[bgkamael] Narya

Ici se trouvent les BGs des héros décédés, paix à leurs âmes.

Modérateurs : Conseillers, Admins et GMs

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

[bgkamael] Narya

Message par Meliäa » ven. 6 juin 2008 à 21h45

Narya
  • Nom : Inconnu Prénom : Narya
    Sexe : Féminin Âge : Impossible à estimer
    Race : Kamael Classe : Briseuse d'Âmes

    Croyances : Admet l'existence des Dieux, mais n'en révère aucun.

    Langues parlées : Toutes, avec un léger accent agréable à l'oreille bien que rarement entendu à travers le continent. On remarque cependant une utilisation fréquente de mots généralement considérés comme archaïques, voire oubliés, dans les langues suivantes :
    • Elfique
    • Orque
    • Naine
    Description physique : Sans son unique aile, on lui donnerait presque l'apparence d'une jeune femme mi-Elfe, mi-Humaine. D'une stature fine mais athlétique qui rappellera celle des races elfiques, aux courbes si harmonieuses qu'elles pourront sembler artificielles, elle garde pourtant une certaine grâce dans ses mouvements.
    Mis à part sa carnation un peu plus rosée et visiblement sans imperfection, et ses cheveux blancs légèrement ondulés - soyeux et fins, qui encadrent un visage doux aux traits agréables à regarder - le seul détail qui pourrait la rendre étrangère à toutes les races initialement connues sont ses yeux. D'un rouge soutenu, ils abritent une sorte de sagesse que seule une longue vie peut apporter, mais aussi une intelligence vive. Ils peuvent toutefois mettre mal à l'aise, si l'on a pas l'habitude de côtoyer des Kamaels, tout comme le reste de son apparence.
    Image
    Habillée à la mode Kamaelle, Narya privilégiera des tenues élégantes et pratiques. Sa coiffure le démontre également. Dégageant sa nuque, sa chevelure est généralement séparée en six parties qui sont maintenues attachées par des bagues d'un métal léger et résistant.

    Autres (particularités) : Son visage arborera souvent un air tranquille et calme, voire neutre. Mais elle pourra vous sembler enfantine et malicieuse dans certaine de ses réactions, tout comme sérieuse et responsable, ou dure et froide selon la situation.
    Il arrive parfois que certaines de ses missions requièrent plus de discrétion que nécessaire. Dans ce cas, Narya devient Aacya, et dissimule son aile grâce à un procédé jalousement gardé secret par les membres de son ancienne unité. Elle ressemble alors davantage à une demi-elfe albinos qu'à une Kamaelle.
Narya est souvent vue en compagnie de son fils, Kaeryan, et de sa fille, Netih.

Kaeryan
  • Nom : Inconnu Prénom : Kaeryan
    Sexe : Masculin Âge : Dix-huit ans
    Race : Kamael Classe : Berserker

    Croyances : Aucune.

    Langues parlées : Kamael, Commun, Sombre.

    Description physique : Ce jeune Kamael ressemble en tout points à ceux de sa race. Ses cheveux mi-longs sont d'un blanc pur, parcouru de mèches mauves, et légèrement ondulés. Sa peau est de cette même couleur rosée que les autres Kamaels, et son apparence semble elle aussi trop parfaite pour être vraie, deux yeux rouge grenat venant peaufiner le tout.
    Son corps de jeune adulte semble avoir gagné en puissance et en rapidité ces dernières années, ayant rejoint celui de ses aînés, du fait du maniement de l'épée antique et de l'entrainement singulier qu'il a reçu toute son enfance.

    Autres (particularités) : C'est le fils de Narya et de Kaedrick, deux Kamaels membres de l'Armada. Mis à part son origine "naturelle", qui en fait un cas rare chez ceux de sa race, c'est un Kamael comme les autres sur beaucoup de points. Sur d'autres, par contre, il est plutôt singulier.
Netih
  • Nom : Inconnu Prénom : Netih
    Sexe : Féminin Âge : Neuf ans
    Race : Kamael Classe : Aucune

    Croyances : Aucune.

    Langues parlées : Kamael, Commun, et quelques mots d'Elfique.

    Description physique : Cette fillette ressemble en tout points à ceux de sa race. Ses cheveux longs sont d'un blanc-mauve et ondulés. Elle possède une unique aile, qui semble grandir avec lui. Sa peau est de cette même couleur rosée que les autres Kamaels, et son apparence semble elle aussi trop parfaite pour être vraie, deux grands yeux rosés venant peaufiner le tout.

    Autres (particularités) : C'est la fille de Narya et de Kaedrick, deux Kamaels membres de l'Armada. Mis à part son origine "naturelle", qui en fait un cas rare chez ceux de sa race, c'est une enfant comme les autres sur beaucoup de points.
    Pour cette petite poupée aux grands yeux graves, il n'existe aucun vêtement Kamael adapté, aussi elle est souvent vêtue comme une petite Sombre ou une petite Elfe.
Dernière modification par Meliäa le mer. 14 septembre 2011 à 17h16, modifié 10 fois.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Message par Meliäa » mar. 10 juin 2008 à 20h09

Elle se mit au garde-à-vous en entendant son matricule et articula audiblement un "oui". Après avoir appelé tous ceux qui se trouvaient aujourd'hui avec elle, l'officier regarda sa liste et dit d'un air pensif :
  • - M12833 et M12847 brillent par leur absence ... ils n'ont pas dû réussir les tests de pré-sélection. Bien, dit-il en relevant la tête, je vais vous expliquer le but de votre présence ici.
Ils étaient 18. 18 nouvelles recrues, du matricule M12831à M12850, à la base d'entrainement de l'Ile des Ames. La durée de leur séjour dans le camp dépendrait des capacités de chacun : au minimum un an et environ 6 mois. Durant les premiers mois, ils seraient suivis psychologiquement et physiologiquement par des scientifiques. L'officier conseilla aux soldats de leur confier tous leurs problèmes, quels qu'ils soient : ceux-ci étaient soumis au silence et ne servaient qu'à assurer leur bonne santé. tout ceci pour être sûr de leur capacité à servir les desseins de leurs Maitres.
L'officier leur apprit que plusieurs unités étaient déjà sur Ether et qu'une partie de leur formation ici servirait à les instruire sur ce monde assez différent du leur, les préparant ainsi à la "suite des opérations".

Tout en gardant à demi l'attention tournée vers celui qui serait leur capitaine à partir de ce moment, M12840 jeta un regard furtif à ses compagnons qui écoutaient religieusement son discours. Personne ne semblait avoir remarquer que certain points abordés par leur capitaine sonnaient faux.
Après tout je n'ai pas à mettre en doute les paroles de mon supérieur ... Son regard rubis s'attarda quelques secondes sur M12841 : il y avait quelque chose de différent chez lui. Elle fronça légèrement un sourcil sans vraiment s'en rendre compte puis détourna à moitié le regard : il avait dû sentir qu'on l'observait et regardait à présent sa camarade du coin de l'œil. Un sourire étira fugacement les lèvres de M12841 alors qu'il détournait le regard. Tss ... M12840 fit comme si elle n'avait rien remarqué et reporta toute son attention sur le capitaine ; il énonçait à présent les règles et les interdictions de la base. Entre autres, la règle de "proximité" : pas de contact physique prolongé entre les soldats de sexe opposé. Tout contrevenant serait rappelé à l'ordre sévèrement. Et cela valait pour les plus jeunes, qui comptaient environ 18 années révolues, comme pour les plus vieux. Les dortoir des femelles était d'ailleurs séparé de celui des mâles.

Après plus de deux heures d'explications, le capitaine les emmena dans la cour centrale, où ils avaient entre-aperçu deux unités qui s'entrainaient quand ils étaient arrivés. Pour le moment, elle était vide.

  • - Hier, vous avez tous reçu une tenue et une épée. c'est le moment de nous montrer de quoi vous êtes capables, clama le capitaine, un mince sourire aux lèvres.
Ils leur fit faire une série d'exercices que tous réussirent sans aucun problème. Ils s'entre-regardèrent d'un air surpris, la réputation qu'avait ce camp d'entrainement avait-elle été surfaite ? La seconde série s'avéra bien plus difficile et certain eurent un peu de mal. Le capitaine les groupa ensuite par deux et engagea des combats. M12840 réussit à battre une femelle aux cheveux violets puis se retrouva ensuite contre un mâle, aux coups beaucoup plus puissants. M12840 s'adapta aussitôt en augmentant sa vitesse d'exécution : elle réussit à pointer son épée sur sa gorge, signifiant ainsi que le combat était terminé. Pour son troisième combat, qui s'avéra être le dernier, elle se retrouva contre M1284. Encore lui ... ? Ces combats les avaient tous épuisés, et M12841 avait déjà perdu un combat, ce qui ne l'empêcha pas de lui tenir farouchement tête. Quand le capitaine siffla la fin des combats, aucun des deux ne semblait avoir pris le pas sur l'autre, mais elle finit par se laisser tomber à terre, épuisée : M12841 avait gagné. Il lui jeta discrètement un regard interrogateur, mais elle éluda sa question avec un haussement d'épaules et un regard pénétrant.
  • - M12840 ?

    - Oui, capitaine ? Demanda-t-elle en se relevant.

    - Le professeur Xarris vous attendra dans une heure à la salle 1-02. M12841, vous passerez juste après M12840. Pour le moment, nous nous rendons en salle 2-05.
Dernière modification par Meliäa le lun. 17 août 2009 à 16h56, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Message par Meliäa » mar. 10 juin 2008 à 22h18

Lihdya Xarris observait ses deux premières créations, à distance. Elle remarqua le petit coup d'épaule que donna M12841 à sa camarade en passant à côté d'elle. Pourquoi agissaient-ils comme deux adolescents normaux ?
Elle fit la moue : on lui avait demandé de tester les noyaux cellulaires de la section 03 du bloc 0R1G1N3. Leur patrimoine génétique avaient été quelque peu modifiés mais on ne savait pas quelle incidence cela aurait sur le caractère des sujets. A elle de le découvrir. Ces deux-là avaient déjà de grandes capacités physiques ; un bon point pour commencer.
D'après ce qu'elle avait étudié, il avait fallu un certain nombre d'essais pour arriver aux soldats tels qu'ils sont à présent. Les premiers étaient trop instables du fait d'émotions ineptes et d'une conscience individuelle trop développée. On avait donc modifié petit à petit le génome des noyaux utilisés pour ôter ces "tares". Se dirigeait-on maintenant vers des soldats génétiquement améliorés ?

  • - Ont-ils vraiment supprimé toute attirance physique chez les sujets ? Se dit-elle à voix basse. Les caractères physiques sont pourtant toujours là ...

    - Ils sont comme de petits enfants avec des corps d'adultes, fit une voix masculine tout près d'elle.
Un jeune scientifique, quoique plus vieux qu'elle se tenait non loin de là et semblait avoir entendu ce qu'elle avait pensé tout haut. Il observait certains des soldats avec attention, sans regarder Lihdya. Un sourire malicieux étira ses lèvres tandis qu'il jetait un regard amusé vers elle, sans pour autant atténuer cette aura de puissance intellectuelle qui semblait se dégager de lui. Elle se tourna lentement jusqu'à lui faire face.
  • - A qui ai-je l'honneur ?

    - Professeur Barren, répondit-il en découvrant ses belles dents blanches. La jeune professeur Xarris, je suppose ?
Elle lui serra la main en étouffant sa surprise. Voyant qu'elle ne disait rien, il ajouta :
  • - Vous avez été nommée responsable des tests de la section 03, c'est bien cela ?
Barren ... sa réputation le précédait. Éminent spécialiste de la création des troupes mais aussi un coureur de jupons irrécupérable, d'après les rumeurs. Il fallait avouer qu'il avait un certain charisme. Personne n'aurait songé à l'affecter à une tâche aussi dangereuse pour sa carrière : si les tests de la section 03 s'avéraient être un échec, la réputation du chercheur responsable en serait gravement affecté. Tandis que pour elle, qui n'avait rien à perdre, ou presque, cela ne posait aucun problème ... Elle fit taire sa jalousie naissante et répondit d'un ton aimable. Mieux valait ne pas se l'aliéner.
  • - C'est cela.

    - Alors, quelles surprises recèlent ces nouvelles combinaisons génétiques ?
Elle lui servit un magnifique sourire énigmatique de son cru ; la perplexité s'afficha sur le visage séduisant du professeur Barren. En jetant un coup d'œil à l'unité 15, elle vit qu'ils avaient terminé.
  • - Top secret, répondit-elle avec un sourire amusé. Désolée de ne pouvoir répondre plus amplement à vos questions, professeur, mais j'ai à faire.
Il parut reprendre ses esprits, croyant à une plaisanterie de sa part, et lui fit un nouveau sourire charmeur.
  • - Nous nous retrouverons certainement un peu plus tard.

    - A plus tard, acquiesça-t-elle aimablement.
Elle sortit avec un sourire proche de l'ironie, sans se retourner.

L'entretien avec M12840 et M12841 ne laissa percer aucune anomalie psychologique, en tout cas pour le moment. Certaines fois cela se déclarait plus tard, il fallait donc être patient. Elle décela tout de même une sensibilité aux expressions anatomiques supérieure à la normale chez les deux sujets. Mais cela pouvait se révéler passager et même comme un atout face aux situations qu'ils rencontreraient sur Ether. Elle avait presque pensé, à un moment, que ces deux là avaient certains sentiments. Mais cela n'était pas encore sûr : elle réitèrerait donc des tests.
Dernière modification par Meliäa le lun. 17 août 2009 à 16h56, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Message par Meliäa » mar. 7 octobre 2008 à 23h04

Narya se réveilla peu avant l'aube, comme tous les matins. Elle s'approcha de sa fenêtre et s'accouda au rebord pour regarder tomber la pluie, laissant vagabonder ses pensées.

Nous ne sommes plus que 16 ...

M12834 alias Michya, une jolie femelle aux cheveux bleus, sombrait jour après jour dans ce qui semblait être un désespoir sombre et profond, depuis plus de deux mois. Elle perdait peu à peu confiance en elle et avait fini par s'effondrer en larmes au milieu d'un exercice. L'équipe médicale l'avait emmenée ; elle n'était jamais reparue.
M12838 ou Liren, n'avait pas tardé à la suivre, ayant développé une agressivité qui tirait sur la violence et qui était totalement incontrôlable. L'équipe médicale n'avait intervenu que lorsqu'il avait blessé sévèrement un de ses camarades. Il avait également disparu de la circulation juste après sa mise en quarantaine.


Les "sujets" défaillant sont éliminés ... ça ne tourne pas rond ... mais ça, je ne suis pas censée en avoir conscience ...

Et M12841 qui ne semblait même pas s'en rendre compte ... Savait-il ce qu'il risquait à être si inconscient ?
  • Le soleil était couché depuis une heure et ils étaient encore en exercice. Le tout dernier coup autorisé au cours du dernier combat avait amené M12840 et M12841 à poser leurs épées en travers de la gorge de l'autre. Leurs visages étaient si proches que M12840 pouvait sentir le souffle de son camarade.
    Narya avait alors découvert la paralysie relative que pouvait engendrer la surprise. Elle ne parvenait plus à bouger ... et se promit qu'elle s'entrainerait pour ne plus jamais se retrouver dans cette situation. Un garde les avait vus et fonçait dans leur direction.

    • - Matricules M12840 et M12841 ! Séparez-vous immédiatement ou ce sera la sanction ..., cria-t-il d'un ton autoritaire.
    Maël écopa d'une privation de repas pour la journée suivante et de corvée de nettoyage que Narya effectuerai en même temps lui. Et l'unité 15 fut dispersée, ses membres autorisés à se rendre aux douches et à retourner dans leurs dortoirs. Heureusement que le professeur Xarris a cessé ses observations depuis un bon mois ...

    Narya avait fait son possible pour éviter Maël tout le lendemain et elle avait plutôt bien réussi. Pas besoin de donner plus de soupçons aux encadrants. Juste avant le repas de midi, Maël vint frôler Narya et lui murmurer avec un sourire indéfinissable:
    • - Viens où tu sais ce soir, j'ai à te parler ...


    Elle lui jeta un regard noir, ce qui eut pour seul effet d'élargir son sourire narquois et passa son chemin, sans se retourner. Mais elle était obligée de passer devant le rendez-vous que lui avait donné M12841. "Où tu sais" était une salle de la base abandonnée depuis plusieurs années que Maël venait occuper de temps à autre pour être tranquille. Et ce soir là, Narya devait passer devant pour retourner à son dortoir. Il est vraiment idiot ... ou alors il le fait exprès ...
    Le soir même, Maël profita du fait qu'elle était seule dans le couloir pour l'attraper par le bras et l'entrainer de force à l'intérieur, refermant la porte. Sans lâcher son bras, il l'obligea à lui faire face.
    • - Tu m'expliques ? Demanda-t-il en voyant sa moue contrariée.
    Pour toute réponse, elle retourna la situation grâce à une prise, bloquant le bras du mâle audacieux dans son dos, ce qui l'obligea à plier les genoux.
    • - Ne fais pas comme si tu ne savais pas pourquoi je t'ai évité toute la journée, tu n'est pas aussi idiot que tu veux le laisser croire ...
    Il ne répondit pas, se contentant de lui jeter un regard en coin avec un sourire amusé.
    • - Tu as agi comme un de ces habitants d'Ether ... Stupide et faible ! Ajouta-t-elle d'un ton qui parut le surprendre.
    Espérons que ça le fasse réfléchir ... Elle fit une pause et relâcha son bras, il se retourna, la regardant dans les yeux.
    • - Fais attention ou tu finiras comme Michya et Liren, continua-t-elle avec un léger sourire mesquin aux lèvres. Cela serait dommage ...
    Elle lui jeta un regard perçant et provocateur avant de quitter la salle, le laissant là, tout seul. Idiot ...
Il sembla à Narya que Maël avait compris la leçon. Son attitude générale ne changea pas vraiment mais il arrêta d'essayer de troubler Narya de cette façon. En revanche, il était devenu plus espiègle que jamais, et même fatiguant à certains moments, en tout cas en public. Lorsqu'ils étaient seuls, il était beaucoup plus sérieux et c'était agréable de discuter avec lui.

Il s'avéra qu'ils étaient arrivés à la même conclusion : réfléchir par eux-même leur était interdit, ainsi que certaines émotions,considérées comme affaiblissantes, avilissantes. Se contenter d'obéir aux ordre sans discuter était leur devoir.

Or, ils étaient apparemment les seuls à s'en être aperçus. Et ça, ça ne devait pas se savoir, ils l'avaient compris. Intuitivement, ils avaient caché cet état de fait au professeur Xarris.
Et nous continuerons à le faire ... Sa surveillance avait cessé mais elle continuait à les voir pour des entretiens. Et ils ne voulaient pas être déclarés "inaptes au service" comme l'avaient été quatre soldats de leur unité.

Pourquoi avons-nous cette prise de conscience et pas eux ... ? C'est une question qui resterait probablement sans réponse.

Un an et deux mois après leur arrivée à la base, trois membres de l'unité 15 furent convoqués par le capitaine.

  • - Votre séjour ici est terminé. Demain, vous rejoindrez l'île des Âmes où on vous affectera à vos nouvelles unités selon vos compétences.
Il semblait fier d'eux.
  • - Vous avez tous 20 années révolues, alors comportez vous en soldats responsables. Vous suivrez les entrainements comme à l'habitude pour aujourd'hui : départ demain à la première heure.
Ils acquiescèrent en silence.
  • - Rompez.
Il saluèrent leur capitaine et rejoignirent les autres. Maël donna un cou de coude dans les cotes de Narya avant de courir devant comme un de ces très jeunes éthériens qu'on appelle enfants. Elle secoua la tête, ce qui fit rire Tom, le troisième promu, un soldat à l'air sérieux mais plutôt amateur de plaisanteries.
Une nouvelle vie commence ... et un nouveau combat ...
Dernière modification par Meliäa le lun. 17 août 2009 à 16h58, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Message par Meliäa » ven. 6 mars 2009 à 18h38

Après deux ans passés à étudier toutes les races d'Ether de fond en comble, assise à un bureau, elle avait peu à peu commencé à sortir de la ville pour se rendre sur le continent. Ses observation restèrent très rares, mais elles furent à chaque fois instructives. Grâce à son intelligence vive, elle mémorisa et répertoria rapidement toutes les expressions faciales qui correspondaient aux émotions déjà répertoriées. Bref, elle avait rapidement acquis un savoir, mais il ne restait que théorique.
Narya tenait à tout savoir de ces êtres avant de rentrer en contact avec eux, surtout parce qu'elle se savait sensible à ce qu'ils éprouvaient, et qui était encore majoritairement inconnu pour elle. Le cas Shalina faisait déjà beaucoup parler de lui, et elle ne voulait pas que l'on puisse se douter qu'une autre déviante en puissance était dans leurs rangs.
Maël, lui, était devenu un agent de terrain, et jouait à la perfection son rôle de Kamael insensible. Ainsi, ni lui ni Narya ne risquaient de se faire suspendre. Ils discutaient encore souvent seul à seul, et étaient d'accord sur le fait qu'ils ressentaient comme les habitants d'Ether, sans toutefois pâtir de ces émotions. Mais ils voulaient également rester au service de Mère Nornil, et cette différence ne les empêcherait pas de le faire.

