Aldur

Ici se trouvent les BGs des héros décédés, paix à leurs âmes.

Modérateurs : Conseillers, Admins et GMs

Répondre
Essaion
Apepi
Messages : 40
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h18

Aldur

Message par Essaion » sam. 9 juin 2007 à 21h27

Un esprit divaguait par là, encore et toujours, très mystérieux, dénué de sens, sans raison… Le néant qui l’entourait n’avait d’images que ce qu’il y imaginait. Soudain, l'Esprit de Shilen, Déesse des Ténèbres, lui donna la vue. Alors, une image survint à sa création absurde : une main entourée d’une aura bleu sombre. Il ne semblait pas que ceci lui appartienne car il ne ressentait pas la sensation de possession. Il se découvrit alors un corps de couleur ténébreuse. Il commença la découverte de ce milieu encore inconnu : il semblait que c’était un endroit clos, toujours ombreux, avec une seule source de lumière, cette main irradiée d’une étrange matière. Cela lui plaisait. Il s’en approcha.

Cette chose paraissait étrange ; d’autant elle éclairait ce milieu, d’autant elle n’était pas éblouissante. Il décida de s’en approcher on ne peut plus prêt… Tout semblait calme, paisible, aucun bruit mis à part le léger sifflement de cette curieuse aura. Il l’effleura.

Soudain, une voix sortit de nul part et lui annonça : << Toi, inconscient que tu es, ton erreur te coûtera chère. >>
Restant indifférent, encore naïf et incapable de ressentir quoi que ce soit, il haussa les épaules… D’un coup, c’était comme si l'un des doigts l’avait transpercé, il se rendit compte de sa méprise.
<< Quelle arrogance ! On ne touche pas une représentation d'une divinité sans en subir les conséquences ! Tu vivras dans un corps de beauté, tu seras avide de pouvoir, tu n’existeras que pour me retrouver. >>

L’elfe noir ne dit mot, on ne lui avait pas encore attribué la parole, seulement la Voix semblait lire dans son regard tant expressif : la rancœur, l’incompréhension, un terrible désir de fracasser cette… chose. La Voix semblait être obnubilée par ce comportement et passa à l’action. Un éclair vint s'abattre, sorti de nul part, et alla le frapper en plein cœur.
<< Tu vivras dans le seul but de me détruire, ainsi tu pourras garder ta liberté ; en attendant, conserve ce sentiment d’injustice au fond de toi. Et pour être sur que tu n’oublies rien, je te maudis. Cette marque sur ton front en est le fondement, elle prendra possession de toi quand un sentiment de haine s'effleurera l'esprit. Elle te rendra plus fort mais en contre partie, ce Mal te rongera et tu finiras par mourir. Dans ce cas, tu ne pourras jamais retrouver ta forme originelle. Maudit sois-tu, Aldur ! >>




Il fut un jour, un être dépourvu de biens apparut, assoupi, à l’ombre d’un majestueux arbre peuplé d’étranges petites créatures. Allongé, à moitié la tête dans l’eau, il reprit soudainement connaissance. Il observa ce qui l’entourait : l’endroit n’était pas désagréable, plutôt lumineux, un doux parfum émanait de l’Arbre Mère. Il se mit debout maladroitement, puis essaya de mettre un pied devant l’autre. Il examina ses pieds, ses jambes, son bas de tronc, ses mains… Un mal inconcevable le fit se torde de douleur, se jeter à terre. Son front le brûlait énormément comme si une aiguille lui avait transpercé la tête.

Un souvenir lui vint à l’esprit, ces quelques mots : rancœur, liberté, vaincre. Son nom avait été prononcé : Aldur. Il se releva et fixa un point inconnu, droit devant lui. Un but, un seul : << La puissance, c’est tout ce qu’il me faut ! Je l’obtiendrai par tout les moyens. Les autres, qu’ils se débrouillent sans moi, m’accompagnent, mais si un seul me barre la route, il en subira les conséquences. >>

A cette dernière pensée, le Mal qui l’avait pris quelques minutes auparavant revint. Il retomba à genoux, la tête juste au dessus de l’eau. C’était une terrible vision qui s’offrait alors à lui. La marque qui ornait son front, n’étant qu'un point, il y a peu, s’étendait petit à petit, envahissant une bonne partie de son visage. Le pire n’était pas cette empreinte mais la pâleur de son visage. Il n’avait plus la peau sombre. Il était devenu elfe… Des gouttes perlaient sur ces joues.

<< Puisses-tu trouver la félicité dans ton cœur. Alors cette malédiction restera là où elle en est et tu pourras par la suite t’incomber à ta tâche. Porte sur le monde un regard sans haine. >>

Il avait pu apercevoir dans le reflet de l’eau un visage se former sur le tronc de l’arbre. Jamais une voix ne lui avait parut aussi douce, sereine et prenante. Quelle présence… Il lui fallait l’écouter, il lui fallait retrouver son corps et se débarrasser de cette Malédiction. Il s’aspergea le visage d’eau avant de se relever, le regard empli d’une obstination certaine. Mais il ne suivrait en aucun cas les conseils de cette voix malsaine :

<< Porter sur le monde un regard sans haine…? N'importe quoi ! >>
Essaïon/Tyty/Anrak/Phantasme et plus encore.

