestion de la ferme et ses parties de chasses avec ses frères, dura une dizaine d’année.

Après un après-midi de chasse, Elvie rentrait ravie de sa fructueuse chasse. C'est à ce moment que son attention fut attirée par le calme régnant dans les environs de la bâtisse. Deux corps gisaient au fond de la cour. Elvie s’y rua et découvrit le premier corps, étant celui de l'un de ses frères. Quant à l’autre, une bête immonde : un orc. Que faisait-il ici et pourquoi cette attaque ? Se dirigeant vers la maison, elle y entra et découvrit les corps de ses sœurs mortes, elles aussi, dans la pièce de vie. Désespérée, Elvie fit le tour du domaine et découvrit le corps de ses deux autres frères, encore et toujours sans vie, eux, près de la grange. Que s’était-il passé ici ?

Après avoir examiné les lieux à la recherche d’indices, elle enterra les corps des membres de sa famille le cœur lourd, les larmes aux yeux. La tristesse et la haine habitaient maintenant son cœur. Les retrouver et leurs faire payer ce massacre. Elle se recueillit sur les tombes de ses frères et sœurs en réfléchissant à la traque des Orcs. Elle alla récupérer des affaires. Son arc de chasse, un carquois remplit de flèches ainsi que des flèches supplémentaires, sa cape de camouflage, une couverture en vue de sa longue traque et pour finir des provisions. Elle repéra les traces des orcs à l’entrée du domaine.

Elvie suivit les indices du passage des orcs comme elle le faisait avec son père lors des parties de chasse. Elle emprunta le chemin qui serpentait entre les champs vers les collines, direction prise par les meurtriers. L’après-midi touchait à sa fin quand elle atteignit le pied des collines. Elle décida de bivouaquer à cet endroit pour la nuit. Elle prépara un feu et sortit de son sac de quoi manger. Elvie se força un peu à manger, sachant qu’elle aurait besoin de forces pour pister les Orcs. Elle s'enroula dans sa couverture, les yeux fixés sur les flammes. Toute la nuit, elle repensa au massacre. Pourquoi sont- il venus jusqu’au domaine, que cherchaient-ils et pourquoi n’avaient-ils pas pillé le domaine? A peine l’aube levée, Elvie reprit sa traque, commençant par gravir la colline. Son attention à pister les traces était perturbée par les questions qui tournaient dans sa tête.

Plusieurs jours durant, Elvie poursuivit sa route sur les traces que les Orcs laissèrent derrière eux. Elle découvrait chaque jour leurs bivouaques pour la nuit. Ils avaient un jour d’avance sur Elvie, peut-être deux, tout au plus. Le paysage changeait, les collines laissaient place à une petite plaine cédant elle-même la place à une chaîne de montagnes dont les pics restaient enneigés en cette fin d’été. Elvie décida d’accélérer les choses. Elle allait devoir se déplacer de nuit si elle voulait rattraper les Orcs Cette nuit-là, Elvie arriva sur la plaine éclairée par une lune ronde lui facilitant la tâche. Sa marche forcée portât ses fruits au matin du quatrième jour. En effet, la jeune Elfe découvrit leur campement de la nuit dont les cendres du foyer étaient encore tièdes. Un sourire de satisfaction se dessinât sur ses lèvres qui avaient pris un pli amer ces derniers jours. Se sachant proche du but, demain, peut-être, allait-elle les surprendre.