Quelques mois après le renvoi de Shalina de l'Effigientia, l'Amiral avait changé. Encore épargnée par le contact avec les races d'Ether, Nornil avait choisi Apzym pour reprendre le poste après le départ du précédent. Les recherches sur leurs maîtres avaient continués, amenant peu à peu la réponse à la question que tous se posaient. Ils avaient disparu de la surface de ce continent, ne laissant que quelques reliques éparpillées de ci de là. La connaissance des autre races d'Ether avançait elle aussi grâce aux contacts engagés par certains soldats.
Narya avait fini par être nommée Commandant, choisie par l'Amiral Apzym et la vice-Amiral Ezekielle. Sa "pureté" ayant été préservée jusque là, elles avaient engagé une discussion pour la tester. Narya se felicita d'avoir réussi ce test si important pour sa carrière. A peine sortie de l'Académie, elle se retrouvait Commandante. Et pas de n'importe quelle section. La section des Ombres. Des ordres inconnus du reste du contingent, dans le but de s'infiltrer au mieux en Ether.

La capture de Shalina était survenue seulement quelques semaines après. L'Amiral et son second, accompagnées par Narya, avaient décidé de ne pas reformater sa mémoire. L'étude de sa déviance n'en serait que plus simple. C'est dans la Cave des Âmes que Narya avait rencontré Kaedrick pour la première fois. Un soldat intelligent, vif, et obéissant. Il avait vite quitté la cave, ne parvenant pas à tenir en place. En repartant sur les ordres de ses supérieures, elle l'avait trouvé faisant les cent pas sous les étoiles. Narya savait ce qui n'allait pas : il avait été trop longtemps au contact de Shalina, et, peu habitué à ressentir quelque chose, se demandait ce qui ne tournait pas rond chez lui. Il était inquiet pour elle, tout simplement. Elle lui conseilla fortement d'aller se reposer, et de ne pas retourner sur le terrain avant quelques jours.
Peu de temps après, suite à une discussion avec la Vice-Amiral Ezekielle, elle dut choisir son second. Kaedrick lui semblait tout désigné pour la seconder.

Après que Shalina ait été soignée et libérée, et que les différentes sections avançaient de façon significative dans leurs domaines respectifs, l'Amiral avait été à nouveau remplacé, elle ne savait pourquoi. Leur nouvelle supérieure se nommait Kallistra.
Shalina fut mise sous surveillance par la section Recherche et Développement. La section des Ombres continua son infiltration parmi les races d'Ether.

Puis, sans signe annonciateur, Nornil l'avait appelée. Elle.

Une mutation. Un transfert. Elle était déportée sur le nouveau continent découvert il y a peu : Gracia. Avec un statut à peu près égal à celui d'amiral, elle dirigerait l'exploration de ces nouvelles terres. Kaedrick, son Capitaine, l'accompagnerait, et avec eux deux unités de soldats.

Chargée de l'exploration des nouvelles terres, ainsi que de l'édification d'un nouvel avant-poste, elle ne pourrait plus revenir sur cette partie d'Ether. Pas avant que Nornil ne lui en donne la permission. Cela correspondait presque à un exil. Mais elle quittait ces terres avec peu de regrets. C'était toujours ça ...

Enfin, chose amusante, M12841 venait avec elle, sous ses ordres. Cela serait peut-être amusant ... Cela le sera sûrement d'ailleurs.

Une nouvelle vie commençait à nouveau pour la jeune Kamaelle aux yeux rouges ... Un nouveau but.
Dernière modification par Meliäa le mar. 18 août 2009 à 11h53, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: Narya

Message par Meliäa » mar. 18 août 2009 à 12h33

Elle ne savait décidément plus où elle en était.

Cela faisait plus de huit mois qu'ils avaient quitté le continent d'Elmoraden sur les ordres de Nornil, pour établir un avant-poste Kamael en Gracia.
Ils s'étaient battus avec acharnement pour gagner du terrain, et explorer ce continent qui jusqu'ici leur était inconnu. S'installant sommairement dans des campements qui ne restaient pas plus de trois jours au même endroit, ils avançaient péniblement, et perdaient chaque jour des soldats. Que ce soit à cause des monstres inconnus qu'ils rencontraient, à cause de la géographie de l'endroit, ou du manque de matériel médical et de survie, elle perdait irrémédiablement un homme chaque jour, sauf quelques rares exceptions.
Narya commençait à abominer ce combat. Pourquoi Nornil les envoyait-elle à la boucherie, alors que s'établir à un endroit et le faire prospérer leur assurerait une position sécuritaire, pour leur permettre d'explorer avec moins de risques ? A chaque nouvel homme perdu, Narya se reposait cette question. Leur nombre était déjà diminué de moitié, mais les ordres restaient les mêmes ...


<< Explorer l'île de fond en comble et envoyer des rapports à chaque nouvelle avancée, pour que Nornil puisse décider du lieu le plus avantageux pour le nouvel avant poste. Pas de renforts ni de possibilité de rentrer jusqu'à nouvel ordre. >>

Cet éloignement prolongé du continent a eu un effet dévastateur sur les soldats. Au bout du compte, ce départ ne les avait pas libérés de la déviance. Des comportements étranges et inhabituels avaient peu à peu contaminé toute la troupe, sous le regard impuissant de leur Commandante. Les deux unités qu'elle avait prises sous ses ordres, souffraient de démotivation et du mal du pays. Au départ si enthousiastes d'oeuvrer pour Nornil et leur peuple, certains commençaient à douter de la réalisation de l'objectif et la lassitude se faisait sentir dans tous leurs mouvements. Si fiers d'avoir été choisis, ils se posaient même des questions sur leur valeur aux yeux de Nornil. Narya ne pouvait que leur promettre que Nornil les rappellerait bientôt pour qu'ils puissent faire leur rapport.

Grâce à Kaedrick, son second et binôme pour cette expédition, elle avait réussi à tenir bon. A force de vivre les uns sur les autres dans des campements de fortune, de se concerter souvent pour planifier les avancées et de tenter de se soutenir pour oublier les pertes, une complicité s'était peu à peu créée entre eux. Une sorte de respect confiant, ponctué par quelques plaisanteries taquines, qui lui donnait souvent la force de continuer à feindre l'indifférence. Mais elle faisait surtout énormément d'efforts pour les soldats : ils avaient besoin de voir que leur dirigeante avait confiance en eux, en leur objectif et en Nornil.

Seulement, au fur et à mesure du temps, elle aussi avait du mal à en voir le bout et perdait espoir. Elle avait eu beaucoup de mal à garder son secret lorsque M12841 n'était pas revenu. Elle avait perdu Maël, le seul qui savait ce qu'était vraiment qu'éprouver quelque chose et qui la connaissait vraiment. Disparu pour toujours dans les méandres du continent Gracia, son frère, son autre elle-même.
Elle suspecta Kaedrick d'avoir remarqué qu'elle n'était pas si indifférente à la perte de ses hommes qu'elle voulait le faire croire. Il se débrouillait toujours pour lui changer les idées quand cela arrivait, d'une façon ou d'une autre. Elle se rappellerait toujours de ce que le professeur Xarris lui avait répondu suite à une question qu'elle avait posé :
"M12841 et toi êtes légèrement différents, oui. Et je suis là pour déterminer ce qui est différent. Même si cela devait mener à votre arrêt." Différents, oui. Mais assez intelligents pour le cacher à la perfection. Voilà d'où venaient l'inquiétude et la compassion qu'elle éprouvait en secret pour ses hommes.

Et soudain, était venue la délivrance. Nornil leur avait donné l'autorisation de retourner chez eux. Périodiquement, pour enfin établir une base correcte sur Gracia, grâce au matériel et aux bras nécessaires. Après plus de trois mois passés dans l'enfer, Narya vit dans les yeux de ses soldats quelque chose qui ressemblait à du soulagement, et même de l'espoir ... Ces deux mots auraient dû rester un mystère pour eux tous. De même que les sourires qui réapparaissaient naturellement sur leurs lèvres ...

Laissant ses hommes sur place, sous les ordres de Kaedrick, pour qu'ils établissent un campement provisoire et discret, elle avait regagné la base. Après avoir rendu ses rapports de vive voix à Nornil, elle s'était fait ordonner de patienter quelques jours, le temps qu'Elle puisse prendre une décision. Depuis un an, plus aucun ordre ne l'avait tant soulagée.

Elle avait alors gagné Giran pour quelques achats. Une erreur peut-être. Elle n'aurait pas su le dire ... Prise dans un jeu de piste étrange avec deux autres soldats, elle avait parcouru la moitié du continent avant d'atterrir au village elfique, au pieds de ce qu'ils appellent l'Arbre-Mère. Là, une révélation de taille les attendait, sous la forme d'une kamaelle portant son enfant et d'une petite fiole. La déviante se fit un devoir d'expliquer ce qu'était cette substance à Narya, celle qu'elle connaissait sous le nom de Typhon et qui les avait rejoint, et deux autres soldats féminins.
Cette fiole devait leur permettre de libérer deux fonctions essentielles pour évoluer : la faculté d'éprouver, et celle de procréer. L'enfant était le sien à n'en pas douter, et on avait déjà vu semblable phénomène avec Shalina. La seule contrepartie était le lien avec Nornil : si on buvait la substance, ce lien serait coupé.

Elle était rentrée à la base rapidement, et avait fait analyser la substance. Inoffensive, lui assurèrent les scientifiques. Simplement destinée à débloquer certaines fonctions non activées chez les soldats. Ils lui avaient paru surpris que ce liquide ne sorte pas de leurs labos, et lui avouèrent à demi-mots qu'ils en connaissaient la formule depuis toujours. Narya rangea cette information dans un coin de son esprit, refusant d'y prêter plus attention pour le moment. Tout allait être chamboulé si la majorité des Kamaels apprenaient ce que cette fiole pouvait faire.

Jouant avec la petite fiole qu'elle avait ramenée, elle se demanda si le liquide qui y reposait symbolisait l'unique avenir de leur peuple, ou simplement une autre alternative ... Elle-même, puisqu'elle savait ce qu'était une émotion, ne savait plus si elle devait continuer à garder son secret ou si elle devait se révéler petit à petit. les déviances apparaissaient en masse, mais subtilement ; les Kamaels n'auraient peut-être pas le choix ...


Que dois-je faire ?

Il lui restait encore quelques semaines pour que ses troupes reprennent des forces, et elle se convint que c'était le plus important. Lasse de cette journée éreintante, de toutes ces révélations et de tous ces questionnements, elle rejoignit enfin Kaedrick pour lui transmettre les décisions de Nornil, et lui apprendre la situation actuelle sur le continent.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: Narya

Message par Meliäa » sam. 29 août 2009 à 10h50

(Bande son)

Elle avait laissé des ordres à Kaedrick, le matin même, lorsqu'elle était allée faire son rapport à Nornil. Les survivants du projet Gracia devraient camper en binômes dans la campagne environnant Gludin, pour ne pas attirer l'attention. Elle avait également donné les renseignements nécessaires pour une réunion, où elle annoncerait aux soldats la décision de Nornil. Mais cela ne serait pas avant quelques jours.
D'après ce que lui avait dit Kaedrick, leur campement avait été établi non loin de Gludin, dans un renfoncement rocheux surplombant la mer. En grimpant la légère pente qui la mènerait jusqu'à son second, elle rencontra quelques hommes lézards, mais s'enfonça rapidement dans un petit bois avant de déboucher sur la falaise.
Le soleil faisait scintiller la mer ; un spectacle qu'elle n'avait pas pu apprécier depuis plus d'un an.

Kaedrick avait déjà allumé le feu dans un petit renfoncement de la roche, de telle façon que les Gludinois ne pourraient apercevoir sa lumière même au plus profond de la nuit. Toujours aussi ingénieux, il avait installé une petite bâche qui leur servirait de toit en cas de pluie, bien que sur Elmoraden ce soit actuellement l'été. Voir cela lui réchauffait le coeur, et la rassurait toujours lorsqu'ils étaient en Gracia ; elle avait quelque part où retourner et quelqu'un qui l'attendait, peu importait la journée harassante qu'ils avaient pu avoir. Et même à présent qu'ils étaient rentrés ...
Elle n'avait qu'une envie, s'endormir pour oublier tous ces renversements de situation. Oui, même une Commandante pouvait se sentir lasse ... mais la différence était qu'elle devait rester forte en toutes circonstances. Le repos attendrait encore un peu, comme toujours.

Juste avant de se montrer, elle s'étira et joua un instant à plier-déplier son aile, pour chasser au maximum la fatigue qu'elle ressentait dans tous ses muscles. Son cou la faisait un peu souffrir, mais peu importait. Un peu de repos, et cela aurait disparu.
Kaedrick semblait songeur, attisant les flammes naissantes en agitant les branches d'arbre avec le bout de sa rapière. La lame était déjà légèrement rosie par les flammes, mais il ne semblait même pas le remarquer, ses yeux rouges perdus dans la lueur tremblotante. Il ne releva les yeux que lorsque Narya s'assit de l'autre côté du foyer.

  • - Commandante, la salua-t-il d'un signe de tête.

    - Capitaine, répondit-elle en écho, machinalement. L'installation des unités s'est passée sans trop de problèmes ?

    - Les ordres ont été suivis à la lettre.

    - Bien, répondit-elle en déposant son sac sous l'abri de fortune avant de venir se rasseoir.

    - Quelques Hommes-lézards se sont un peu trop approchés, tout à l'heure, ajouta Kaedrick. Résultat nous ne manqueront pas de viande.
Elle suivit la direction qu'il lui indiquait de son doigt tendu, et vit deux cadavres empilés contre la roche. En un an, ils avaient appris à manger tout et n'importe quoi. Elle acquiesça simplement ; au moins ils ne mourraient pas de faim. Kaedrick la tira de ses pensées avec une nouvelle question.
  • - Comment s'est passé votre séjour à la Base ?
La jeune femme ailée crut percevoir dans ses yeux une certaine impatience. Comme tous ses autres hommes, il attendait les ordres de Nornil. En repensant à la journée qu'elle venait d'avoir, elle ne put s'empêcher de se passer une main sur les yeux d'un air las. Il méritait la vérité. Narya entreprit donc de lui résumer sa journée. Elle commença par lui annoncer qu'ils étaient bloqués ici jusqu'à ce que Nornil donne de nouveaux ordres, ce à quoi il ne répondit qu'un simple "Je vois" alors que ses yeux en disaient tellement plus. Narya ne releva pas, elle commençait à bien le connaitre, et enchaîna.
  • - C'est la panique là-bas, vous n'imaginez même pas à quel point.

    - Tant que cela ?
Elle acquiesça. Kaedrick fit remarquer très justement que cela faisait trop longtemps qu'ils n'étaient pas revenus, et que la situation pouvait donc leur sembler un peu exagérée. Narya continua quand même ses explications.
  • - Une déviante a, disons, organisé un petit jeu de piste.

    - Une déviante ... Shalina ? L'interrompit Kaedrick, perplexe.
Narya lui signifia que non d'un signe de tête. Il marmonna alors quelque chose qui ressemblait à "Elle ne serai donc plus la seule ?", mais elle n'était pas sûre d'avoir bien compris. Elle préféra continuer, d'autant que s'il connaissait réellement la situation actuelle des Kamaels, il n'aurait même pas eu besoin de poser cette question ...
  • - Et la récompense à la clé ne va faire qu'empirer la situation actuelle, déjà troublée.

    - Un liquide ? S'étonna le Kamael, en fixant Narya.
Elle venait de sortir de sa poche le flacon de liquide qu'elle avait emporté suite à son entretien avec Iriss. Le doute qu'elle crut lire dans le regard de son interlocuteur lui rappela qu'elle devait avoir l'air pâle et éreintée, et donc un peu hors de la réalité. Ils revenaient de l'enfer, et elle lui annonçait qu'un misérable flacon allait créer le chaos au sein de leur peuple ...
  • - Exact. Et totalement inoffensif d'après les analyses.

    - Je vois, répondit simplement Kaedrick. Commandante, depuis combien de temps n'avez vous pas pris de repos ?
Elle devait vraiment avoir l'air de sortir fraîchement d'une tombe pour qu'il le lui fasse remarquer. En réalité, elle ne savait pas trop depuis quand elle n'avait pas dormi. Elle eut vaguement l'impression d'être un de ces êtres ayant perdu la raison, et qui aurait oublié de prendre son traitement.
  • - Eh bien, deux jours je crois, mais passons, éluda-t-elle. Savez-vous à quoi sert ce liquide, Capitaine ?

    - Non, je n'en ai aucune idée ...

    - Ce liquide nous permet, si nous le buvons, d'évoluer. Selon cette femme en tout cas ...
Kaedrick haussa un sourcil, alors que sa commandante posait le flacon bien en évidence entre eux deux, à côté du feu. Narya continua ses explications alors que le soleil commençait à décliner vers l'horizon, alors que son second remuait une dernière fois le feu. Il se leva ensuite pour plonger l'épée dans un seau d'eau froide, où la lame siffla en se refroidissant rapidement.
  • - Nous deviendrions capables d'éprouver naturellement des émotions, et nous pourrions nous reproduire comme toutes les autres races.

    - Je vois. Pas étonnant que cela cause la débandade, fit-il en se rasseyant devant le feu.

    - Moi même j'ai pu vérifier quel impact cette substance aurait sur nos soldats.

    - Vous en avez ingurgité ? La coupa-t-il brusquement.

    - Non, le rassura-t-elle avec un faible sourire. Mais sur les quatre soldats que nous étions lors de cette révélation, deux étaient sur le point de boire ...

    - Désolé de vous avoir interrompue, Commandante. Continuez je vous prie.
C'est là que Narya se réveilla de sa demi-léthargie en remarquant qu'ils se comportaient tous deux comme si leurs hommes se trouvaient à proximité. Ils avaient pris cette habitude tous deux, dès que cette espèce de complicité avait commencé à se développer. Devant les hommes, ils étaient une Commandante et son Capitaine ; lorsqu'ils se retrouvaient seuls le soir, après une réunion importante, ils redevenaient un binôme comme les autres, et se permettaient plus de familiarité.
  • - Laissons tomber les formalités ... Nous sommes entre nous après tout, Kaedrick. Peu m'importe ...

    - Oui, c'est vrai, répondit-il avec un sourire en coin.
Une habitude est dure à perdre, lorsqu'elle est respectée chaque jour pendant plus de trois mois. Et celle-ci aurait la vie longue. Ce sourire qu'il avait ne commençait à apparaitre que lorsqu'ils étaient ensemble, et Narya dut retenir un sourire ravi. Elle aimait bien ce petit air malicieux que cela lui donnait, car il lui changeait les idées ... Mais elle n'avait pas encore fini de lui expliquer la situation, et le soleil rougeoyant s'enfonçait déjà dans la mer.
  • - Si j'en crois ces réactions, au moins la moitié de nos effectifs seront tentés de boire. Le contact avec es autres populations d'Ether nous a engagés sur le chemin de la déviance, que nous le voulions ou non. Et ce flacon va tout bouleverser d'un coup, ajouta-t-elle en soupirant.

    - Cela pourrait devenir encore plus instable ...

    - C'est-à-dire ?

    - Je veux dire que si la moitié de nos effectifs en buvaient, notre mission deviendrait encore plus périlleuse ...
Narya ne put que rester silencieuse, observant ce Kamael qu'elle connaissait maintenant depuis quelques années. Ses yeux rouges étaient perdus dans les flammes, mais il releva le regard et croisa celui de son interlocutrice.
  • - Et j'ai pu moi-même expérimenter ce que le contact avec des déviants crée en nous ...

    - Vraiment ? Demanda innocemment Narya, en s'asseyant autrement pour allonger ses jambes.

    - Oui. Je n'en avais jamais parlé car ceci était confidentiel. Mais c'est peut-être le bon moment de vous en informer ...

    - Cela ne sortira pas d'ici, répondit simplement la Kamaelle, avec un gentil sourire.
Kaedrick lui rendit son sourire et hésita quelques secondes avant de commencer son récit.
  • - Voyez-vous, peu avant mon affectation dans vos rangs comme votre Second, j'ai dû accomplir une mission pour Mère Nornil. Je crois que c'est ce qui m'a permis d'être promu chez les Ombres.

    - Quelle était-elle ?

    - Ramener la déviante Shalina à Cevurah. Mission que j'ai accompli avec succès mais ...

    - Ah, oui, ça me revient, fit Narya en claquant des doigts.
Un sourire amusé fit son apparition sur les lèvres fines de Kaedrick à cet instant, et s'effaça doucement alors qu'il reprenait le cours de son récit.
  • - Le fait de la fréquenter m'a ... légèrement déboussolé pendant quelques semaines.

    - Oui, je l'avais constaté. Vous vous préoccupiez beaucoup d'elle.

    - C'est exact. Mais fort heureusement nous sommes partis en expédition.

    - Cela ne vous est plus arrivé depuis donc ?

    - Non. Nous retrouver entre nous a calmé mes songes ...
Il fit une pause, et le silence retomba un moment. Seuls les craquements du feu venant perturber le calme précurseur de la nuit.
  • - Cela dit je ne crois pas que cette fiole nous aideras à rester de pieux soldats ...

    - Croyez-vous que nous pourrons rester étrangers à ces sensations pour toujours ? Demanda doucement Narya, les yeux perdus dans la douce lueur du feu.

    - Pour être franc, commença-t-il avant de faire une légère pause, à moins que nous restions coupés du restant du monde, je ne crois pas.

    - C'est aussi ce que je pense ...
Le silence retomba sur le petit campement, tout en douceur. Narya profita de ce moment de réflexion partagé pour détacher ses cheveux. Le chignon qu'elle portait pour faire son travail n'avait plus lieu d'être ici, et les pinces commençaient à lui rentrer dans le crâne. Cela la soulagerait un peu.
Le vent fit bruisser les feuilles des arbres qui les dissimulaient aux yeux des gludinois, et vint rafraichir l'atmosphère. Les longs cheveux blancs voletèrent légèrement avant que sa propriétaire ne les attache sommairement dans son dos. Kaedrick était toujours plongé dans ses pensées.

  • - Cette femme nous a dit que la fiole débloquerait nos capacités à procréer. Elle portait son enfant dans ses bras ..., commença Narya, brisant le silence. Je ne sais quoi en penser ...

    - Vous croyez que ce soit-disant filtre en est la cause ? Demanda-t-il en haussant un sourcil. Put-être est-ce simplement une façon de faire réagir les nôtres.

    - Les scientifiques sont d'accord avec elle sur ce point, et ils sont formels. Les agents actifs contenus dans le liquide activeront cette fonction.
Une nouvelle pause.
  • - Je ne sais plus où j'en suis, murmura Narya avec lassitude avant de se reprendre. Que cela ne sorte pas d'ici ...

    - Je sais tenir ma langue, rétorqua Kaedrick avec un sourire en coin.
Il n'avait même pas été impressionné par le regard glacé qu'elle venait de lui lancer en guise d'avertissement. Narya regretta un peu que leur complicité ait rendu nul l'effet de ces petits avertissements, mais apprécia le fait que grâce à elle, il ne révèlerait rien.
  • - Ce n'est pas pour rien que vous êtes devenu Capitaine, renchérit-elle alors, un sourire amusé aux lèvres.

    - Moi qui croyais que c'était grâce à mon charme soldatesque ...
Il toussota et redevint sérieux, alors que Narya laissait échapper un petit rire, avant de se reprendre elle aussi.
  • - Il y a une seule chose que je ne vous ai pas dite à propos de ce flacon, annonça-t-elle d'un ton neutre. Si nous le buvons, tout lien avec Nornil sera coupé.

    - La question est "Pouvons nous continuer à servir Mère malgré cela" ?

    - Malgré le fait que nous sachions qu'il existe une autre possibilité ? Dit la Kamaelle en montrant le flacon du doigt.

    - Je ne crois pas qu'elle aime nous savoir coupés d'elle, répondit simplement Kaedrick.

    - Perdre inutilement des soldats ne la dérange pourtant pas ...
Elle s'aperçut trop tard de ce quelle venait de laisser échapper. Le ressentiment teintait sa voix alors que ses lèvres formaient seules les mots. Elle détourna le regard immédiatement, voyant un sourcil de Kaedrick s'arquer.
  • - Désolée.

    - Non, finissez votre phrase ... Ou plutôt votre pensée ...

    - Envoyer mes hommes au massacre alors que c'est inutile me ... Je ne saurai le décrire, ajouta-t-elle en soupirant après une hésitation.
Etrangement, un sourire complice apparut sur les lèvres de Kaedrick. Elle enchaîna néanmoins.
  • - Mais j'ai mes ordres. Et je suis seulement la Commandante de ces deux unités.

    - Et vous êtes digne de ce titre ... Sans vous nous aurions eu beaucoup plus de pertes, la rassura-t-il.

    - J'aurai tout de même pu les réduire encore plus si les ordres avaient été différents ... Peut-être même les éviter quasi totalement.

    - Cela est une utopie, vous ne croyez pas ?

    - Pas tant que ça ... rétorqua-t-elle avec un fin sourire.

    - La mort fait partie intégrante de la vie d'un soldat.
Oui, c'est exact. La mort fait partie du parcours habituel, et ne doit pas empêcher les vivants d'accomplir leurs tâches ... Maël en avait été la preuve ... Commandante du projet Gracia, elle le savait mieux que quiconque sur Ether.
Son second alla rechercher son épée, maintenant totalement refroidie, et la rangea dans son fourreau avant de le reposer contre la pierre. Les étoiles veillaient sur eux depuis le firmament.

  • - Je le sais, Kaedrick, ne vous en faites pas ... répondit-elle calmement en se massant un peu la nuque.
Il se contenta de la regarder d'un air dubitatif et s'approcha d'elle. Elle soupira. Bientôt elle ne parviendrait même plus à se lever, ou même à garder les yeux ouverts. Ils piquaient déjà un peu trop. Et tirer sur la corde n'avait jamais que des conséquences négatives ...
  • - Vraiment, la fatigue me fait dire n'importe quoi ...

    - Qui sait, rétorqua-t-il avec un de ses sourires en coin.
Elle se perdit un instant, puis se réveilla lorsqu'elle sentit deux mains chaudes se poser sur ses épaules. Kaedrick s'était installé derrière elle, avec apparemment l'idée de l'aider à se détendre. Elle fit passer ses cheveux le long de son cou pour ne pas qu'ils le gênent, et le remercia. Elle avait souvent fait cela pour lui, en Gracia ; et inversement. La chaleur des mains de son Binôme l'aida à détendre un peu ses muscles crispés par la fatigue. Ajoutant à cela des plaisanteries diverses et variées, elle oublia un instant sa lassitude. Juste lui et elle, et elle se sentait en sécurité, rassurée. Rien ne pourrait l'atteindre tant qu'ils partageraient cette complicité, et c'était très agréable à savoir.
Les mains du Kamael se stoppèrent au bout d'un moment, alors que Narya commençait à sentir le sommeil arriver doucement. Les yeux fermés, elle profita de la chaleur de ses mains, tout aussi agréable que le massage en lui-même, alors qu'il levait la tête vers les étoiles, et pensait à voix haute :

  • - Ne trouvez-vous pas déconcertant qu'avec tous ces évènements nous nous trouvions plus ou moins sans but ?

    - Déconcertant ? C'est un euphémisme ..., murmura-t-elle pour elle-même plus que pour Kaedrick.

    - Je veux dire ..., continua-t-il, que nous avons débarqué sur ces terres pour retrouver nos créateurs, mais aucune trace d'eux n'a été trouvée ... Sans compter les tourments de notre race, si l'on peut le dire ainsi ...
Troublée par ce ton rêveur et perdu qu'elle ne lui avait jamais entendu, elle rouvrit doucement les yeux et tourna à demi la tête vers lui. Il regardait toujours les étoiles, comme si elles pouvaient lui apporter une réponse ... Ses mains glissèrent le long des bras de Narya lorsqu'il les enleva.
Décidément, cette soirée était pleine de surprises et de confidences à demi-voilées, pour l'un comme pour l'autre.

  • - Oui ... Nous sommes totalement déboussolés. Et cela ne fait apparemment que commencer, répondit-elle à voix basse.

    - J'ai l'impression que seuls les combats me font avancer ..., dit-il alors en baissant les yeux vers ses armes, posées un peu plus loin. Mais même si je suis satisfait d'avoir surmonté l'obstacle, je m'en vois lassé ...

    - Peut-être que cette fiole doit devenir notre nouveau but, fit Narya sans trop y croire. Ou qu'en tout cas, elle nous permettra d'en avoir de nouveaux ...
Elle vit ses yeux rougeoyants à la lueur du feu se tourner vers elle, sans qu'il desserre les lèvres. Prudence et fatigue ne font pas bon ménage, je m'en souviendrai ...
  • - Je ne sais plus quoi penser ce soir, répéta-t-elle pour donner le change.

    - Si vous ne me sembliez pas si fatiguée, je vous proposerai de nous délier les muscles avec un petit duel ...

    - Demain peut-être ? Suggéra-t-elle en souriant doucement.

    - Oui, certainement ...
Son regard quitta le visage de Narya pour venir se poser sur la fiole, dont les flammes faisait luire le verre.
  • - Mais quel but aurions nous en prenant une telle initiative ... ?
Narya ne sut que lui répondre. Elle ne savait pas vraiment. Comme lui, elle vivait pour Nornil et les siens, et n'avait encore jamais songé à se chercher un but bien à elle ... Elle évoqua Shalina, qui avait probablement réussi à se trouver un but à elle, mais Kaedrick ne savait répondre. Ils se demandèrent ensuite si les autres races avaient un but, mais aucune étude Kamaelle déjà réalisée ne s'était penchée sur cette question. Qu'est-ce donc que ce but qui les fait avancer ? Il y a forcément une raison de vivre ...
  • - Je crois que nous allons devoir trouver un nouveau but par nous-mêmes ..., déclara finalement Narya, de plus en plus fatiguée.

    - Le mieux c'est de ne pas trop réfléchir, dit alors Kaedrick en lui posant une main réconfortante sur l'épaule.
Elle ne put que lui sourire avec douceur. Oui, elle réfléchissait beaucoup trop en ce moment. Beaucoup trop ...
  • - Allons, un peu de courage ..., commença Kaedrick avec une douceur qu'elle ne lui connaissait pas.
De son aile, il vint caresser doucement sa joue, ce qui ne manqua pas de la faire sourire. Le contact était si doux, si léger, ...
  • - Cela ne vous ressemble pas.

    - Simplement le stress des derniers mois qui retombe, sans compter la fatigue ... Ne vous en faites pas.
Seul son regard vint répondre à cette demande, et Narya fut surprise d'y voir un brin de malice. La main qu'il avait posée sur son épaule se glissa dans son dos, et l'autre sous ses jambes. Il avait dû remarquer qu'elles tremblaient de fatigue ... et Narya se réjouit que l'obscurité soit encore assez importante pour cacher sa gêne. Il la transporta jusqu'aux rochers, sous la toile, et la déposa adossée à la pierre. Elle râla sur le ton de la plaisanterie, pour dissiper la gêne, mais il ignora ses efforts.
Elle réussit tout de même à ce qu'il se repose un peu, assis à côté d'elle. Ses yeux se fermaient déjà, ils avaient parlé jusqu'au petit matin, et elle ne pouvait plus lutter ... La chaleur d'une cape vint se rajouter à celle émise par le petit foyer rougeoyant, et elle remercia Kaedrick à mi-voix.

Alors qu'elle sombrait dans les Abysses du sommeil, elle crut entendre Kaedrick murmurer quelque chose comme
"Au moins je vous ai changé les idées", mais elle était déjà trop loin pour être sûre. S'inquiétait-il vraiment pour elle, ou était-ce juste le fruit de son esprit fatigué et déjà depuis longtemps contaminé ?
Elle s'endormit finalement, enveloppée dans une chaleur rassurante, aussi douce que de la plume, et aussi chaude qu'un corps vivant ...


Enfin ...

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: Narya

Message par Meliäa » lun. 21 septembre 2009 à 00h07

La base semblait sans dessus dessous ces derniers temps. Avec cette histoire de fiole, personne n’avait le temps de s’occuper d’eux. Pas même Nornil. Avec cela, ses hommes restaient perdus dans la campagne gludinoise, dans des campements éparpillés, en binôme. Et ceci pour encore un moment …

Elle aurait dû être avec ses hommes à ce moment. Mais Nornil l’avait appelée pour lui demander d’attendre encore un peu.
Attendre, toujours attendre … Ses hommes n’attendaient qu’une chose, rentrer chez eux. Ayant survécu à l’enfer, ils ne demandaient que ça. Pas une quelconque récompense, ni même un peu de reconnaissance. Ils voulaient juste rentrer.
Narya avait donc envoyé Kaedrick faire le tour des campements sans elle.

Le soleil tapait cet après-midi-là, alors qu’elle remontait la petite colline menant à leur campement. Elle n’aurait plus qu’à l’attendre et à écouter ce qu’il avait à dire. Il ne serait pas rentré avant que le jour ne commence à décliner ; elle en profita donc pour réaliser ses exercices quotidiens.
En sueur, son uniforme habituel lui collant à la peau, elle alla se baigner dans la mer pour se délasser. Elle détacha ses cheveux et enfila une tunique crème cintrée à la taille par une fine ceinture argentée, et un pantalon un peu plus large que ceux qu’elle portait habituellement.


Il y a des jours où servir Nornil me dégoûte profondément … heureusement que ceux-ci sont rares. Sinon je vais finir par penser que je suis bonne pour la mise au rebut ...

Lorsqu’elle entendit l’armure de Kaedrick cliqueter non loin d’elle, Narya était debout au bord de la falaise, les yeux clos, testant son équilibre et sa sensibilité. Sentir le vent sur sa peau était tellement agréable …
Elle se retourna à peine pour saluer son second, se contentant de lui jeter un regard en coin. Il fallait vraiment qu’elle se calme, ou il poserait des questions. Il avait l’air fatigué, pour une fois …

  • - Kaedrick, le salua-t-elle avec un signe de tête.

    - Commandante, répondit-il machinalement en lui rendant son salut.

    - Alors, comment vont nos hommes ? Demanda-t-elle finalement en s’approchant du mâle.
Elle lut de l'étonnement dans son regard. Il n'était pas habitué à la voir ainsi, autrement qu'en tenue de travail. C'était compréhensible.
  • - Impatients de rentrer au bercail … Et un peu déstabilisés par le fait que la réponse de Mère Nornil soit retardée ainsi.

    - Elle a besoin de temps pour réfléchir. Mais cela ne devrait plus durer que quelques jours. J’attends ses ordres incessamment.

    - Bien …
Elle sourit à son second pour le rassurer ; il semblait aussi impatient et inquiet que leurs hommes, même s’il cherchait à le cacher. Elle espéra que ce sourire ne sonnait pas trop faux … Étrangement, savoir Kaedrick près d’elle arrivait déjà à la calmer. Cela lui fit même peur ; elle devenait attachée à sa présence … Mais elle se rassura en se disant qu’en ayant connu des temps difficiles ensemble, cela avait simplement créé un lien d’amitié fort. Oui, c’est sûrement ça. Elle reprit un air neutre mais sérieux alors qu’il se remettait à parler.
  • - Je ne leur ai pas parlé de la fiole.

    - Vous avez bien fait. J’ai envoyé un rapport à l’amiral à ce propos, j’attends un retour. En attendant, gardons cela pour nous …

    - Bien, Commandante, acquiesça-t-il.

    - J’ai pensé, à propos de cette fiole, qu’elle serait plus utile à la section Recherche & Développement. Si l’Amiral est d’accord, je la leur confierai. Qu’en pensez-vous ?

    - Elle peut être utile dans notre section également, fit-il en soupirant.

    - Pour le moment j’ai du mal à la voir autrement que comme un problème potentiel, rétorqua Narya. Expliquez-vous, l’encouragea-t-elle d’un sourire un peu plus franc.
Kaedrick était un de ces Kamaels chez qui l’esprit travaillait toujours. Il fourmillait d’idées ou de stratégies inventives et audacieuses, qui portaient généralement leurs fruits. Grâce à lui, et au travail qu’ils accomplissaient ensemble, ils avaient évité un certain nombre de pertes sur Gracia. Elle était curieuse d’entendre sa théorie.
  • - Elle est un problème, confirma Kaedrick. Seulement, plus d’outils nous avons en notre possession, plus notre taux d’efficacité ou de survie reste haut.

    - Je suis d’accord avec cela.

    - On ne sait jamais quand un élément peut nous être utile, surtout quand nous travaillons dans l’ombre.
Elle ne comprenait pas vraiment où il voulait en venir, cette fois. Elle voulut s’ôter d’un doute, et demanda d’une voix calme :
  • - Vous seriez prêt à boire, Kaedrick ? Sachant que le lien avec Mère Nornil serait coupé ?

    - Ce n’est pas de cela que je parlais.

    - Dans ce cas, je suis loin d’avoir compris ce que vous vouliez dire …
Et heureusement d’ailleurs …
  • - Elle pourrait nous servir comme moyen d’échange, pour faire chanter ou même nous protéger …

    - Oui. J’avoue que si vous m’aviez dit être prêt à boire, cela m’aurait surprise.

    - Et qu’en est-il de vous … Narya ? Demanda-t-il en haussant un sourcil.
Elle tiqua à l’emploi de son prénom. Il sortait rarement des lèvres de son binôme, et à ce moment, il sonnait presque comme une mise en garde. Il osait douter de son intégrité et de sa loyauté en tant que soldat ! Elle ne pensait vraiment pas qu’il en serait capable, après tout ce temps. Mais il fallait croire qu’elle s’était fourvoyée. Elle lui servit un sourire mystérieux en rétorquant d’un ton légèrement froid :
  • - Que pensez-vous que je ferais ?

    - Tout dépend de votre niveau de fatigue je pense, fit-il simplement en haussant les épaules puis en se tournant vers la mer.
Ah ça c’était le comble. La fatigue lui jouait-elle des tours à lui aussi ? Pour changer aussi subitement … Elle s’était révélée à lui, cette nuit-là. La fatigue avait aidé, oui. Mais elle regrettait presque de s’être laissée aller à être elle-même … à présent qu’il réutilisait cela d’une façon si mesquine.
  • - Ce n’est pas le moment de se moquer, fit Narya en haussant un sourcil.

    - Qui parle de moquerie ? Répondit-il avec un petit sourire en coin avant de redevenir sérieux. Quelques fois, la fatigue peut nous pousser à agir par impulsion. Ce n’est pas toujours mauvais, ajouta-t-il rapidement. Quelques "impulsions" m’ont quelques fois sauvé la vie en combat …

    - J’avoue qu’à notre retour ici, j’ai agi bizarrement. Mais je suis un soldat entraîné pour résister à la fatigue. Tout comme vous, continua-t-elle sèchement. La fatigue ne me fera pas faire d’erreur de ce genre …
Il daigna enfin se retourner vers elle et la regarder. Elle vit dans son regard rouge une espèce d’intensité qu’elle ne lui avait jamais remarquée. Avait-il peur de quelque chose ? Peur qu’elle soit une de ces déviants à la volonté faible qui poussaient comme les mauvaises herbes dans leurs rangs ? Elle était déviante oui, mais pas faible. Elle ne rejetait pas la déviance non plus, mais n’estimait pas vraiment ceux qui s’y laissaient tomber par faiblesse et non par choix.
  • - Seriez-vous prête à parier ?
Narya planta son regard rouge dans celui de son Capitaine. Au moins les choses seraient claires.
  • - Si jamais je bois, cela sera une décision réfléchie, exposa-t-elle, catégorique.

    - Bien, répondit-il en soutenant son regard nonchalamment. Peu importe votre décision, vous resterez ma Commandante dans ce cas.

    - Voilà des paroles qui me ravissent, Capitaine.

    - C’est trop aimable, répondit-il ironiquement.
Elle venait de lui servir un sourire glacial. Il lui avait rendu. Narya constata que son agacement était revenu un instant avant de s’apaiser à nouveau. Il respecterait son choix du moment qu’il ait été réfléchi. Mais il n’aurait pas dû douter de ses capacités à se contrôler, même en situation délicate. Tss, on aurait dit Maël …
  • - Allez, arrêtons ce petit jeu … Dit-elle finalement en riant. Cela ne fera que diminuer notre efficacité en tant que binôme.
Il était urgent qu’elle chasse Maël de son esprit, et qu’ils retrouvent cette bonne entente qu’ils avaient toujours eue ensemble. Elle commençait à se sentir déstabilisée, et elle n’aimait pas du tout ça. Elle se prépara au pire en voyant apparaître un sourire en coin sur les lèvres de Kaedrick.
  • - Il est vrai que vous perdriez à cela …
Dans le mille, songea-t-elle, blasée. Mais la malice était revenue dans son regard, ce qui présageait de bonnes choses. Leur petite prise de tête était terminée apparemment.
  • - Vous croyez ? Rétorqua-t-elle avec de la malice dans les yeux, malgré son sourire toujours froid.
Il prit une moue pensive. Narya l’en dissuada d’un geste, amusée. Il était trop prévisible.
  • - Pas la peine de faire semblant, vous allez répondre "oui".

    - Alors … Non, dans ce cas.

    - Donc vous perdriez en fait, fit-elle en se penchant vers lui, une main sur la hanche.

    - Je dirais que cela serait match nul …, rétorqua-t-il en se penchant jusqu’à frôler leurs torses respectifs.

    - Tiens donc …
Narya croisa les bras en haussant un sourcil. Le sourire en coin de Kaedrick s’élargit légèrement. Mauvais signe …
  • - Vous êtes aussi têtue qu’un elpy enragé de toute façon, ajouta-t-il en retenant un rire. Probablement autant de force, qui plus est …
Qu'est-ce que je disais, pensa-t-elle en riant intérieurement.
  • - Auriez-vous donc moins de force qu’un elpy ? Demanda-t-elle en feignant la surprise. Un certain nombre de duels ont tourné en votre défaveur, lui opposa-t-elle ensuite avec un petit sourire.