Elvie marcha encore cette journée-là, puis, le soir venu, elle décida de prendre un peu de repos en vue de sa confrontation avec les Orcs. Après une nuit qui se révélât reposante, l’Elfe repartit sur la trace des Orcs. En milieu de matinée, elle ralentit l'allure à l’approche de la montagne, se sentant à découvert .Malgré ses talents de dissimulation, elle se drapa de sa cape de couleur taupe pour se fondre dans le paysage lunaire. Elle entreprit de gravir le raidillon. En fin d’après-midi, elle aperçut une esplanade rocheuse se dessinant à quelques mètres plus hauts. Ralentissant le pas, les oreilles aux aguets, la jeune Elfe discernât des chuchotements dans une langue inconnue. Les orcs étaient là, installant sans doute leur campement pour la nuit. Elvie attendit la nuit pour franchir les derniers mètres et se dissimuler dans la nuit pour approcher du campement. Elle s’installa derrière un énorme rocher sans doute tombé de l’à-pic plus haut. Elle patienta jusqu’au matin, ne dormant pas. Cette nuit-là, elle écouta les Orcs manger et s’installer pour la nuit. La jeune Elfe observa le petit groupe d’Orcs. Il se composait de semblait-il d’un chef et de trois autres Orcs sous ses ordres. Les Orcs prirent du repos sauf un, qui montait la garde à tour de rôle. Elvie décida de préparer l’attaque au petit jour. Les premières lueurs du soleil apparurent et Elvie sortit son arc de son étui, banda la corde sans bruit, installant son carquois sur son dos. Elle repéra la position des Orcs encore endormie Après quoi Elvie prit position et inséra la première flèche dans la corde de l’arc. Elle tira la flèche vers l’arrière visant le garde en faction. La flèche partit en sifflant. L'Orc ne s’aperçut de rien et s’effondra, une flèche dans la gorge. Au bruit du corps tombant devant eux, les Orcs se réveillèrent. Mais Elvie avait déjà encoché sa deuxième flèche. La colère brulait en elle décuplant sa force, visant un autre Orc. Celui-ci tomba aussi. La jeune Elfe ne perdit pas de temps inséra une autre flèche alors que les orcs éberlués se demandèrent d'où venait l’attaque. La panique saisit les deux survivants qui s’enfuirent. Elvie, tremblante devant ce qu’elle venait de faire, les laissa fuir. Elle s’assit quelques minutes sous le choc. Puis, d’un pas chancelant elle se dirigea vers le corps des deux Orcs. Elvie se baissa l’écœurement au bord des lèvres, fouillant les deux corps. Elle ne trouva rien d’intéressant hormis une lettre sale. La jeune Elfe l’ouvrit et fut déçue car celle-ci était écrite dans une langue inconnue d’elle. Que faire maintenant ?
Elvie décida d’abord de repasse par son domaine. Une fois chez elle, elle refit le tour afin de voir si elle n’aurait pas manquer un indice. Mais rien de plus. Elle devait absolument déchiffrer cette lettre. Elle allait devoir trouver une personne capable de traduire cette missive. Elvie prépara de nouveau son sac de voyage, passant par le pâturage pour prendre le cheval de son frère. La jeune Elfe décida de se rendre à la ville la plus proche pour trouver un traducteur compétent et discret. Elvie repris la route en direction d’un petit village dans les environs du domaine pour se renseigner. Elle sortit de la propriété, ne se retournant pas dit simplement adieu à son domaine.
Au village elle fit la connaissance de voyageurs lui indiquant une grande ville où elle pourrait continuer ses recherches. La jeune Elfe trouva un traducteur dès son arrivée en ville. Cependant elle déchanta vite puisque la lettre ne révélait rien, hormis une signature en bas de la lettre deux initiales presque illisible.
Durant presque trente ans, Elvie poursuivit ses recherches. Elle se décourageait quelques fois mais se reprenait très vite en repensant au massacre des siens. Au cour de sa quête, elle découvrit plusieurs pistes intéressantes. Le signataire de la missive était un chef Orcs du nom de Gumhtark Barh mais celui-ci ne lui révéla rien de concret juste une hypothétique association avec Nécromant du nom de Daihrn. Mais ce Nécromant demeura introuvable. La seconde piste, l’information recueilli d’un clan Orcs rencontre lors de ses pérégrinations. Ils lui parlèrent d’un Hierarche mais une fois encore pas de nom juste ce titre. La dernière information, elle la découvrit dans une taverne malfamée dans une contrée froide loin au Nord. Elle avait écouté une discussion intéressante entre un Orcs et un autre individu non identifiable. Ils mentionnaient un domaine loin au sud. L’inconnu portait un blason qui se révélât bien plus tard, d’être celui des Synodes.
Les deux dernières pistes semblaient plus prometteuses que le premier qui fut un échec dans les premières années de sa quête. Elvie en était là dans ses recherches quand elle fit la connaissance à Aden sur la place d’un curieux groupe de personnes intéressantes et amicales. Surtout deux Elfes, l’un Lunalath qui lui fit découvrit Aden et d’autres endroits. Celui-ci lui présenta l’honorable Manvë Elenae. Elvie apprit d’elle la vie des dieux ainsi que la croyance en Eve, mère des Elfes. Ces deux personnes pourrait peut- être l’aider. Elle avait remarqué que les deux Elfes jouissaient d’un certain prestige et semblait avoir des relations influentes dans plusieurs villes. Elvie au milieu de la place d’Aden fièrement dressée, le regard fixe, part vers une nouvelle vie, à la poursuite de son destin…..
+-

Répondre