    - Quelques fois, la ruse l’emporte sur la force brute. Une leçon que j’ai apprise d’une certaine personne. Cela dit …

    - Mmh ? Fit-elle en penchant la tête de côté.
    - Je ne me suis jamais battu réellement contre vous. Cela aurait été dommage de tuer une si …
Il fit une légère pause, exaspérant et amusant un peu plus son interlocutrice.
  • - Petite elpy rusée, finit-il en lui donnant une pichenette sur le nez.
Ce qu'il pouvait être idiot quand il voulait ; mais elle était heureuse de l’avoir près d’elle. Il venait encore d’arriver à lui ôter son stress en quelques mots. Il se retourna pour jeter un œil au ciel ; la nuit tombait.
Elle en profita pour le décoiffer d’un coup d’aile. S’il croyait qu’il allait s’en tirer comme cela …

  • - C’est l’heure de faire le repas, dit-elle bien haut en accentuant les deux derniers mots.

    - Tiens, un léger courant d’air … Les elpys se …
Il avala ses derniers mots en se retournant d'un bloc. Alors qu’elle retournait vers le camp, elle étouffa un rire. Touché ! Lui qui disait que si elle cuisinait, elle l’empoisonnerait sûrement … Quoi de mieux pour lui rabattre son caquet ? Elle se retourna, rien que pour lui jeter un regard provocant et un sourire narquois. Et voir l’effarement sur son visage !
  • - Que voulez-vous manger ce soir, Kaedrick, demanda-t-elle en attrapant un récipient. De l’elpy ?

    - Tout ce qui ne figurera pas sur votre menu, fit-il en accentuant le mot, avec une grimace.
Narya ne put s’empêcher d’éclater de rire. S’il avait pu voir sa tête …
  • - Vous mériteriez que je fasse à dîner …

    - Oh, si vous le proposez dans ce cas …
Il s’assit, souriant, en la fixant. En vérité, elle ne cuisinait pas si mal que ça. Mais à part pour tenir une arme ou de quoi écrire, ses mains avaient tendance à lâcher tout ce qu’elles tenaient ; cuisiner devenait donc un véritable exploit pour elle. Lassé de s’inquiéter à chaque fois qu’un couteau finissait fiché dans le sol, évitant miraculeusement la Kamaelle à chaque fois, ou que quelque chose se brisait, Kaedrick avait pris les repas en main. Et depuis, il n’arrêtait pas de la charrier à ce propos.
Elle lui lança le plat avec un sourire.

  • - Je vous aime bien. Cela serait dommage que vous mourriez … Mine de rien le petit elpy rusé a besoin de vos service, "la brute" …, finit-elle, un sourire satisfait aux lèvres.

    - Il est vrai que sans moi vous vous ennuieriez, renchérit-il en la toisant du regard.
Elle leva les bras au ciel en riant, et lâcha dans un soupir :
  • - Ah, ça … !
Elle vit Kaedrick déposer le récipient sur le sol, et retenir à grand peine un rire. Le ciel devenait déjà plus sombre … Narya alla s’asseoir sur un rocher tout proche, et ajouta d’un air malicieux :
  • - C’est surtout que je finirais par mourir de faim …. Ou empoisonnée.
Le rire fusa entre les lèvres du Kamael. Elle sourit. Le faire rire à gorge déployée était un exploit qu’elle ne réussissait pas souvent.
  • - Bien, j’ai compris, je m’en occupe.

    - Je peux au moins aller chercher de l’eau si vous voulez. Je ne risque pas de la rendre imbuvable.

    - C’est un fait, acquiesça-t-il. Quoique, avec vous, il n’y a jamais rien d’improbable.
Elle décida de lui jouer un dernier petit tour, et s’approcha pour reprendre le récipient. Il la suivit du regard jusqu’à ce qu’elle arrive à ses pieds. D’une main, elle prit le récipient tandis que de l’autre, elle le faisait basculer en arrière. Elle lui jeta un regard malicieux, puis le toisa de toute sa hauteur.
  • - J’ai le droit de me reposer finalement ? Il faudrait savoir ce que vous voulez Commandante, répliqua-t-il, un sourire narquois aux lèvres. Faites gaffe à ne pas vous éclabousser.

    - C’est vous que je vais éclabousser, fit-elle en riant. Les elpys aiment l’eau vous savez …, ajouta-t-elle avec un sourire narquois avant de continuer. Bien, je reviens …
Elle ne lui laissa même pas le temps d’acquiescer, et sortit du renfoncement rocheux dans lequel ils logeaient pour se diriger vers la plage en contrebas. Elle se laissa glisser le long de certaines pentes ardues, et arriva sur le sable rapidement.
Elle avança jusqu’à avoir de l’eau à mi-mollets, trempant ainsi son pantalon en toile légère. Au moins, elle n’avait pas de chaussures, c’était déjà ça. Elle se pencha et commença à remplir le bidon d’eau.


[HRP] A suivre [/HRP]

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: Narya

Message par Meliäa » dim. 27 septembre 2009 à 12h51

À peine quelques secondes plus tard, un cliquetis attirait son attention.
  • - Depuis quand ai-je besoin d’une nounou ? Lança-t-elle sans se retourner, amusée.

    - On ne sait jamais ce dont vous êtes capable. Je l’ai dit plus tôt, non ? Rétorqua-t-il, tout aussi amusé.

    - Je vois …
Décidément, il était incorrigible. Elle ne prit même pas la peine de tourner la tête pour le regarder s’approcher ; le récipient était presque plein. Elle sentait qu’il la fixait. La plaisanterie devenait longuette tout de même …
Sans prévenir, elle lui envoya au moins la moitié du contenu à la figure. Toujours s’adapter à son environnement, et y chercher les armes nécessaires, lui avait-on appris. N’était-elle pas une merveilleuse élève ? Kaedrick se couvrit néanmoins de son aile. Un sourire apparut sur les lèvres de Narya : elle n’en attendait pas moins de lui.

  • - Prévisible, dit-il d’un ton calme en retirant son aile et en la secouant pour la sécher. Maintenant j’ai l’aile … trempée.

Il jeta un regard en coin à sa Commandante alors qu’elle raffermissait sa prise sur le récipient.

  • - Il ne serait pas sage de votre part de …
Il ne put finir sa phrase, une autre vague de liquide le surprenant cette fois en plein visage. Il n’avait apparemment pas prévu qu’elle oserait le faire une deuxième fois. Il fallait bien lui montrer que ses prévisions n’étaient pas toujours parfaites, et surtout qui était le chef … Narya se retint de rire à grand peine. Oui, elle jouait les idiotes, mais cela l’aidait à se calmer intérieurement. Elle cacha son envie de rire en se baissant pour re-remplir le récipient.
  • - Vous n’avez pas osé ? Demanda Kaedrick, qui n’en revenait apparemment toujours pas.
Elle se contenta de le regarder, retenant toujours son rire. Il soupira profondément, d’un air blasé, se secouant un peu pour se sécher comme il pouvait. Il était trempé.
  • - Je suis celui qui a le plus de retenue …

    - Allons … Vous avez dit vous-même que nous étions en congé, non ? Profitez-en …
Elle entama sa sortie de l’eau, et sourit malicieusement à Kaedrick.
  • - C’est votre choix après tout.
Elle eut à peine le temps de faire un pas en arrière lorsqu’elle le vit s’élancer à pleine vitesse vers elle. Elle entrevit un sourire malin et des yeux rouges, brillant de malice, avant de s’effondrer de tout son long dans l’eau. Elle éclata de rire en ôtant les cheveux qui lui collaient maintenant au visage. Elle lui envoya en riposte une gerbe d’eau avec sa main, déclenchant un retour du bout du pied de la part de Kaedrick.
  • - Pire qu’un "enfant" …, dit-il en la toisant, narquois.

    - C’est amusant en tout cas, répondit-elle en posant une main à terre.
Faisant mine de se relever, elle se contenta de faucher les jambes du mâle avec les siennes. Il s’effondra à son tour, alors que la jeune Kamaelle se relevait, hilare.
  • - Au moins nous sommes aussi trempés l’un que l’autre, plaisanta-t-elle.

    - C’est un fait …
Elle lui tendit la main avec un sourire en coin, pour l’aider à se relever. Il se contenta de la regarder, puis de tourner ses yeux vers le ciel, avant de revenir à elle.
  • - Pour une fois vous me semblez plus grande, la taquina-t-il un peu plus.

    - Voulez-vous réellement rester trempé et risquer de tomber malade ? Demanda-t-elle en fronçant es sourcils, voyant qu’il ignorait encore sa main.

    - Non …
Il attrapa la petite main de la Kamaelle et tira. Ne s’y attendant vraiment pas, Narya lâcha un petit cri de surprise et tenta de se rattraper comme elle pouvait. Elle atterrit en plein dans les bras de Kaedrick, qui la regardait avec un sourire aux lèvres.
  • - L’eau est bonne, continua-t-il d’un air innocent. Et maintenant nous sommes quittes …
Elle lui jeta un regard perçant et perplexe à la fois. Son air innocent ne trompait personne …
Il semblait toujours aussi fatigué, même si la malice dans ses yeux lui donnait l’air d’être en forme.

  • - Allez, remontons, dit-elle d’une voix calme, redevenue sérieuse.

    - Bien Commandante. Mais c’est vous qui apportez l’eau …
Elle lui envoya une pichenette sur le nez. Il la méritait.
  • - Décidément … Vous me calquez ? Demanda le soldat ailé.

    - Non je ne vous calque pas, répliqua-t-elle en lui en envoyant une dans le front en riant.
Elle finit par se relever, et tendit à nouveau la main à son Capitaine ; elle l’avertit tout de même, d’un air sérieux.
  • - Pas de bêtise cette fois …

    - Ça ne serait plus aussi drôle, fit-il en se relevant grâce à son aide.

    - Bien sûr que non.
Elle sourit et alla remplir à nouveau le récipient, qui était tombé non loin de là. Une fois que ce fut fait, Kaedrick remonta vers le campement, Narya sur ses talons, secouant son aile pour la faire sécher.
Alors que le mâle ailé incantait pour allumer le feu, elle déposa l’eau à côté du foyer. Il alla ensuite retirer le haut de sa tunique et son armure, laissant seulement un pantalon en toile lui aussi trempé. Au moins cela sècherait plus vite.
Au moment où il se rasseyait devant le feu, Narya ne put qu’admirer la musculature souple, déliée, mais puissante que son binôme arborait. Sans plus s’attarder sur lui, elle alla se changer elle aussi. Elle enfila une longue tunique sèche, ressemblant à ce que les autres races appelaient "robe", et un pantalon simple. C’était pour le moment tout ce qui lui restait, même si elle n’appréciait pas particulièrement cela. Elle sécha sommairement ses cheveux, qui ondulèrent un petit peu lorsqu’elle les laissa retomber.

Narya finit par se replacer aux côtés de Kaedrick, agitant encore épisodiquement son aile. Il avait les yeux fermés, comme toutes les fois où elle se changeait.

  • - Je peux les rouvrir maintenant ?

    - Oui, merci, répondit-elle en souriant doucement.

    - Ce style n’est pas présentable, fit-il après quelques secondes, pointant ses cheveux humides. Mais il vous va bien …
Il avait l’habitude de la voir en armure, les cheveux bien serrés dans un chignon pour ne pas qu’ils gênent. Une tenue stricte mais élégante, digne d’une commandante. Au moment où ils parlaient, elle devait lui paraître réellement négligée ; cela était confortable toutefois.
  • - Ce n’est que temporaire, soyez rassuré, rétorqua-t-elle d’un ton amusé.

    - Si vous ne recommencez pas vos bêtises, oui, en effet …
Rabat-joie …

Ils mangèrent en bavardant gaiement, comme toujours cela avait toujours été le cas. Sa présence et ces moments partagés rassuraient tellement la jeune Kamaelle, qu’elle se mettait à les rechercher inconsciemment.
La nuit était tombée depuis bien longtemps lorsqu’ils finirent de manger. La voix de Kaedrick devenait plus faible, bien que l’amusement s’y décelât toujours. Il clignait de plus en plus des yeux, semblant avoir du mal à les laisser ouverts.

  • - Je crois qu’avoir fait le tour des campements m’a épuisé, lui répondit-il lorsqu’elle lui demanda si tout allait bien. Cela ou votre bataille aquatique …

    - Allez vous reposer, fit-elle en riant doucement.
Il lui jeta un regard plein de ce qu’elle identifia comme de la gratitude, et se coucha sur le flanc, près du feu. Il se mit à marmonner :
  • - Je n’aurai pas d’autre choix que de dormir près du feu, je le crains …
Elle l’observa quelque secondes, avec son air à moitié sérieux et ses yeux rouges plongés dans les flammes dansantes, puis se leva pour aller chercher quelque choses dans leurs affaires. Elle en profita pour répondre que c’était une bonne idée.
Le silence s’installa alors qu’elle cherchait une de leurs capes d’hiver. Seuls les crépitements du feu et les bruits d’objets déplacés le brisaient.

  • - Que va-t-il se passer si Mère Nornil nous renvoie de ce pas sur Gracia, à nouveau … ? Demanda soudain Kaedrick d’une voix faible qui ne lui ressemblait pas.
Elle ne put s’empêcher de faire une pause dans ses recherches. Lorsqu’elle eut trouvé, elle s’approcha.
  • - Je n’en sais rien … répondit-elle d’une voix faible.
Elle n’aurait pu dire mieux que cette vérité. Elle n’en savait réellement rien. Elle déposa avec douceur la cape sur son binôme, pour qu’il soit au chaud. Cela sembla lui faire plaisir ; ses yeux se fermèrent un moment. Elle sourit puis alla se rasseoir non loin de lui.
  • - Je ne crois pas que nos hommes puissent survivre encore un an là-bas sans changements de conditions …
Il fit une pause et rouvrit les yeux. Une sorte de désespoir étouffé s’y terrait.
  • - Ni eux, ni probablement nous …, ajouta-t-il.
Elle sentit son cœur se serrer en le voyant se confier. Ses poings parurent se serre, sous la cape. Le doute avait fini par le ronger lui aussi. Même lui …
Elle lui caressa la joue avec son aile. Il ferma les yeux sous la caresse des plumes, un pauvre sourire venant s’afficher sur ses lèvres.

  • - Arrêtez de vous torturer ainsi …, dit-elle doucement. Faisons, confiance à Nornil …
Confiance à Nornil … Quelles bêtises ne racontait-elle pas là. Elle tenait vraiment à Kaedrick en fin de compte, pour sortir de telles inepties. Personne n’obéissait aveuglément à Nornil. En tout cas pas dans les hautes sphères du pouvoir.
  • - Oui, répondit-il d’une voix encore plus brisée. Après tout, XA25-K87 n’est pas fait pour penser mais pour agir …
Narya serra les lèvres. Oh, comme elle haïssait Nornil et son formatage ! Dès qu’un soldat présentait un tant soit peu d’évolution, que ce soit positif ou non, il était recyclé. Du gâchis ! Oui, il y avait vraiment certains jours où elle haïssait le lot quotidien de son peuple.

Il s’excusa d’avoir dit des choses pareilles, ne voulant pas la blesser, ni Nornil. Mais il avait cette impression, précisa-t-il, qu’ils ne devaient pas penser. Elle le rassura en lui disant qu’avec les postes qu’ils occupaient, ils devaient penser pour tous leurs hommes … Un sourire venant du cœur apparut sur les lèvres de son second et lui réchauffa le cœur.


Penser, mais pas trop. N’est-ce pas Nornil ?
  • - Vous avez raison … "elpy rusée", plaisanta Kaedrick, la voix hachée par la fatigue. Un peu … farouc..he ..parfois ..m..ais …
Il sombra dans les abysses du sommeil sans finir sa phrase. Narya soupira avec un léger sourire. Il y arrivait à chaque fois … à lui rendre sa sérénité …
Elle lui caressa la joue du bout des doigts, ne déclenchant aucune autre réaction qu’un repositionnement, qui amena la tête du mâle sur ses genoux. Narya soupira une deuxième fois, amusée cette fois, bien que mélancolique. Il dormait profondément.

Elle tourna son regard rouge vers les étoiles, caressant machinalement les cheveux encore légèrement humides de Kaedrick. Plus les jours passaient, et plus elle se demandait ce qu’elle avait cherché en intégrant cette armée … Et surtout, qui elle était vraiment. La militaire sérieuse, ou la Kamaelle espiègle ? Elle ne pouvait plus se voiler la face, ses sentiments se développaient à vitesse V. Et cela depuis le départ pour Gracia …

Que faire quand on s’est perdu … ? Que faire … ?

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: Narya

Message par Meliäa » dim. 27 septembre 2009 à 13h30

Désormais je suis fixée. Je devrais me rendre immédiatement à la base pour me faire réinitialiser ...

Elle faisait les cent pas là où, il y avait à peine une journée, leur campement dans le petit renfoncement rocheux se trouvait. L'endroit où elle se sentait en sécurité, avec un ami qui la connaissait mieux que personne sur Ether, là où elle pouvait se permettre d'être elle-même. Pourquoi donc suis-je si troublée ? Oui, pourquoi se mettait-elle à regretter les ordres de Nornil ?

Kaedrick devait encore être en train de faire le tour de tous les campements afin de signifier à leurs hommes qu'ils pouvaient rentrer à la base, définitivement. Ou alors il était déjà rentré. Narya avait fait sa part du travail le matin même, et avait eu du mal à contenir un sourire attendri lorsque la plupart d'entre eux avaient affiché un sourire radieux en la remerciant, et en remerciant Nornil de les laisser enfin rentrer chez eux. Le cas qui avait le plus ému Narya avait été une Arbalétrière qui avait perdu l'appétit et le moral petit à petit. Elle était devenue maigre et triste ; mais son visage s'était illuminé d'un sourire lorsque Narya s'était enquise de sa santé, la grondant quelque peu, puis lui avait annoncé la nouvelle.

A la base, elle aurait été reformatée immédiatement. Mais sous mes ordres, et après ce que nous avons vécu tous ensemble, aucun de ses camarades n'aurait pensé à la faire recycler ... Aucun. Voilà maintenant qu'ils risquent tous l'arrêt.

Elle se mit à longer le bord de la falaise, espérant que la vue de la mer paisible l'aiderait à se calmer. Mais la colère grondait en elle. Elle serrait quelque chose dans sa main crispée, à s'en blanchir les phalanges. C'était la raison de son malaise. La raison qui la faisait douter d'elle-même, de Nornil, de son peuple, de leur avenir ... de tout. Un simple cristal contenant un enregistrement ... Un simple enregistrement. Mais pas n'importe lequel ...
Ce cristal mémoriel contenait un ordre de mission de la part de Nornil en personne. Un ordre de destruction à vue ... contre un soldat déviant. Nar'harcan était son nom de code. Comment pouvait-elle décemment obéir à cet ordre insensé ?

Depuis le début Nornil demandait à ses soldats d'enquêter sur les Cinq Races. Nar'harcan s'investissait plus dans une des races, et apprenait à apprécier les plaisirs simples de la vie de déviant, pour mieux se faire accepter de la race des Orques ... Mais non, il déviait, on l'arrêtait. Si Narya se rappelait bien, ce soldat avait déjà été arrêté une fois, puis réinitialisé. Cela signifiait que sa vie s'arrêterait définitivement.

De rage, elle balança violemment le cristal à terre, et le regarda rebondir dans l'herbe et la mousse avant de s'arrêter. Elle se laissa tomber au pied d'un arbre, et se passa une main sur les yeux.

Que devait elle faire ? Elle se sentait glisser indéniablement sur la mauvaise pente de la déviance, alors que jusque là elle avait réussi à rester sur la corde ... Là, elle en était tombée. Décidément, je dois être vraiment pourrie jusqu'à la moelle en tant que soldat ... pour en arriver à ne même plus savoir si je dois obéir ou non. Gracia n'avait rien arrangé ...

Ses yeux rouges où brillaient la lassitude et la tristesse de se savoir condamnée se posèrent sur le cristal qui luisait au soleil, en projetant de petits éclats de lumière sur le sol. Son seul destin serait la mort de son moi actuel ... En attendant elle devrait supporter le poids de la connaissance.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: Narya

Message par Meliäa » mar. 20 octobre 2009 à 23h13

Le vent faisait bruisser les feuilles au-dessus de sa tête. Elle entendait le ressac de la mer en contrebas, frapant le pied de la falaise. De petits rayons de soleil venaient caresser sa peau avec douceur. Les oiseaux chantaient.

Elle se leva, nerveuse et profondément confuse, et s’approcha du bord du gouffre. Ses yeux rouges trahissaient la tempête intérieure que la jeune femme essuyait. Le vent caressait les plumes de ses ailes ; mais le sceau n’était pas brisé chez elle. Si elle sautait, elle mourait ...


Une solution comme une autre au problème qui me concerne ...

Elle jeta un oeil derrière elle au cristal qui gisait toujours à terre, et la colère se réaffirma dans son esprit. Non, elle ne pouvait pas en finir tout de suite : cela aurait été trop simple. Elle devrait assumer ses responsabilités, et passer la main à Kaedrick. Même si le voir avant de "disparaître" rendrait peut-être cela beaucoup plus difficile ...
Elle lança un coup de pied rageur dans une motte de terre qui dépassait. Comment pouvait-elle seulement avoir des pensées comme celle-ci et se croire protégée totalement de la déviance ? Comment pouvait-elle songer à Kaedrick de cette façon si anormale, bien que cela soit encore flou pour elle ?
Jusque là elle s’en était très bien tirée avec les sentiments qu’elle avait ; ces sentiments avec lesquels elle était née. Pourquoi donc ne pouvait-elle plus rester détachée comme auparavant ?
Gracia avait tout changé. Quelque chose s’était tordu en elle lorsqu’elle se trouvait sur Gracia, elle en était maintenant sûre.

Elle se laissa de nouveau tomber au pied de l’arbre en lâchant un cri de rage. Elle se força à se calmer immédiatement, et posa ses main sur ses yeux un instant, pour mieux réfléchir. Elle ne voulait pas finir entre les mains des scientifiques de la Base. Elle devrait passer en conseil de discipline, être condamnée, puis elle aurait le droit à plusieurs jours dans une cellule froide et coupée du monde avant d’être désactivée et recyclée. Un calvaire pour elle qui malgré sa déviance innée était pourtant incroyablement lucide.
Kaedrick reviendrait bientôt de sa tournée des campements ...
Oui ... C’était le meilleur moyen. Il était le seul à pouvoir le faire ; elle ne voulait pas que quelqu’un d’autre le fasse ...

Je vais me rendre. Et il me désactivera. J’ai un gros défaut, il faut l’éliminer. Kaedrick sera capable d’être ce que je ne suis plus : un bon soldat ...

Ses genoux remontèrent jusqu’à sa poitrine et elle les entoura de ses bras. Après avoir jeté un coup d’oeil dégoûté à ce panorama débordant de vie, le doux visage de la jeune kamaelle se détendit jusqu’à arborer un air totalement détaché. Après un regard furtif à la cause de cette prise de conscience, qui jetait encore au sol des éclats lumineux, elle cacha son visage dans ses bras.

Beaucoup d’images et de pensées diverses revinrent à l’esprit de Narya alors qu’elle tentait de ne pas succomber à ce sentiment qu’elle identifier à la peur. Elle n’avait pas peur de la mort, non, puisqu’elle était persuadée d’agir pour le bien commun et en suivant les ordres qu’ils avaient tous reçu. Mais plutôt la peur de blesser profondément son binôme en lui demandant cette faveur si "spéciale".

Son coeur fit un bond dans sa poitrine lorsque le bruit de pas aisément reconnaissable de son binôme se fit entendre. Les pas montaient la petite colline à un rythme moyen. Cela ne pouvait être que Kaedrick. Les Hommes-Lézards ne faisaient pas ce bruit lorsqu’ils marchaient : leur queue ajoutait un raclement permanent au rythme régulier de leurs pas. Une pause, puis de nouveau les pas de son binôme ; ils étaient plus doux cette fois. Elle se força à relever la tête, et la posa contre le tronc.

  • - Tout s’est bien passé ? Demanda-t-elle, nerveuse.
Sa voix révélait toute sa confusion, remarqua-t-elle. Cela était étonnant que pour une fois, elle ne parvienne pas à se contrôler parfaitement. Etait-ce parce qu’elle avait abandonné sa confiance en elle pour un détachement à toute épreuve ?
  • - Un imprévu ..., répondit Kaedrick d’une voix neutre. Mais tout s’est bien passé à 90%, Commandante.

    - Comment cela, un imprévu ? Demanda-t-elle en tournant son regard vers lui.
Une hésitation. Narya sentit ses muscles se crisper ; si Kaedrick hésitait, c’est que l’affaire n’était pas anodine.
  • - Deux de nos soldats en ont eu assez d’attendre ...

    - Et ? Le pressa-t-elle en fronçant les sourcils.
Décidément, son binôme était trop facile a déchiffrer par moments. Elle attendit la nouvelle, tout en se préparant déjà au pire. Sa voix était affreusement neutre ; il cachait quelque chose de plus profond sous cette carapace, Narya en aurait donné sa main à couper. Ou peut-être seulement que je l’espère ...
  • - J’ai retrouvé leurs cadavres frais de quelques jours.

    - Ils se sont tués ? Répéta-t-elle, horrifiée, mécaniquement.
Kaedrick ne répondit pas ; Narya n’attendait de toute façon aucune réponse. Elle avait envie de vomir. Vomir sa haine à l’encontre de Nornil, Gracia, et tout ce qui avait détruit ses hommes. Et qui l’avait détruite aussi ... mais surtout qui les empêchaient de vivre, tout simplement.
Elle détourna son regard vers la mer, le temps de se raisonner et supprimer ces pensées impies de son esprit ; le temps de reprendre une contenance. Elle ne parvenait de toute façon pas à regarder le Kamael en face.

  • - Je savais que Gracia nous avait ébranlés, commença Kaedrick, mais je ne m’attendais pas à cela ...

    - Je ne pensais pas que certains iraient jusque-là, ajouta Narya. Ces réactions sont ...
Elle se tut immédiatement. La fin de sa phrase la trahirait encore plus rapidement que si elle sautait au cou de Kaedrik pour lui donner ce que les Cinq Races appelaient un baiser. "relativement compréhensibles", allait-elle ajouter.
  • - Sont ?
La voix du Kamael était toujours aussi inhabituellement neutre.
  • - Anormales pour le peuple Kamael.

    - En effet.
Elle se félicita que son visage soit toujours tourné vers la mer. Ainsi le soldat ailé n’avait pu la voir se mordre la lèvre en entendant la colère percer dans sa propre voix. Son estomac se contracta abominablement fort lorsqu’elle remua les lèvres pour lui demander s’il comprenait ces réactions. Pourquoi, au juste, lui demandait-elle cela ? Peut-être pour se rassurer quant au fait qu’elle n’était pas la seule à être tombée sur la pente de la déviance ...
  • - Non, aucunement.
Au moins tout était clair. Elle était réellement un fruit pourri, ou investi par un parasite et rongé de l’intérieur. Kaedrick, malgré un moment où il avai chancelé sur sa route, n’avait pas dévié du chemin tout tracé par Nornil. Ainsi soit-il ...
  • - Alors tu es bien la personne qu’il me faut, murmura-t-elle si bas que le Capitaine ne pouvait l’avoir entendu.
Elle effaça volontairement le sourire infiniment triste qui venait d’apparaître sur ses lèvres pour se composer un masque neutre. Prenant son courage à deux mains, elle se releva, et alla ramasser le cristal mémoriel. Elle tenta une dernière feinte pour percer à jour Kaedrick, au cas où il n’aurait pas tout dit. Dans cette "chasse aux sorcières" qu’était ce problème de déviance, se cacher était probablement chose répandue chez les plus intelligents d’entre eux.
  • - Vous m’avez l’air troublé Capitaine ..., dit-elle d’un ton légèrement narquois avant de lui faire face.

    - Vous croyez ? Répondit-il en fronçant les sourcils. Pourquoi le serais-je ?
Elle avait vu le visage sérieux de son binôme se fermer à cette question. Cela n’avait servi à rien. Elle était définitivement en train de se noyer, et aucune de ses bouées de sauvetage n’avait réussi à lui donner une prise pour qu’elle puisse remonter sur la terre ferme. Elle était condamnée. Et je viens de le comprendre ... Le petit sourire qu’elle affichait disparut.
  • - Pour rien, laissez tomber, éluda-t-elle d’une voix parfaitement neutre.
Comme elle se sentait lasse ... Autant en finir rapidement, avant de subir d’autres désillusions de ce genre.
Elle lui lança le cristal contenant l’ordre d’exécution à vue, et le regarda effectuer une réception parfaite. Il y jeta à peine un coup d’oeil.

  • - Un message urgent ?

    - Vous venez d’obtenir une promotion. Félicitations, ... Commandant, finit-elle en accentuant le mot.
Elle étouffa un rire moqueur ; sa voix était un livre ouvert sur le maelström de sensations qui s’affrontaient en ce moment en elle. Cet état était pitoyable et indigne d’un soldat ; elle devait en finir rapidement.
Le soldat ailé resta sans voix quelques secondes. Un de ses sourcils s’arqua et son regard se fit plus dur, bien que l’incompréhension reste très visible dans ceux-ci. Il ne prit même pas la peine de lire le message du cristal.

  • - Pardon ? Demanda-t-il, incrédule.

    - Je ne suis plus apte à assurer correctement ma fonction. Vous allez devoir m’arrêter et me faire recycler Kaedrick ...
Les yeux rouges de son binôme se focalisèrent sur elle. Elle se félicita du détachement qu’elle était capable d’arborer face à son ancien second ; si elle n’était pas aussi sûre d’être bonne à jeter, elle aurait flanché sous ce regard de braise.
  • - Ca sera mieux pour tout le monde, ajouta-t-elle à voix plus basse.
Toujours aucune réponse de Kaedrick, et toujours ce regard implacable. Il rangea le cristal dans une poche et prit enfin la parole.
  • - Pourquoi devrais-je vous recycler co.., fourcha-t-il avant de continuer, unité M12840 ?
Elle esquissa un sourire triste en entendant son matricule. Il prenait son rôle très au sérieux. Mais sa voix reprit sa rigidité militaire habituelle lorsqu’elle répondit.
  • - Est-il besoin de le préciser ? La déviance se répand de plus en plus ... Je ne suis plus apte à réfléchir objectivement.
Il ne désserra pas les lèvres et s’avança jusqu’à se retrouver à deux pas de la jeune kamaelle.
  • - Précisez, c’est un ordre.
Comme sa voix est glaciale ... Mais, étrangement, cela ne l’atteignait plus tant que ça ... Elle savait que cela finirait par le néant, alors pourquoi se soucier de tout cela ? Un mystérieux calme s’emparait d’elle.
  • - Les sentiments des Cinq Races ne le sont plus étrangers, Commandant. Comme pour certains de nos soldats du projet Gracia.

    - Je vois ...
Pendant encore quelques secondes, il la fixa. Elle se tenait bien droite, comme toujours, mais son regard était baissé. Elle vit du coin de l’oeil le bras de Kaedrick bouger ; elle releva les yeux pour le regarder faire. Il défaisait les attaches de l’épée ancestrale toujours attachée à son dos en la regardant toujours aussi fixement et froidement. Il accomplirait sa tâche comme un bon soldat ... et c’est tout ce que je veux. Qu’on en finisse, et vite.

Le calme la gagnait ; elle ne ressentait même plus le besoin de détourner le regard. Juste un peu de regrets de cette vie qui subsistaient. Mais cela se terminerait rapidement, Kaedrick y veillerait.
  • - Donc vous êtes bel et bien une déviante ? Demanda-t-il.

    - Je pense en être une, répondit simplement Narya d’une voix douce et calme.
Le kamael attrapa son épée de la main droite. Narya faillit froncer les sourcils à cette vue puisqu’il était gaucher. Mais en tant que guerrière, elle savait parfaitement que tout combattant digne de ce nom savait se servir aussi bien de sa main gauche que de sa main droite. Question de survie élémentaire.
  • - Donc je dois vos recycler, en effet, continua Kaedrick. Les règles sont strictes vis-à-vis des déviants ...

    - En effet, répondit-elle calmement.

    - Des dernières paroles que je devrai transmettre à l’amiral ? Demanda-t-il en levant son épée dans les airs.
Narya ne put s’empêcher de suivre des yeux la grande lame ancestrale. Sa mort sous la forme d’une arme antique issue de la tradition Kamaelle. La tradition qui tuait l’évolution ... Quelle métaphore pourrie ...
Que pouvait-elle bien dire à l’Amiral ? Qu’avait donc à dire d’important une déviante sur le point de mourir à l’Amiral ? Rien qui serait vital ... Elle choisit donc des mots destinés à Kaedrick plus qu’à Kallistra. Il fallait qu’il comprenne, même si cela ne le touchait pas. En pensant aux mots qu’elle allait prononcer, les larmes montèrent à ses yeux ; les regrets se rappelaient à elle.
Elle adressa un dernier sourire à son compagnon, et regretta qu’il soit brouillé de larmes et tâché par la tristesse.

  • - J’ai toujours fait ce qui me semblait le mieux pour mes hommes.

    - Bien, qu’il en soit ainsi.

    - Merci, murmura-t-elle.
Kaedrick leva son épée au dessus de sa tête et raffermit sa prise, prêt à frapper. Dans ses yeux, Narya crut voir passer une intense colère, mais elle ne pouvait être certaine de rien.
Le sourire qu’elle destinait à son bourreau s’effaça doucement alors qu’elle sentait venir la fin. Ses yeux restèrent ouverts et plantés dans ceux du Commandant nouvellement promu ... il n’y avait que les couards pour fermer les yeux devant leur destin.


Adieu ...
Dernière modification par Meliäa le jeu. 22 octobre 2009 à 23h06, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: Narya

Message par Meliäa » jeu. 10 décembre 2009 à 08h21

Un sifflement métallique commença à se faire entendre alors que Kaedrick commençait à abattre son épée. La vision de Narya fut brouillée par le reflet du soleil couchant dans la lame, en addition aux larmes qu’elle retenait courageusement. Cela ne serait plus très long, et son binôme veillerait à ce qu’elle ne souffre pas trop. Sa fin était proche, et elle serait brève.

Tant mieux ...

Une fraction de seconde plus tard, elle comprit que quelque chose n’allait pas. L’autre bras de Kaedrick bougeait lui aussi vers elle. Et elle ne ressentait aucune douleur alors que la lame avait dépassé son champ de vision. Les yeux du Kamael étaient pourtant toujours aussi glacés ...

Et soudain, sa joue droite subit l’assaut d’une douleur fulgurante. Elle fut projetée contre le tronc de l’arbre et le heurta violemment alors qu’un bruit mat se faisait entendre. Elle plissa les yeux de douleur ; la tête lui tournait.

  • - COMMENT OSEZ-VOUS ? Hurla Kaedrick, un maelström d’émotions dans sa voix. Demander à votre propre binôme de vous recycler !
A l’entendre, il était hors de lui. Une infinie surprise prit possession de la jeune Kamaelle avant d’être remplacée par une honte sans pareille ; elle se mit à trembler de tous ses membres, tentant de retrouver ses esprits après le coup de poing qu’il lui avait envoyé.
Narya porta avec lenteur une main à son front, et rouvrit les yeux sur un monde flou qui tanguait.

  • - Je l’ai dit ... Je fais toujours ... ce qu’il y a de mieux pour mes ... hommes, dit-elle d’une voix peu assurée.
Elle avait senti la mort si proche, si proche ... qu’elle en tremblait de froid et de peur après coup. Kaedrick reprit, la colère intense toujours présente dans sa voix.
  • - Vous croyez que vous perdre nous aidera ?

    - Je suis désolée Kaedrick, je voulais ...
La main qui massait sa joue endolorie vint masquer ses yeux ; elle ne voulait surtout pas qu’il voit qu’elle se laissait aller à pleurer. Les paroles de son binôme lui faisaient peur : elle avait vraiment perdu toute objectivité, et à présent elle était condamnée à devoir vivre avec. Pour le moment ...
  • - Je pensais que vous me testiez une fois de plus ..., reprit Kaedrick d’une voix toujours glacée. Jusqu’à ce que je voie vos yeux devenir humides ...
A ces derniers mots, la colère vibra dans sa voix. Narya ne pouvait pas le regarder dans les yeux. Elle avait trop peur de ce qu’elle y découvrirait ; sa main délicate resta positionnée devant ses yeux, bien que ses larmes se soient déjà taries.
  • - Ça n’en était pas un ..., répondit-elle la voix tremblante, bien que Kaedrick le sache déjà.

    - J’ai remarqué ..., fit-il sombrement, la tension toujours perceptible dans sa voix.
Les vertiges ayant cessé, Narya se redressa un peu, toujours accolée au tronc de l’arbre, au sol. Elle ne pouvait s’empêcher de trembler.
Elle entendit la tunique du mâle se froisser, comme s’il bougeait, mais ses pieds restèrent ancrés dans le sol. Il se mit à parler d’une voix pleine de confusion, d’incompréhension, qui rendirent Narya encore plus honteuse de ce qu’elle avait osé lui demander.

  • - Je suis un Kamael de la première vague ... Moins récent que vous, j’en conviens ...
Il fit une pause et continua, sa voix s’adoucissant encore :
  • - Je ne comprends peut-être pas les "émotions" aussi bien que vous, mais ...
Narya baissa la main qui masquait son visage, et le tourna vers le tronc après avoir jeté un très rapide coup d’oeil à Kaedrick. Il semblait choqué, troublé, et peut-être encore un peu hors de lui. Elle ne pouvait pas encore se pardonner de lui avoir demandé une telle chose, même si elle continuait à croire qu’elle était justifiée.
Le soldat ailé traversa le peu de distance qui le séparait de son binôme, et s’accroupit devant elle. D’une pression ferme de la main sur la joue gauche de Narya, il la força à le regarder et lui dit :

  • - Ne vous ai-je pas dit que je suivrai votre décision ... Commandante ...
Elle serra les lèvres, tentant d’empêcher les larmes de remonter vers ses yeux. Le dernier mot avait presque été suppliant ...
  • - Si ..., commença-t-elle. Je suis ... Pardon ...
Sa voix mourut. Elle détourna vivement le regard pour ne plus voir ces deux pupilles rouges qui recelaient tant d’émotions contradictoires, bien que la colère semblait s’être calmée ; mais aussi pour pouvoir essuyer ses yeux sans qu’il le remarque vraiment. Voir ses yeux humide le troublait apparemment, et elle n’avait aucune envie de forcer la déviance chez son second.
Sa main retombant sur sa cuisse, il reprit :

  • - J’ai perdu nombre de soldats, et mon ancien binôme ... Je ne veux pas vous perdre également ...
Narya resta muette. Cette phrase plus que toutes les autres accentua son trouble jusqu’à le monter à son paroxysme. Elle tremblait toujours. Kaedrick ne la quittait pas des yeux.
  • - Pardonnez-moi la claque au visage, murmura-t-il presque, après quelques minutes de silence.
La nuit était tombée sur le monde. L’air était frais, le silence régnait. La lune était pleine ce soir-là.
  • - Je la méritais, fit Narya avec un faible sourire, avant de détourner à nouveau le regard.
Kaedrick ne répondit pas. Il sortit le cristal de sa poche et se mit à l’observer. Puis il eut un de ces regards malicieux qui arrachaient toujours un sourire à Narya.
  • - Ma promotion fut de courte durée, fit-il en la regardant.
La jeune Kamaelle esquissa un pauvre sourire face à cette attitude nonchalante. Puis elle reposa les yeux sur le cristal, et sentit ses troubles revenir, en sus de ceux déjà présents. Revenant à Kaedrick, elle osa enfin croiser son regard pour lui dire d’un ton grave et sérieux :
  • - Je ne peux exécuter cet ordre Kaedrick. Je ne pense plus en être capable ...
Il haussa simplement les épaules. Avant que Narya ait le temps de froncer les sourcils devant tant de détachement, Kaedrick éclata le cristal sur le tronc de l’arbre. Une pluie de fragments s’abattit sur leurs jambes, résonnant de petites notes cristallines lorsque certains s’entrechoquaient.
  • - Que ... ?! S’exclama-t-elle en tournant vers lui des yeux effarés.

    - Quel ordre ? Demanda alors Kaedrick, avec un sourire carnassier.
Un léger sourire vint étirer les lèvres fines du mâle. Quant à Narya, un rire nerveux mais puissant s’empara d’elle et la secoua presque une minute entière. Si tout pouvait être aussi simple ...

Lorsqu’elle parvint à se calmer, elle se tourna légèrement et se plaça le dos contre le tronc, reposant sa tête sur ce dernier. Elle apercevait quelques étoiles au travers du feuillage de l’arbre. Kaedrick la regardait toujours fixement, comme s’il craignait qu’elle n’empoigne l’épée plantée dans le sol à quelques pas de là et qu’elle ne se transperce le coeur avec .
  • - Désolée, c’est nerveux ...

    - Ah bon ... Il est vrai que c’est nerveux un elpy ...

    - C’est idiot aussi, rétorqua-t-elle en lui jetant un regard en coin, avec un faible sourire.

    - Pas dans le cas de mon elpy rusé ... du moins pas normalement, plaisanta-t-il.

    - Ah, il vous appartient, cet elpy ? Demanda Narya en riant doucement.

    - Sa vie m’appartenait il y a encore quelques instants, fit-il avec un regard pénétrant.

    - C’est vrai, répondit Narya en souriant gentiment.
Pour toute réponse, Kaedrick lui donna une pichenette sur le nez, et s’adossa lui aussi à l’arbre. Leurs épaules étaient pressées l’une contre l’autre ; ils ne se regardaient pas.
Les yeux rouges de la jeune Kamaelle balayèrent le paysage distraitement, alors qu’elle se frottait le bout du nez. Décidément, ce mâle était très doué ; si puissant que son trouble ait pu être un peu plus tôt, elle avait l’impression que tout cette histoire n’était qu’un mauvais rêve. Un cauchemar duquel il l’avait sortie en lui faisant reprendre ses esprits de façon musclée, mais qu’il avait ensuite réussi à faire oublier grâce à des plaisanteries légères et sans intérêt.

Narya savait qu’elle entrait dans son jeu à chaque fois, elle en était consciente. Mais ces échanges de phrases plus ou moins importantes leur permettaient de décompresser après des situations plus ou moins éreintantes.
Et là, j’en ai besoin ...
  • - Vous croyez que nos hommes s’en sortiront sans nous ... ?
Elle tourna son regard vers lui, encore légèrement confuse en repensant à cette situation.
  • - J’ai bien peur que la majorité ne doive subir ce que je vous ai demandé il y a quelques minutes, répondit-elle, se forçant à adopter un masque neutre.

    - C’est également ma peur ...
Kaedrick détourna le regard et le porta vers les étoiles. Narya soupira.
  • - Nous ne pourrons pas les protéger très longtemps ...

    - Non, en effet ...

    - Et nous ne pouvons vivre disséminés dans la nature plus longtemps.

    - Le cristal contenait-il un émetteur ? Demanda soudain Kaedrick en se redressant légèrement.
Narya se mordit la lèvre. Un émetteur espion ? Pourquoi donc aurait-il été glissé dans un ordre d’exécution ? De plus, elle avait toujours parfaitement joué son rôle, personne n’était censé avoir de soupçons à leur égard. La paranoïa envers les déviants commençait seulement à apparaître ; ils ne seraient pas suspectés avant un petit moment.
  • - Je n’ai pas vérifié, mais c’est plausible.
Il fronça les sourcils. Cela restait possible, mais Narya pensait sincèrement que rien n’avait été glissé dans cet ordre de mission.
  • - Quoique, personne ne soupçonne quoi que ce soit pour le moment. Ils sont trop obnubilés par les récents problèmes de désertion et de déviance flagrante ...
Oui, pour le moment ils étaient occupés avec les déviants trop visibles, qui ne se contrôlaient pas ou qui n’étaient pas assez intelligents pour se dissimuler dans la masse. Kaedrick acquiesça.
  • - Alors nous pouvons continuer notre "jeu" pour un moment, annonça-t-il.

    - Et après ? Demanda-t-elle, bien qu’elle se fie au jugement de son second.

    - Je n’en sais rien. Mais c’est le mieux à faire tant que nous n’aurons pas de plan précis ... Une idée ? Fit-il en se tournant vers elle.

    - Rien à part continuer à cacher les déviances. Mais nos hommes sont à la Base ... Cela ne rendra la chose que plus difficile.

    - Ils ne sont pas assez dupes pour se montrer déviants devant Nornil, tout de même ... Lui rappela-t-il.

    - Ce n’est pas forcément conscient ..., tempéra-t-elle. Mais pour la plupart, ils feront attention.

    - Bien ...
Le silence tomba sur la falaise, le petit bois et ses deux occupants ailés. On entendait plus que le vent dans les feuilles, et, plus faiblement, la mer en contrebas. Sans détacher ses yeux des étoiles, Narya dit à mi-voix :
  • - Nous sommes ... un peu fous, non ?

    - J’ai toujours su que vous me ressembliez sur ce point, la taquina-t-il avec un sourire en coin.
Un petit rire passa les lèvres de la jeune Kamaelle. Fous à lier, oui ...
  • - Je savais bien que vous seriez un Capitaine adapté à mon cas ..., fit-elle en tournant son regard vers lui. Gardez tout de même un oeil sur moi ... Au cas-où.
Elle se contenta de lui sourire, voyant qu’il la dévisageait. Il semblait troublé lorsqu’il détourna le regard. Effleurant distraitement sa joue droite du bout des doigts, elle se souvint que l’hématome devait faire une jolie tâche sombre sur sa peau rosée. Cela était peut-être la raison de ce trouble, puisqu’il regrettait son geste. Appuyer sur sa pommette piquait un peu ... Elle ajouta tout de même, pour que son binôme comprenne bien ce qu’elle voulait dire, mais sur un ton légèrement amusé :
  • - Pour être sûre que je ne ferai pas de trop grosses bêtises ...

    - Tant que vous ne faites pas la cuisine, grommela Kaedrick.

    - Ce n’est pas de cela que je parle, rassurez-vous, répondit-elle en riant.

    - Je m’en doutais.

    - Tant mieux, dit-elle à mi-voix, fermant les yeux.
Elle crut sentir le regard de Kaedrick se poser sur elle. Encore une fois, leur conversation se terminerait par un membre du binôme succombant à la fatigue. Mais ces derniers jours, ses divers questionnements et raisonnements l’avaient empêchée de dormir.
Rouvrant finalement les yeux, elle croisa effectivement le regard profond de son coéquipier. Il semblait perdu dans des pensées bien complexes.

  • - J’imagine que vous n’avez une fois de plus pas dormi la nuit passée ?

    - Je n’ai pas vraiment réussi, avoua-t-elle avec un sourire, en refermant les yeux.

    - Alors faites ..., dit-il doucement. Je fais le guet.
Il la couvrit de sa cape. La chaleur corporelle de son binôme qu’il avait transmise à la cape lui permit de se sentir à l’aise dans l’air frais de la nuit. La sensation étrange qu’elle sentait sur sa nuque lui indiquait que Kaedrick ne l’avait pas encore quittée des yeux.
  • - Tu es trop protecteur, tu le sais ça ... ? Murmura-t-elle, le tutoyant inconsciemment. Merci ...
Sa tête vint se reposer sur l’épaule de Kaedrick, tandis qu’une esquisse de sourire flottait sur ses lèvres charnues.
  • - C’est un trait que vous seule faites ressortir, rétorqua-t-il. Je ne sais pourquoi, d’ailleurs ...

    - C’est un reproche ? Demanda-t-elle d’un ton amusé, ignorant le trouble qu’elle sentait dans la voix du Kamael.

    - Aucunement ... Et ce n’est pas non plus parce que je vous trouve faible, ajouta-t-il d’un ton sérieux.

    - Encore heureux ..., fit Narya.
Sentant bien le trouble de son second, Narya rouvrit les yeux pour le regarder, lui sourit gentiment, et ajouta d’une voix douce :
  • - Ne vous tourmentez pas trop, je vous l’ai déjà dit, non ?

    - Côté tourment vous ne devriez pas parler, la réprimanda-t-il doucement.
Un sourire amusé naquit sur les lèvres de Narya alors que le sommeil l’emportait enfin. Elle n’avait pas dormi depuis qu’elle avait reçu le cristal, c’est-à-dire deux jours auparavant.
  • - Je parle ... si je veux ..., plaisanta-t-elle, sa voix déjà atteinte par le sommeil.

    - C’est bien cela qui m’a fait supporter Gracia, répondit Kaedrick.
Elle ne comprit pas clairement le sens de cette phrase, ayant l’esprit déjà trop embrumé pour réfléchir correctement. Après tant d’émotions, Narya ne pouvait plus tenir. La chaleur de la cape et du corps tout proche de son binôme l’enveloppaient. Le silence était apaisant ...

Tout n’était pas terminé. En fait, cela venait de commencer. Mais pour le moment, il lui fallait du repos ... pour se remettre les idées en place, pour commencer. Après tout, elle était toujours Commandante, et elle devrait continuer à assurer sa fonction comme si de rien n’était ... Comme elle avait toujours fait, à vrai dire.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: [bgkamael] Narya

Message par Meliäa » sam. 29 mai 2010 à 12h45

Tout d'abord il y avait eu la fuite de Kallistra. On n'avait pas pu la retrouver, et force avait été de constater qu'elle avait plus que probablement ingurgité le contenu d'une des fioles d'Iriss. Comme quoi, même les hautes sphères du pouvoir Kamael se rendait compte que quelque chose ne tournait pas rond. La jeune Kamaelle avait craint la nouvelle nomination, mais surtout les idées de ce nouvel Amiral, Kharnak. Elle avait bien remarqué que cela troublait aussi Kaedrick.

Et finalement, elle l'avait rencontré alors qu'elle s'était rendue à Giran pour quelques achats. Et il l'avait grandement surprise, et ravie, également. Selon lui, les hautes sphères leur cachaient un grand nombre d'informations. Il remettait la section des Ombres sur pied pour aller enquêter non pas chez les Cinq Races, mais dans les secrets de leur propres peuple. Cela serait extrêmement dangereux, mais elle ne s'était jamais sentie aussi vivante qu'en apprenant ce fait. L'amiral Kharnak semblait aussi plus tolérant face aux déviances, d'après ses dires. Il voulait rassembler le peuple Kamael dans son ensemble, sans distinction aucune. La seule fausse note fut la promotion qu'il comptait offrir à son second.

Elle fut troublée par cette sorte de mécontentement qui l'avait prise en entendant cela. Malgré toutes ces bonnes nouvelles, une sorte de nuage gris lui masquait le soleil. Vraiment, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi. Cette nouvelle position de Commandant leur donnerait plus de poids, plus de possibilité d'action, plus de pouvoir face aux autorités Kamaelles. Elle partit s'entrainer pour chasser ces pensées troubles de son esprit. Mais lorsqu'elle rentra au village de Dion où elle trouverait une passeuse, Kaedrick l'attendait.
La solitude lui pesait, apparemment. Elle ne fit aucune remarque, et l'entraina jusqu'à la passeuse pour retourner à Gevurah. Son second se posait des questions sur le nouvel Amiral, et ils allèrent s'installer au bord de la cascade pour en discuter calmement. Lorsqu'elle évoqua la promotion, elle sentit à nouveau son estomac se contracter. Redoutait-elle que son second accepte ? Oui, il fallait qu'elle se l'avoue, elle redoutait de se voir séparée de lui, après tout ce temps. Et les yeux acérés de son binôme qui l'avaient percée à jour ...

Elle posa les yeux sur le Kamael endormi sur la couche non loin d'elle. Ils avaient retrouvé leur liberté en buvant simplement une gorgée de liquide sucré. Narya avait été surprise lorsqu'elle avait appris que Kaedrick avait refusé la promotion, mais elle ne s'attendait pas à ce qu'il refuse pour rester à ses côtés. Même dans sa décision de boire la potion qui la séparerait de Nornil, il l'avait accompagnée. D'ailleurs, elle avait pris cette décision de concert avec l'Amiral et la Vice-Amirale, après leur avoir fait son tout dernier rapport. Eux aussi vivaient libres à présent.
Les paupières de l'ex-Capitaine se soulevèrent doucement, et les pupilles rouges se posèrent sur elle. Ses lèvres s'étirèrent en ce sourire qu'elle lui destinait toujours et qu'il lui avait avoué aimer. Il répondit par un sourire malicieux. Oui, désormais ils pouvaient sourire et exprimer leurs sentiments. Car si les Kamaels avaient longtemps refoulé leur existence, il en était parmi eux qui avait découvert leur valeur, et qui plus jamais ne les tairaient.

Peut-être s'étaient-ils affaiblis en ce jour en buvant cette fiole. Mais avec les mois qui avaient passé, Narya était à présent convaincue qu'ils avaient fait le bon choix. Kharnak et Drysha semblaient heureux eux aussi, la dernière fois qu'elle les avait vus. Et il en était de même pour Kaedrick et elle.
Elle caressa le visage de son compagnon de son aile, et se recoucha. L'ancienne race Kamaelle qui naissait dans des cuves était morte. La nouvelle était menée par l'acceptation de leurs sentiments, et de nombreux enfants étaient à venir. La main de Kaedrick se posa sur son ventre légèrement arrondi, et elle se laissa aller à nouveau dans les bras de Morphée, un sourire aux lèvres.

[Déclantage Effigientia]

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: [bgkamael] Narya

Message par Meliäa » lun. 11 octobre 2010 à 20h26

Elle avait été imprudente, Kaedrick le lui avait assez répété après qu'elle lui ait raconté ce qui venait de se passer. Mais tout en nourrissant leur fils affamé, elle n'avait pu s'empêcher de lui servir ce doux sourire qu'elle avait si souvent utilisé face à lui. Ce sourire qui voulait dire : "n'oublie pas qui je suis". Elle n'avait jamais rien fait au hasard, elle n'allait pas commencer maintenant. Et effectivement, elle pensait sincèrement que cette discussion avait été utile. Une naine avait entraperçu Kaeryan alors que Narya repartait dans un des portails des Dames des Portes. Mais il fallait que le monde ouvre les yeux.

Le bébé rouvrit ses yeux rouges et les posa sur sa mère, avant de geindre quelques instants, le temps que la jeune kamaelle se mette à le bercer doucement, le replongeant bientôt dans sa somnolence. Narya n'ignorait pas qu'elle avait risqué la vie de leur fils en l'emmenant ainsi à découvert, mais elle croyait toujours en ses talents de soldats qu'elle estimait suffisant pour repousser quiconque pourrait vouloir du mal à l'enfant. Du moins le temps de fuir, le cas échéant. Mais la situation avait pris une tournure surprenante. L'espoir avait même refait surface, après tout ce temps. Ce n'étaient pourtant que de simples questions. Des questions qui auraient pu paraître anodines ... mais Kaedrick comme elle savait qu'il faudrait beaucoup d'efforts et de temps pour que la mentalité de leur peuple évolue.

Le Kamael se posa finalement sur une chaise, non loin, comme vidé. La jeune mère observa son compagnon avec un regard un peu inquiet, mais elle savait qu'il se rendait compte qu'elle aurait protégé leur fils au prix de sa propre vie.

  • - Que vas-tu faire maintenant ? Demanda-t-il d'une voix déjà plus ferme.
    - Continuer à essayer de faire changer ce monde à ma façon. Il y a des choses qui doivent être dites, d'autres qui doivent être prouvées.
    - Est-ce vraiment à toi de le faire ?
    - Si je ne le fais pas, qui le fera ? Shalina nous a déjà précédés depuis bien longtemps. Je ne peux pas me perdre ...
Il se releva en même temps qu'elle, et Narya vint se serrer contre lui. Il avait besoin de réconfort. Besoin de l'assurance que le trésor qu'il avait découvert ne lui serait pas enlevé. A eux trois, ils étaient pourtant tout un monde qui se suffisait presque à lui-même ... mais l'enfermement ne pouvait leur convenir indéfiniment.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: [bgkamael] Narya

Message par Meliäa » mar. 24 mai 2011 à 19h38

Narya venait de rentrer à Gludin, et avait profité du soleil déclinant pour s'offrir une petite marche à travers cette forêt qu'elle connaissait maintenant par cœur. Kaeryan dormait paisiblement sur son épaule, suçant son pouce ; elle savait que la marche le berçait, comme toujours. La nuit ne tarderait pas à tomber, mais elle avait encore le temps d'aller au bord de la falaise pour observer le soleil se couchant sur la mer.
Ce fut sans trop de surprise qu'elle y trouva son compagnon, abîmé dans la contemplation des flots, perdu dans des pensées qu'elle savait tortueuses ces derniers temps. Non loin de lui se trouvait encore son épée, celle qu'il avait abandonnée là juste avant de partager la fiole qui les avait libérés avec elle. Ses cheveux fins lui caressèrent doucement la joue, portés par la brise marine à l'odeur salée. Les nuages parsemaient l'horizon, prenant des couleurs pourpres et or dans ce crépuscule grandissant.

Elle raffermit sa prise sur son fils, le remontant doucement contre son giron. Un sourire naquit sur ses lèvres, et elle dit avec douceur, approchant encore un peu :

  • - Encore dans tes pensées, Kaedrick ? Ne les rumine pas trop ou tu t'y perdras.
Il ne répondit pas tout de suite, clignant des yeux pour reprendre ses esprits. Son chapeau se trouvait dans sa main droite, qui reposait contre la rapière qu'il maniait maintenant en lieu et place d'arme. Narya connaissait sa frustration de ne plus être capable de manier l'épée des anciens qui lui avait été confiée à son diplôme de Berserker. Elle avait achevé de lui enseigner l'art de la rapière pour lui permettre de retrouver sa forme d'avant leur libération, mais il ne parvenait toujours pas à comprendre comment une simple ouverture de son esprit et de son corps avait pu entacher ses capacités à combattre de cette façon.
Il revenait souvent à cet endroit, où tout s'était déroulé, pour reprendre son calme et se ressourcer. Elle sourit en croisant son regard lorsqu'il se retourna. Tant de choses s'étaient produites ici. Tant de décisions avaient été prises. Tant de paroles apparemment anodines avaient été échangées, avant qu'ils ne se rendent compte tous deux de leur importance. Un sourire s'épanouit sur les lèvres de son compagnon, et elle lui tendit leur fils. Il accueillit le garçonnet endormi dans ses bras, avec une extrême douceur, comme s'il avait peur de le briser. Avec un babillage d'enfant endormi, Kaeryan se retourna, se blottissant un peu mieux dans les grands bras de Kaedrick. Comme il avait grandi depuis ces deux années ...

  • - Tu t’es déjà occupé du lézard ? Demanda-t-elle à Kaedrick, à mi-voix.
    - Oui, je voulais m’assurer que Kaeryan ne risque pas de voir ce spectacle macabre. Ce fouineur ne nous menacera plus, lui répondit-il de la même façon, tout en souriant en coin.
L'ancien soldat remit alors son chapeau à plume, avant d'enlacer sa compagne par la taille, et de l'entrainer vers la forêt.
  • - Rentrons. La nuit approche, et je préfère de loin vous voir au chaud, tous les deux.
Ils avaient jadis appris dans cette forêt que la liberté avait toujours un prix. L’armée d'Arviterre était loin d’être dissoute, et toujours aussi omnipotente sur l'île qui les avait vu naître. Kekropus s'entêtait à garder les Kamaels sous la loi de Nornil, qui les menait d'une main de fer, selon les anciens standards des Géants. Une telle façon de vivre n'avait plus lieu d'être depuis longtemps, mais des soldats dociles étaient tellement plus faciles à diriger que des individus possédant une conscience individuelle ... Narya et Kaedrick avaient décidé ensemble que tant que des miracles tels la naissance d’un enfant où la tendresse de l’être aimé existeraient, ils continueraient d’avancer, fidèle à leurs convictions. Ils n’abandonneraient pas ce combat… Jamais.
C'était pour cette raison que Narya avait cherché à rencontrer l'Armada. Elle avait prévenu en envoyant une missive, mais avait finalement pris l'initiative de leur rendre visite. Elle raconta à Kaedrick comment le Tierce Amiral de cette faction Kamaelle réunissant les rebelles s'était agenouillé devant elle, lorsqu'elle avait révélé quel rôle ils avaient tous deux joué dans la libération du peuple ailé. Comment Kaeryan avait attiré l'attention de Solenoee, une jeune Kamaelle qui l'avait accueillie amicalement. Elle lui rapporta également les faits inquiétants que Carrah lui avait annoncé.

  • - Des attaques sur les Kamaels ? Il fronça des sourcils.
    - Oui, il sembleraient que les nôtres ne soient pas en odeur de sainteté auprès des Sudistes.
    - Ça n'a rien de rassurant, Narya.
    - Je le sais. Ça n'a plus rien à voir avec quelques autochtones trop téméraires.
Ils s'arrêtèrent un instant. Leur maison les attendait, quelques pas plus loin, perdue au milieu de la forêt Gludinoise. Une petite chaumière, érigée par leurs soins, confortable bien qu'étroite. C'était leur maison, le premier endroit où ils s'étaient senti chez eux, en sécurité, ensemble. Narya caressa les cheveux de son fils pensivement.
  • - Le Tierce Amiral nous a offert des quartiers à Goddard, Kaedrick.
    - Tu sais pourtant que, pour le moment, je ne suis pas encore sûr de vouloir les rejoindre.
    - Ça n'a rien à voir, Kae. C'est pour notre fils ... Ils ne sont que ce que nous étions nous mêmes. Des Kamaels emplis d'espoir pour leur peuple ... Je ne leur ai rien promis. J'ai même dit que tu attendrais que notre petit ange ait grandi.
Un rire s'échappa de ses lèvres, qui fit lever un sourcil à l'homme ailé. Son visage afficha une moue perplexe.
  • - Elles ont été étonnées que ce soit le mâle de la maison qui s'occupe de notre enfant.
Il se radoucit, effleurant la joue de sa compagne, souriant en coin. La jeune Kamaelle ferma les yeux avec un sourire, au contact chaud et doux de sa main.
  • - Je te fais confiance, lui dit-il avec sérieux, avant de reprendre d'un ton où perçait de la moquerie. Mais évite de me faire passer pour plus peureux que je ne suis, veux-tu ?
    - Bien, mon Capitaine.
    - Viens, rentrons, fit-il après avoir ri doucement. Il fait nuit à présent.
Il l'embrassa, réveillant à demi l'enfant, qui geignit quelques secondes avant de se rendormir, bercé par son père. Puis ils entrèrent tous trois dans la petite maisonnette. La ville de Goddard serait un changement radical pour eux, mais ils savaient pertinemment que leur choix était fait. Ils sortaient finalement de l'ombre, figures d'un passé que beaucoup voulaient abandonner, mais également d'un présent dont ils avaient été des initiateurs. L'avenir réservait encore des surprises, et cela, Narya le savait. Tout comme Kaedrick ne pouvait l'ignorer sciemment.
Spoiler:
[Rapprochement avec l'Armada]

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: [bgkamael] Narya

Message par Meliäa » dim. 29 mai 2011 à 00h17

Elle regardait leurs maigres possessions. Leurs armes, quelques vêtements kamaels, divers ustensiles technologiques gardés du temps où ils servaient encore le Conseil, quelques babioles achetées à Gludin pour la naissance de Kaeryan. Bien peu de chose, à vrai dire, et pourtant cela résumait toute leur vie. Kaedrick dut sentir son désarroi, car l'une de ses mains se posa sur l'épaule frêle de la jeune Kamaelle. Elle se retourna et l'observa sans un mot, se serrant contre lui.

Trois ans. Trois ans s'étaient écoulés depuis qu'ils avaient bu la fiole et coupé tout contact avec Nornil et Arviterre. Et pourtant, il n'avait pas changé. Elle restait la même, extérieurement. Mais son escapade de la veille lui avait démontré à quel point elle avait changé. Une simple conversation avec les membres de l'Armada avait suffi à lui rappeler à quel point son "moi militaire" était différent de la femme qu'elle était aujourd'hui, et à quel point il avait été fastidieux de cacher sa véritable personnalité, autrefois. Mais elle avait rapidement recouvré ses réflexes de Commandante de l'Effigientia, alors même qu'elle n'était plus qu'une bleusaille, à présent. Il lui faudrait néanmoins faire honneur à sa réputation, et elle y mettrait toute son énergie.
Dès à présent, elle dissocierait Narya la militaire de Narya, la mère.

Son regard erra encore un peu autour d'elle, et se posa sur leur fils, qui babillait gaiement. Il avait des cheveux blancs mêlés de mauve, prenant un peu de chacun de ses parents. Narya songea avec un soupçon de culpabilité qu'elle avait même consigné ce fait, en plus de toutes les autres informations qu'elle avait pu récolter sur son état, et sur son fils. Un cristal mémoriel renfermait toutes ces informations, qu'elle remettrait à l'Armada. La Narya militaire avait eu la vie dure, quoi qu'il semblait, et à présent la kamaelle se rendait compte que ce n'était peut-être pas un mal.

  • - Il est bientôt l'heure, Narya, fit la voix de son compagnon.
    - Je sais. Empaquetons tout ça.
Un seul sac leur suffirait. Leur décision était prise. Pour protéger leur fils des attaques éventuelles des Sudistes, ils partaient rejoindre Goddard. Ils quittaient ce petit cocon qu'ils s'étaient construit ensemble. Leur pause prenait fin, comme avait dit Kaedrick. Narya préférait penser qu'ils prenaient un nouveau départ. Elle donna à manger à Kaeryan, qui était bien silencieux tout à coup, comme s'il comprenait qu'il se préparait quelque chose d'important. Le niveau de compréhension de ce petit bout de chou était parfois tout simplement prodigieux. Alors elle lui expliqua ce qui allait se passer. Il se contenta de la regarder de ses grands yeux rouges, un air grave sur son petit visage de poupée. Il ne pleura pas, ni ne geignit. Un vrai petit soldat. Elle se prit à lui sourire.

Sa décision était prise. Elle avait toujours laissé le choix à Kaedrick, même lorsqu'il était son second. Cela ne changerait pas maintenant. L'Armada lui offrait une place, et elle savait qu'elle la prendrait. Agir lui manquait, et elle tenait à terminer cette quête qu'elle avait commencée avec Kaedrick, trois ans auparavant. Et puis, cela leur donnerait un but.

  • - Il est temps. Partons.
Sa voix sonnait étrangement dans leur petite maisonnette silencieuse. Elle se leva, serrant son enfant contre elle, et rejoignit son compagnon qui se tenait debout près de la porte. Elle prit une inspiration, le regardant droit dans les yeux, et lui servit un sourire tendre. Puis ses traits reprirent la dure expression de la militaire, et elle sortit. Kaedrick la suivit, et ferma la porte derrière eux.

Ils tournèrent tous trois leurs yeux d'un rouge teinté d'or par le crépuscule vers l'avant. Vers l'avenir.
Spoiler:
[Clantage Armada]

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: [bgkamael] Narya

Message par Meliäa » lun. 4 juillet 2011 à 22h45

L'aube se levait à peine lorsqu'elle sortit du lit où dormait encore son compagnon. Silencieuse comme un chat, elle traversa la chambre qu'on leur avait allouée dans la Citadelle de Rune. L'état relativement correct des appartements auxquels elle appartenait à leur arrivée, leur fit comprendre qu'elle avait été utilisée par des Humains avant l'attaque de Rune. Du reste des humains de rang relativement haut - peut-être de la haute bourgeoisie ? - sans être nobles, au vu de la richesse apparente des lieux. Cela dit, Narya se plaisait ici.
Les précédents propriétaires aimaient les meubles d'apparence sobre mais aux lignes élégantes, et si l'on regardait de plus près les objets, on se rendait vite compte qu'il y avait toujours un détail discret présent pour donner plus de cachet à celui-ci. Une gravure, une bordure, un tissus ou une marquèterie particulière. La kamaelle jeta un dernier regard à Kaedrick, puis referma la porte menant au salon derrière elle.

Sa longue tenue de nuit lui caressa les chevilles lorsqu'une légère brise marine s'engouffra par la fenêtre que Narya venait d'ouvrir. Le soleil rougeoyant faisait scintiller la mer de mille feux. L'air était encore frais et sentait le sel. Elle sortit sur le balcon, offrant son visage et son aile à la lumière naissante du jour. Les feuilles d'un arbre bruissèrent non loin de là, quelques niveaux plus bas. Rune était une cité étonnante, et sa citadelle était faite pour protéger ceux qui se réfugiaient derrière ses murs. Grâce à cela, l'Armada avait été relativement épargnée par la peste. Et pourtant, aux yeux de Narya, elle était un véritable tombeau.
La veille encore, ils avaient perdu un des leurs, crachant du sang et se tordant de douleur. Cette fois pourtant, c'était leur médecin qui avait succombé. Ses mains se crispèrent sur la rambarde de pierre claire alors qu'elle ouvrait de nouveau ses yeux rouges pour faire face à l'immensité de l'océan. Ils avaient déjà perdu plusieurs soldats, mais là, ça commençait à faire beaucoup pour elle. Quelques fois, son cerveau fatigué faisait le rapprochement avec Gracia, et elle avait l'impression que tout recommençait.
De même lorsqu'elle avait rencontré cette Kamaelle, Yshali. Elles s'étaient assises toutes les deux sous le grand arbre qui se nichait au sein de la citadelle, sous une grande verrière. Pendant peut-être des heures, elles avaient parlé toutes les deux, de tout et de rien. Mais Narya en avait appris beaucoup. Tout comme une grande partie de ses unités au temps de l'opération Gracia, Yshali avait subi un formatage puissant. Puissant, mais pas assez pour effacer complètement sa vie antérieure, dans laquelle elle avait découvert des sentiments assez forts. En l'écoutant raconter ces flashes de souvenirs que la jeune Yshali subissait, Narya n'avait pu que sauter à cette conclusion sans même craindre de se tromper. Car c'était une information qu'elle possédait, en tant qu'ex-Commandant des Ombres. Les formatages ne pouvaient aplanir que jusqu'à un certain point les esprits des Kamaels. S'ils s'étaient éveillés trop "profondément" aux sentiments, un formatage ne suffirait pas à les éradiquer définitivement. Lorsqu'elles avaient parlé des sentiments, justement, Yshali avait montré une sensibilité rare. Cela avait mis du baume au coeur de Narya, dans ces temps troublés.

La brise fraiche vint une nouvelle fois caresser son visage et la rafraichir agréablement. Elle dormait très mal ces temps-ci. Son appétit décroissait de jour en jour. Son estomac était contracté en quasi permanence. Les cernes sous ses yeux devenaient plus profondes jour après jour. Mais elle n'était pas malade. En tout cas pas à proprement parler. Cela faisait déjà plus d'une semaine qu'elle avait envoyé un message à Goddard pour leur fils, et rien ne leur était revenu. Rien du tout. Rien qu'une grande absence de nouvelles.
Mais elle n'en faisait pas étalage. Elle gardait ce fait pour elle. Car Narya la militaire caquait à ses occupations comme à son habitude, fatiguée ou non. Elle consignait pourtant, comme toujours, toutes ses réactions, essayant de les étudier le plus objectivement possible. Elle comparait ensuite à la base de données qu'elle possédait encore sur les sentiments éprouvés par les Enfants des Dieux, pour essayer d'identifier ces ressentis. Cela aurait toujours une utilité si l'un de ses compagnons s'éveillait aux sentiments, et qu'il se trouverait déstabilisé par ces nouvelles sensations.

Finalement, alors que la lumière devenait aveuglante pour ses yeux, elle se détourna et rentra à l'intérieur. Elle tira les rideaux, et resta un moment debout, immobile au milieu du salon plongé dans la pénombre. Puis elle retourna dans la chambre, et ouvrit doucement la porte, qui coulissa sur ses gonds sans bruit. Kaedrick ouvrit ses yeux et la fixa. Son aile était cachée par les draps, et cela lui rappela d'autres souvenirs, de temps révolus.
Quelquefois, elle se mettait à regretter ce temps où - vêtus de la tenue un peu spéciale que possédait toutes les Ombres qui étaient sous ses ordres - elle s'était fait un nom dans le monde du mercenariat. Kaedrick et elle avaient accompli quelques contrats sous le couvert de noms et d'apparences d'emprunts, pour subvenir à leurs besoins, et ne pas perdre la main. C'était un temps où tout était permis, ou rien ne les entravait. Aacya et Zarick, les mercenaires. Tout cela était avant qu'elle ne tombe enceinte de Kaeryan.

Sa moitié se redressa sur un coude, et lui fit signe de le rejoindre. Elle se permit un rire. Un rire bref, et ne contenant que peu de joie. Puis elle le rejoignit, et oublia. Ses tourments s'envolèrent un instant.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: [bgkamael] Narya

Message par Meliäa » mar. 2 août 2011 à 18h06

Elle se tenait immobile dans le salon, debout derrière la fenêtre qui donnait sur le grand balcon attenant à leurs appartements. A son côté, Kaedrick lui aussi se tenait coi. Leurs regards rougeoyants et fixés vers l'extérieur, ils observaient, pensifs.

Ce matin-là, ils avaient été réveillés alors que le soleil se levait à peine par un bruit étrange provenant de la chambre adjacente, où ils avaient logé Kaeryan depuis son arrivée de Goddard. La jeune kamaelle s'était levée immédiatement, et avait été surprise de trouver le lit défait, mais vide. Affolée, elle avait couru auprès de son compagnon qui était resté dans leur chambre, mais lui aussi s'était volatilisé. En faisant volte face, elle l'avait pourtant aperçu, posté au même endroit qu'à présent, dans la pénombre. La fenêtre était entrouverte devant lui, et l'on entendait les embruns et le ressac, lointains, mais rassurants.
Kaedrick ne paraissait pas nerveux, à peine surpris. Un doigt posé sur ses lèvres pour lui imposer le silence, il fit signe à Narya d'approcher et de le rejoindre. Inquiète, elle se rapprocha aussi silencieusement qu'un soldat de sa trempe pouvait le faire. Et elle découvrit une scène qu'elle ne parvint pas à lâcher des yeux. Le bras de son compagnon vint enserrer sa taille avec fermeté, comme pour la rassurer. Elle se prit à sourire.

Il y avait presque trois ans déjà que leur fils était né. A présent, il parlait aisément, il posait trop de questions, il courait partout et voulait toujours tout découvrir. Il venait de passer plus d'un mois en leur absence, aux bons soins de Dame Drathir, et pourtant, ça n'avait pas l'air d'avoir la moindre importance pour lui. Il souriait toujours du même sourire plein de petites dents enfantines, il s'accrochait toujours à leur cou comme s'ils ne l'avaient jamais quitté ... et pourtant il changeait. Son petit corps grandissait jour après jour - et les mesures prises chaque matin par sa mère le confirmaient tout en permettant d'évaluer cette croissance - et il perdait peu à peu cet air de bébé joufflu pour gagner celui d'un visage d'adulte en miniature. Une chose fascinante pour les deux parents qui n'avaient jamais vu d'enfant grandir.
Et voilà qu'il se levait de lui-même tôt matin, pour se retrouver au calme sur le balcon. Et sous les yeux ahuris de ses parents, ce tout petit Kamael effectuait des exercices d'assouplissement. Il prenait des postures qu'il tenait consciencieusement, changeant toutes les deux minutes, ses petits sourcils froncés par la concentration. Narya se mordit la lèvre et se serra contre son compagnon. Drathir l'avait informée qu'il avait suivi les mêmes cours que son propre fils, Nirnill. Elle aurait dû savoir que la curiosité de son fils l'amènerait à se donner pleinement à ce qu'il faisait ... mais il était encore si jeune ! Elle était perturbée, tout comme Kaedrick semblait l'être. A quoi songeait-il en observant cette scène ? Elle ne pouvait malheureusement le deviner. Ses yeux rouges ne laissaient rien filtrer, et son visage était neutre.
L'étreinte de Kaedrick se resserra lorsque le petit Kamael commença à effectuer des mouvements sans équivoques. Il avait commencé à apprendre à se battre, à utiliser son corps comme une arme. La jeune femme se contenta d'observer, la mort dans l'âme alors même que la fierté lui réchauffait le coeur. Jamais elle n'avait voulu d'une vie dangereuse pour son fils. C'était d'ailleurs pour cela qu'ils s'étaient isolés dans la campagne Gludinoise, au premier abord. Mais à présent qu'elle l'observait, elle se rendait compte qu'il était né d'un peuple né pour se battre. Qu'il avait des parents qui se battaient pour lui offrir un monde meilleur. Que son ami Nirnill se battrait lui aussi. Que l'Armada n'était pas un clan de gentils Kamaels pacifiques. Kaeryan ne pourrait raisonnablement pas prendre un autre chemin ... il ne fallait pas se faire de fausses idées. Il ne valait mieux pas espérer qu'il se contenterait de vouloir devenir artisan ou diplomate ...

Le soleil pointa enfin au dessus de l'horizon, alors qu'une brise ébouriffait les cheveux blancs striés de mauve de l'enfant. Il ferma les yeux et se laissa tomber assis en tailleur, paumes ouvertes vers le ciel, ses petites mains posées sur ses genoux. Sa respiration sembla se ralentir alors qu'il semblait lutter pour garder sa concentration ; une vision si déroutante lorsque le protagoniste était un enfant aussi petit ...
Debout dans l'ombre du salon, dissimulés aux yeux de leur progéniture, le couple observait en silence. Dans les mains de Kaeryan se formèrent deux sphères d'énergie noire qui fluctuèrent doucement. Il avait également appris à faire naitre sa magie, et à l'appeler. Narya sentit sa main se crisper sur la peau tiède de Kaedrick. Ses lèvres s'étirèrent doucement alors qu'il la faisait se tourner vers lui en la prenant par les bras.

  • - Narya. Regarde-moi.
Elle resta silencieuse. Il la fit relever les yeux d'une douce poussée de ses doigts sous son menton. Leurs regards se croisèrent et il dit, sans la lâcher des yeux.
  • - Nous n'aurions pu l'éloigner de son héritage pour toujours. Même si ce n'était pas ce que nous souhaitions pour lui.
Elle ne put que se contenter de hocher la tête. Ce n'était pas qu'elle n'était pas au courant, ou qu'elle refusait d'y croire. Mais plutôt que depuis la naissance de son enfant, chaque moment passé avec Kaedrick et Kaeryan lui avait semblé comme tout droit sorti d'un rêve. Et cela faisait si longtemps qu'elle vivait dans ce rêve éveillé, que le retour à la réalité était d'autant plus cruel.
La chaleur des bras de son compagnon et la douceur de son aile l'enveloppèrent, alors qu'une larme coulait sur sa joue.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: [bgkamael] Narya

Message par Meliäa » sam. 19 novembre 2011 à 21h53

Sa rapière chantait en fendant l'air. Et elle retenait un large sourire alors qu'elle virevoltait, légère, insaisissable. Le sang l'indifférait, même si elle admirait la beauté des giclées de sang à chaque coup porté sur l'ennemi. D'infime gouttelettes, qui semblaient voler alors que le temps s'arrêtait. Elle vivait, intensément, pour la première fois depuis longtemps.
Le combat avait été ... presque trop simple. La reddition, rapide, suite à la mort de la souveraine du Royaume de l'Ouest et de quelques uns de ses proches. Mais Narya ne s'était rendu compte que le combat lui avait tant manqué que lorsqu'elle remit en pratique ces mouvements qu'elle avait délaissés pour la médecine et la famille.

Il y a déjà quelques temps, elle avait pris contact avec un des membres de l'Organisation des Soigneurs d'Elmoraden, organisation qui avait proposé de donner des cours à qui le souhaiterait sans discrimination aucune. C'est ainsi qu'elle avait fait la connaissance de Dame Eowyn, une elfe calme et avenante, avec qui elle sentait que la relation serait simple et agréable. Suite à cette initiative, que les Amiraux avaient tout de suite approuvé, elle avait accepté de suivre ces cours pour devenir ensuite Médecin de Rune référent pour les Kamaels. Le projet était le suivant, dans les grandes lignes : elle prenait ses cours et suivait la formation jusqu'au bout, pour ensuite pouvoir former à son tour d'autres Kamaels à ce poste.
Elle devenait également gérante de l'Hôpital de Rune, sous l'égide de Drathir Shebali, gérante de l'Hôpital de Goddard. Celui-ci étant encore en travaux, elle y prit part pour l'organiser à sa guise, selon les bon conseils de la Sombre. Il y fut installé une salle expérimentale, où la magie serait amplifiée à deux ou trois fois son efficacité naturelle ; la toile de sorts mise en place permettrait ainsi de catalyser la magie, et de soigner des plaies bien plus importantes avec la même quantité que pour une petite coupure. Fruit du travail des ingénieurs et scientifiques Kamaels, elle était la première en son genre. Pour tout le reste, c'était un hôpital comme les autres, ou presque ; Narya était ici chez elle.
Ce n'était que lorsque les vagues de réfugiés étaient arrivés qu'elle avait réellement pris possession des lieux. La ville auparavant vide - ou quasiment - de toute autre race que les Kamaels, ne lui avait pas vraiment donné l'occasion d'y accueillir des malades. Habitués à se donner les premiers soins sur le champ de bataille, et loin de tout véritable conflit, les Kamaels présents n'avaient absolument pas besoin de ses services. Et les rares autres habitants encore présents, comme par exemple quelques Nains, ne lui faisaient absolument pas assez confiance pour laisser leur santé entre ses mains. Dès lors que des files de réfugiés s'étaient créées, allant de l'entrée de l'hôpital jusqu'à leur campement de fortune, serpentant dans toute la ville basse, elle n'avait plus eu à se poser de questions.
Il avait été éreintant de s'occuper d'autant de gens en même temps. Mais elle savait qu'elle travaillait pour que les siens ne soient pas en danger, pour que la ville ne sombre pas plus dans la ruine, pour que ses supérieurs n'aient rien à redire de son travail. Mais en soignant ces gens perdus et faibles, elle songeait avant tout à son fils et à son compagnon. Au grand jamais elle n'aurait souhaité qu'ils ne tombent malades parce qu'elle avait négligé ses responsabilités. Et puis, après les horreurs qu'ils avaient dû fuir - leurs yeux hagards et leur teint hâve parlaient pour eux, même si on ne put en tirer aucune information concluante sur leur passé - elle leur devait bien un peu de gentillesse et d'aide, même si ses instincts de soldat refaisaient parfois surface, lui rendant insupportable leur vue. Un Kamael dans cet état aurait été achevé, ou emmené aux batteries de cuves pour un soin revigorant. Seulement, elle n'était plus sur Arviterre, et elle n'était plus seulement un soldat du Conseil.
Après les quelques visites de Dame Eowyn, alors que la majorité des quelques 20.000 réfugiés aient été soignés ou déclarés comme sains, Narya se sentait plus sûre d'elle. Oh bien sûr, il lui restait encore tant à apprendre qu'elle savait qu'il lui faudrait encore des mois, voire des années, pour être opérationnelle. Mais elle s'en donnerait les moyens. Et puis, il lui suffisait de poser les yeux sur ce tout petit garçon - qui refusait encore de parler, mais qui se remettait à s'agiter comme un enfant de son âge aurait dû le faire - ou encore cette vieille femme qui souriait lorsque ses enfants lui rendaient visite pour lui raconter leur nouvelle vie, ou même cette jeune femme - faisant partie de la première vague d'arrivants - qui était revenue lui annoncer qu'elle attendait un enfant, et qu'elle lui faisait toute confiance pour s'en occuper ... pour simplement savoir qu'elle voulait être digne de toute cette confiance, et continuer dans cette voie.

Ces derniers temps, elle rentrait chez elle épuisée, et s'endormait parfois en plein milieu d'une conversation. Elle voyait bien que cela inquiétait son fils, mais il ne pouvait encore comprendre. Pour lui, l'arrivée de réfugiés était une aubaine, tout simplement parce qu'il y avait beaucoup d'enfants de tous âges parmi eux. Il était rapidement devenu leur petite mascotte, et une fois que nombre de familles furent installées, on les voyait souvent jouer sans crainte dans les rues, peuplant l'air de rire cristallins et joyeux, lorsqu'il rentrait de Goddard avec son père.
Narya et Kaedrick confiaient Kaeryan au temple de Goddard, où l'enfant suivait des cours auprès de professeurs Sombres, offerts gracieusement par la maison Shebali. Narya savait bien qu'il y avait une contrepartie, et depuis qu'elle s'investissait pleinement dans la médecine, elle avait une meilleure idée de ce qui motivait Drathir. Mais elle ne lui en voulait pas, et profitait de l'aubaine ; la croissance d'un enfant Kamael en intéressait plus d'un, et son propre peuple avant tous les autres. Kaeryan ne semblait d'ailleurs ni maltraité ni traumatisé, et s'épanouissait doucement, heureux. La jeune maman continuait à le mesurer tous les matins, et notait chaque observation avec soin, pour un suivi constant. Si sa croissance avait été celle d'un enfant humain durant les premiers temps, il semblait à présent qu'elle ralentissait drastiquement, s'approchant de celle des peuplades elfiques.
C'était également pour cette raison que les cours qu'on dispensait à l'enfant intéressaient grandement Narya. Ceux-ci étaient adaptés à la croissance lente et progressive des Sombres, et l'on connaissait cette race pour leur souplesse, leur rapidité, leur talent magique, mais aussi leur esprit affuté. Récemment, Kaeryan avait commencé à apprendre la langue signée des Sombres - puisqu'on l'enseignait à Nirnill le dernier né de Drathir - et l'apprenait à ses parents pour pouvoir converser avec eux. C'était comme un jeu pour lui, et Narya apprenait avec intérêt cette nouvelle langue qu'aucun rapport de l'Effigientia n'avait répertoriée. Kaedrick se chargeait quand à lui de lui enseigner les pratiques Kamaelles le reste du temps, que ce soit la langue, l'histoire, l'art du combat ou la magie. Il ne s'était pas encore décidé à rejoindre l'ARMADA, préférant attendre de retrouver son plein potentiel avant de postuler pour devenir dissident ; ce qui ne l'empêchait pas de donner toute l'aide nécessaire, dès que quiconque en avait besoin.


La Kamaelle se laissa tomber assise dans un des fauteuils de leur salon avec un soupir, et ferma les yeux. Elle ne tarda pas à sourire, sentant les chaudes mains de son compagnons se placer sur ses épaules pour les délier avec un massage.

  • - Comme au bon vieux temps, hein, Kae ?
    - Oui. Je suis toujours aussi admiratif, rien n'a changé.
Elle rouvrit les yeux, posant sur lui un regard rouge empli de tendresse.
  • - Si, tout a changé, murmura-t-elle. À présent nous n'avons plus à nous cacher pour être heureux. A présent nous sommes libres ...
    - Sur ce point tu as raison. Mais ... ici, rien n'a changé.
Une main posée sur son torse, au niveau du coeur, il lui souriait doucement. Elle se leva et se blottit dans ses bras, puis lui déroba un bref baiser avant de venir murmurer à son oreille quelques mots. Le sourire ne quitta pas les lèvres du Kamael alors qu'il refermait ses bras sur sa compagne.
Un court instant plus tard, ils sentirent tous deux qu'on leur tirait les vêtements. Ils baissèrent les yeux et découvrir une miniature de Kamael, en train de frotter ses yeux ensommeillés, réclamant visiblement de faire partie du câlin. Un rire les prit, alors que leurs regards se croisaient, et que le petit se mettait à râler. Sa bouderie cessa toutefois rapidement, lorsque ses parents le prirent entre leurs bras, serrant doucement leur plus grand trésor contre eux. Ce petit miracle de la vie qui leur avait été offert. Ce bonheur simple que peu de Kamaels connaissaient.
Simplement aimer.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: [bgkamael] Narya

Message par Meliäa » dim. 20 novembre 2011 à 14h36

Annexe
Rapport de mission
Immatriculation : Narya
Objectif : Suivi médical des réfugiés de Rune

Entrée 1.
Lorsque les bateaux de fortune ont été aperçus par les sentinelles, nous avons eu un léger moment de panique. Était-ce encore une nouvelle menace qui tentait à nouveau de nous déloger de Rune ? Après Zaken et les Vampires, nous ne nous laisserions pas faire aussi facilement, c'était certain. Mais ils étaient des milliers ...

Quelques heures plus tard, les premiers bateaux accostaient au port, actuellement en phase finale de chantier. Les soldats envoyés sur place pour contenir l'arrivée massive d'on ne savait quoi envoyèrent immédiatement un messager à la Citadelle ; je fut celle qui le reçus, faute de présence d'un des Amiraux. M'ayant vu confier l'équipe médicale de l'hôpital de Rune, je pris les devants, et descendit à leur rencontre.
A peine débarqués, je remarquai que ces gens étaient tout sauf une menace pour nous. Ils mourraient de faim, il avaient nombre de blessés, ils étaient épuisés, et pour la plupart en état de choc. Des femmes, des enfants et des vieillards les accompagnaient. Bref, c'était tout un peuple en fuite que j'avais sous les yeux, arrivés dans des coquilles de noix fabriquées de toutes pièces avec ce qu'ils avaient sous la main.
Je commençais à craindre qu'une maladie telle que la peste ou bien pire n'ait été la cause de leur départ en si grand nombre, selon les derniers livres que j'avais consulté dans l'optique de mes nouvelles affectations. En l'absence des Amiraux, je dirigeai donc les naufragés vers un endroit où ils pourraient établir un campement de fortune, le temps que nous puissions organiser leur accueil. Les tentes et les abris de fortune se sont répandus comme mauvaise herbe dans et autour de la cité, en seulement quelques jours, c'était très impressionnant.
Proportions des réfugiés par Race
  • Humains : 40% ;
  • Elfes Blancs : 30% ;
  • Nains : 20% ;
  • Sombres : 7% ;
  • Orcs : 3%.
Nombre total estimé : 6.000.
Fin du rapport ...

Entrée 2.
Le Prime Amiral Hoel et le Vice-Amiral Aztothe ont lancé les procédures d'accueil, de recensement, et de rationnement il y a à peine quelques jours. Tous les réfugiés sont sommés de passer par mon hôpital avant même de songer à obtenir un logement, un métier, de quoi subsister. J'en ai pour l'instant vu à peine 5%, puisqu'ils n'ont débarqué qu'il y a une semaine.

Les têtes se succèdent, et leur expression reste la même. Je ne sais si je dois éprouver du mépris, de la pitié, ou simplement leur donner de la compassion, ou peut-être même de l'indifférence. Ils sont tous amorphes, démoralisés, dépressifs parfois. D'autres sont tellement faibles qu'il faut les porter. En somme, ils sont choqués, déboussolés. De plus, ils sont accueillis par un peuple qui leur est visiblement inconnu. Ceux que j'ai autorisé à ressortir sont déjà en meilleur état, et ils commencent à se rendre compte de la situation. Leurs regards incrédules et confus lorsqu'ils nous regardent me font craindre le futur. Il faudra surveiller cela.
Finalement, ils sont attachants, car perdus et fragiles. Je vois défiler toutes les races, tous les âges. Beaucoup d'entre eux ont simplement besoin d'eau, de nourriture fraiche et revigorante, et d'un peu de repos. Les lits de fortune s'entassent dans mes locaux, et je suis débordée de travail. Mais pour le moment, je n'ai vu aucun signe d'épidémie se déclencher. Dame Eowyn vient parfois me visiter, et m'aide à diagnostiquer certains cas qui me sont encore flous car plus complexes.
J'ai déjà dû déplorer quelques morts, car le voyage a semble-t-il été assez long pour que certaines blessures s'infectent gravement, à un point que même la magie n'aurait pas pu les sauver. Leur faiblesse extrême n'est pas pour les aider, et le choc qu'ils accusent tous - et qui les empêche visiblement de nous révéler quoi que ce soit - non plus. Ce sont plus souvent des personnes faibles, comme les enfants ou les personnes âgées, malheureusement. J'ai eu aussi quelques cas de femmes ayant perdu leur enfant à naître dans le sang et la douleur.
Nombre de morts déplorées à ce jour : 24.
Les rares cas que je considère dangereux sont mis dans une salle séparée des autres par un long couloir et des sorts de protection. Pour l'instant, je les surveille et les soigne de mon mieux. Évolution à surveiller également.
Fin du rapport ...

Entrée 3.
L'intégration se passe au mieux, et tous - ou presque - sont passé entre mes mains. Le campement de fortune se vide petit à petit, et nous avons eu la bonne surprise de constater que tous souhaitent rester à Rune. Ce ne sont plus des regards étonnés et curieux, voire craintifs qui nous accueillent, mais des sourires où percent de l'espoir. Les habitations de la ville basse et de la Citadelle retrouvent peu à peu des locataires, et la place du marché semble revivre par de petites échoppes - en plus de la distribution de rations se déroulant à cet endroit.
D'ici peu, certaines bâtisses seront entièrement remises à neuf, grâce au travail des quelques 4.000 réfugiés qui se sont mis au travail avec enthousiasme. Les bateaux de fortunes restants sont petit à petit détruits également, servant tout comme les abris de fortune à reconstruire la ville, qui était en piètre état. Le port lui aussi voit ses travaux avancer bien plus vite, et ses docks se repeupler de petit esquifs de pêcheurs à défaut de grands navires rutilants.

J'ai déjà pu libérer un grand nombre de personnes que j'avais catégorisé comme "à risque". Aucune grande épidémie ne s'est déclarée, mais mes lits sont toujours aussi pleins. Il faut à certains quelques jours, voire quelques semaines pour se remettre totalement. Mais j'ai gagné quelques mains secourables, et quelques aides qualifiées - du moins en herboristerie - alors tout va plus vite.

*un peu plus loin, le rapport reprend, comme laissé à l'abandon puis repris à la va-vite*

On vient de nous prévenir. Heureusement que nous sommes rodés ! Les sentinelles nous annonce un nouvel arrivage de bateaux de fortune, de taille approximant le premier débarquement. Environ 6.000 nouvelles âmes arriveront donc au port de Rune dans les prochains jours. Je dois prévenir les Amiraux que je vais manquer de matériel.
Fin du rapport ...

Entrée 4.
Je trouve enfin le temps de rédiger mon rapport.

Il y a moins d'un mois, 10.000 nouveaux réfugiés ont rejoint Rune de la même façon que les deux vagues précédentes. Nous n'en sommes plus aux premiers temps où tout manquait, et où nous avions du mal à nous organiser à cause de l'urgence de la situation. La ville est en grande partie reconstruite, les différents métiers d'artisans et d'ouvriers déjà fournis en main d’œuvre, les marchands ont recommencé à commercer, les logements se peuplent et les rues également.
Rune revit. Il y a beaucoup d'enfants, qui courent et jouent en riant gaiement, c'est une bonne chose. La bibliothèque a gagné quelques livres en plus - bien peu, mais cette information est à signaler ; le temple voit ses autels trouver un clergé approprié, et je crois que les nouveaux Runois apprécient cette neutralité qui tient à cœur aux Kamaels. De même, plusieurs ont témoigné que la garde Kamaelle les sécurisait grandement, tout simplement parce qu'elle semblait si bien entrainée.

Mes aides temporaires ont repris du service le temps de faire passer tous ces gens à la visite médicale. Nous dormions à peine, le nombre d'arrivant étant bien plus élevé que les fois précédentes. Mais à présent, nous avons éclusé la plus grande partie des derniers arrivés. L'hôpital a retrouvé son calme, et j'ai pu enlever petit à petit des lits de fortune. Les rationnements ne sont presque plus nécessaires, et nous recevons des fruits et légumes frais provenant de parties du continent où il fait plus doux.
J'ai fini par renvoyer mes aides, leur proposant tout de même d'aller demander un poste d'infirmièr(e) officiel à la Préfecture, pour ceux qui le souhaiteraient. Je songe à une toute autre proposition, en voyant parfois quelques enfants me rendre visite, guidés par mon fils qui semble s'être très bien intégré parmi eux. Nous ne pouvons laisser ces petits vagabonder dans la ville sans occupation. J'en ferais part aux Amiraux dès que la situation se sera calmée totalement.
Dame Eowyn est passée, et m'a aidé à diagnostiquer mes derniers patients. Ceux-là étaient les plus mal en point des derniers qui sont passés entre mes mains. Il n'y a parmi eux aucun signe avant coureur annonçant une épidémie, aussi je suis soulagée, car nous avons évité la situation de Schuttgart, que l'on nous a rapportée comme étant catastrophique. La ville est sauvée, et tous ces gens également. La rigueur kamaelle aura encore payé.
Fin du rapport ...

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: [bgkamael] Narya

Message par Meliäa » mer. 18 janvier 2012 à 18h07

La flamme de la chandelle vacillait doucement.

Dans sa chambre plongée dans une semi-obscurité, elle se morfondait depuis déjà une bonne journée. On avait prévenu sa famille qu'elle serait absente et injoignable, sans leur dire quand elle reviendrait ; Kaedrick n'était pas idiot, il comprendrait qu'il lui était arrivé quelque chose d'assez grave pour qu'on la cache à leurs yeux - ou du moins, ceux de leur fils. Un maléfice avait atteint ses yeux la veille au soir, et l'empêchait de sortir. Dès que la lumière solaire ou lunaire entrait dans ses pupilles, l'étrange fumée se déployait pour obscurcir ses iris et lui bloquer la vue. Le procédé était rapide - moins d'une minute pour la rendre totalement aveugle - et impressionnant ; la fumée se déployait dans ses yeux, pour finalement les rendre tout à fait noirs. Comme cela avait tendance à effrayer ses aides-soignant(e)s, elle fermait les yeux, simplement. Et alors s'éveillait pour elle un autre monde, qu'elle n'aurait jamais imaginé.
À cette heure-ci, tout l'hôpital s'était endormi, de même que celui qui avait été chargé de la surveiller, à en juger par la profonde respiration qu'elle pouvait entendre à travers le simple rideau qui servait de porte. Elle n'était pas vraiment blessée, ne sentait aucunement son corps l'informer d'un dysfonctionnement quelconque. Alors rester calfeutrée ne pouvait lui convenir plus de quelques heures. Séparée de ses armes et de son armure, on ne lui avait laissé qu'une longue tunique de lin pour tout vêtement, serrée à la taille par une ceinture sommaire - et trop fragile pour qu'elle puisse être utilisée pour menacer une vie, précaution prise pour tous les patients. Profitant du sommeil de son gardien, elle s'éclipsa sur la pointe des pieds vers l'extérieur de l'hôpital.
Pieds nus sur le dallage de pierre glacée, elle attendit que la douleur la prenne. Si cette brûlure l'avait dans un premier temps prise par surprise à chaque survenue, ça n'était plus le cas. Le phénomène était incompréhensible, mais prévisible. Restant le plus possible dans les ombres, elle évita deux gardes qui patrouillaient dans le Sanctuaire, puis s'arrêta, fermant les yeux. Elle sentit la brise venue du dehors lui caresser la peau et faire danser ses longs cheveux blancs, pour une fois libres dans son dos. Le feuillage de l'arbre se mit à frémir doucement. Une odeur ferrailleuse lui vint aux narines ; il pleuvait du sang, à l'extérieur. Elle fit quelques pas en avant, frêle silhouette claire dans la clarté lunaire qui baignait la salle souterraine, puis ouvrit grand les yeux, les levant vers le ciel visible à travers la verrière. Elle frémit à peine quand ses yeux se mirent à la bruler atrocement, laissant la vue du ciel étoilé remplir sa vision, avant qu'elle ne se brouille entièrement et ne disparaisse.

Alors que la douleur s'estompait, elle se laissa gagner par toutes les autres sensations qu'elle n'avait fait que découvrir depuis que le maléfice l'avait atteinte. Beaucoup de choses se révélèrent à elle. Ses bras s'ouvrirent, comme pour demander à ce que plus de sensations lui parviennent. Elle entendit les échos des pas des gardes qui s'approchaient, et sourit. L'Armada était repartie vers les cités du Sud, où sévissait une bien étrange Sombre, la laissant à l'arrière. Qu'aurait-elle pu apporter dans son état, de toute façon ? Une fois à la lumière, elle devenait aveugle. C'était ce qui l'empêchait de s'enfuir trop loin pour les rejoindre. Les pas des gardes se rapprochèrent. Elle ne fit que baisser les bras et se retourner vers eux.

  • - Qu'est-ce que vous faites, ici, Dame ? Demanda calmement le premier garde, un Orc - faisant sûrement partie des réfugiés arrivés il y a déjà quelques mois.
    - Il est déconseillé de sortir de chez soi la nuit, vous le savez, continua l'autre garde - un Humain, cette fois. Mais, attendez ... Ne serait-ce pas une tenue de l'hôpital ? C'est de là que vous venez ?
    - Oui, répondit simplement Narya.
    - Nous allons vous y ramener. Un instant d'hésitation, puis : Tout va bien, vous êtes sûre ?
    - Certaine. Il y a juste que ... je suis aveugle. Si vous m'aidiez, ça serait parfait.
Elle sentit leur hésitation. Mais ils la prirent chacun par un bras, et commencèrent à avancer. Ils n'avaient pas fait trois pas et se trouvaient toujours dans la clarté lunaire lorsque Narya s'effondra à genoux avec un gémissement contenu. Plaquant ses mains sur ses yeux, elle s'immobilisa, autant pour essayer de faire taire la douleur que pour se rassurer ; la sensation était désagréable au possible, comme si on tentait de lui retirer ses yeux. Un étrange bruissement se fit entendre, tandis qu'un des gardes maugréait, se demandant ce qu'était cette fumée noirâtre qui semblait sortir de ses yeux. Alors elle comprit, et sourit, attendant que la sensation de traction ne s'évanouisse.
Elle ne se détendit que lorsque toute pression sur ses globes oculaires fut partie. Fermant ses yeux au cas où il resterait un effet visible qui pourrait inquiéter les pauvres gardes, elle se releva, aidée par les deux hommes. Elle se laissa docilement entrainer jusqu'à la porte de l'hôpital, où son Gardien arrivait à peine, la cherchant partout depuis déjà plusieurs minutes. Elle souriait toujours lorsqu'il la ramena en la grondant gentiment. Cela avait mis le temps, mais elle avait attendu de tout coeur cet effet de sa nature si particulière. Car les Kamaels étaient la seule race a avoir une résistance magique très élevée ; si élevée que certains sorts de soin n'avaient aucun effet sur eux. Ce maléfice s'y était heurté comme de bien entendu, mais avait plus vaillamment résisté que ce à quoi la jeune Kamaelle s'attendait. Quatre longs jours avaient été nécessaire pour que la fumée soit obligée de quitter son organisme.

Sans protester, elle se recoucha dans son lit et tomba immédiatement dans un sommeil profond. Le combat contre cette malédiction aveuglante n'avait pas été reposant. Une chose était certaine : le lendemain, elle pourrait rejoindre son fils et son compagnon sans craindre de ne pas pouvoir admirer leurs visages.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: [bgkamael] Narya

Message par Meliäa » lun. 23 décembre 2013 à 01h10

Image
Une page se tourne, la victoire est acquise, et pourtant, c'est avec le coeur lourd qu'elle pénètre dans leurs appartements. Lourd d'avoir dû sacrifier trois personnes qui s'étaient battues pour la survie de leur monde à tous, lourd d'avoir eu peur, lourd de ne pas avoir su se proposer plus sérieusement. Mais elle n'était plus la kamaelle sans attache de jadis. Et encore moins maintenant.

Elle se rendit dans la salle d'eau et se dévêtit doucement. Il lui restait tout de même quelques écorchures, quelques bleus, quelques petites plaies. Pinçant les lèvres, elle entreprit de les traiter toutes. Et soudain, elle se retourna en position de combat, pointant sa rapière vers celui qui venait de pousser la porte. Une main douce se leva, venant abaisser l'arme doucement. Toute la pression se relâcha d'un coup, et elle se jeta dans ses bras, se blottissant contre lui.

  • — Je t'avais demandé de faire attention, fit-il avec des reproches dans la voix.
    — Tu savais que ça ne serait pas un pique-nique, je m'en suis bien tirée.
    — Narya ...
Il n'eut pas besoin de finir sa phrase. S'ils l'avaient su, les autres ne l'auraient pas laissée participer. Narya posa sa main sur celle de Kaedrick, qui caressait doucement son ventre naissant.

La jeune kamaelle laissa son compagnon de toujours l'entrainer vers le lui, où il lui offrit l'étreinte réconfortante qu'il lui fallait. Elle mit un temps infini à trouver le sommeil, revoyant tous les visages sereins de ceux qui les avaient quittés, et les visages troublés de ceux qui devaient les laisser partir. C'est en pensant au couple que formait Sinjin avec le régent d'Oren qu'elle put enfin sourire, et se laissa emporter par les songes. Là, en cet endroit où elle se sentait en sûreté. Avec sa famille.

Avatar de l’utilisateur
Meliäa
Antharas
Messages : 1429
Inscription : ven. 15 février 2008 à 17h16
Personnages : Narya, Kamaelle Libre
Elaëlin, Elfe empathe

Re: [bgkamael] Narya

Message par Meliäa » dim. 29 décembre 2013 à 13h07

Quinze années se sont écoulées depuis la victoire sur Krakatur. Mais le peuple sombre nous a une nouvelle fois réservé une surprise à la hauteur de leur folie. Un grand sacrifice a eu lieu et le monde a changé. Que pouvons-nous véritablement faire à présent ? Seulement survivre, rassemblés sur l'Île des Murmures avec les ruines d'un autre monde comme voisines. Après un autre cataclysme, la vie reprend petit à petit et notre nouvelle ville est devenu un endroit sûr, stable, et hétéroclite, mais le seul désormais vivable.
Notre seul foyer, à tous.

Répondre