¤~ L'Esprit va où souffle le vent ~¤
¤~ Haze Maze

Essaion
Apepi
Messages : 40
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h18

Re: Aldur

Message par Essaion » lun. 1 septembre 2008 à 20h40

Longue fut son histoire, durant toutes ces années d’errance, ces aventures où il se fut retrouvé contre son gré ou non. Sa plus longue expérience a été d’être en contact avec Avarice, démon consacré à la recherche de monnaie ou de richesse matérielle, qui avait pris possession du corps d’un elfe sombre à l’esprit plus qu’instable, Garrett. Ce dernier avait mis en place une confrérie dans le but de retrouver un spécimen fort intéressant : un dragon rouge tapi dans les richesses d’une caverne des terres d’Elmoraden. Leur but premier était de s’emparer de cette fortune, du moins était-ce celle d’Avarice.

Au départ, Aldur n’avait que faire d’autant de richesse. L’or ne lui était d’aucune utilité face à son but premier, et il n’avait guère de temps à perdre avec ces futilités. Il se devait de retrouver Shilen au plus vite afin de lui montrer à quel point il la haïssait et, pourquoi pas, assouvir sa soif de vengeance en la détruisant. Car, oui, avec cette colère herculéenne, il se sentait d’humeur à terrasser n’importe quel dieu. Malheureusement pour lui, cette malédiction rétractait son courroux ; chaque fois qu’il tentait de se calmer les nerfs sur un passant, la marque damnée s’étendait sur son front, son visage, parfois même jusqu’à son buste, ce qui provoquait des douleurs horribles autant à son esprit qu’à son corps et l’empêchait d’aller jusqu’au bout de ses actes.

Cette délicate malédiction, peu fortuite, l’encourageait petit à petit à mettre fin à ces jours, car elle déjouait ses plans, ses convictions, son but ultime. Après tout, s’il mourrait, peut-être arriverait-il à anéantir Shilen même jusqu’aux Enfers, dans l’Outre-Monde ? Le jour où il était décidé à en finir avec ce sceau détestable, Garrett vint le retrouver. Il tenait dans une de ses mains, un parchemin enroulé, qu’il montra à Aldur.
  • Extrait du livre : "Dragons et mythologie : mon aventure" d' Helmmeir von Cartenali, Dragonologue de l'académie de D'Harathi...

    « Durant mon voyage, j'ai eu l'occasion de croiser un spécimen très surprenant, dissimulé dans la vallée des dragons, proche de la caverne d’Hardin : c'était un Dragon Rouge, probablement un enfant de Shilen, mais, contrairement à cette ligné supérieure, il n'avait rien de supérieur. Son apparence était pathétique. Il était horriblement maigre pour un Dragon. Ses écailles qui, habituellement, brillaient d'un éclat rouge vif était, en fait, d'une couleur ocre, particulièrement sale. Mis à part son apparence pour le moins peu admirable, il était doté d'un étrange comportement, ou du moins son esprit semblait plus que perturbé.
    En effet, il ne sortait jamais de son antre et restait jour et nuit sur un matelas d'or et de joyaux qui ferait pâlir le Grand roi des nains. Et il parlait à son trésor, comme à un ami. Mais, hélas pour moi, je ne comprenais pas un traître mot de ce qu'il disait exceptés ces rires ponctués d'un mot : "Avarice". Je ne puis, hélas, vous en dire plus sur ce spécimen car le temps m'est compté. Et je dois accomplir mon voyage vers la caverne de dame Onixya... Je ne saurai jamais ce qu'il adviendra de cette pauvre créature.
    »
Aldur avait compris dès que le nom de Shilen fut écrit qu’il aiderait Garrett. Il irait même jusqu’à annihiler ce dragon, création de la Déesse Perverse, pour lui prouver qu’il était toujours vivant et qu’il la chercherait jusqu’à son dernier souffle. Et c’est ce qu’il se passa à quelques détails près.
A l’aide de toute la confrérie de Garrett, ils trouvèrent la Caverne du Dragon Rouge et le terrassèrent. Il y eu bien sur quelques pertes, mais rien ne pouvait briser la satisfaction du chef de la troupe, et particulièrement d’Avarice, d’avoir pu se procurer un tel trésor. Lorsqu’ils eurent terminé de vider la grotte de tout son butin, Aldur resta devant la dépouille de l’ignominie. Il ne put résister à l’envie de crier ces mots :
« Regarde donc, Shilen, ta création pourrir devant moi ! J’exterminerai toute vie que tu as créée jusqu’à ce que tu te montres à moi ! Alors, enfin, je pourrai te maudire à mon tour, comme tu la fais, jadis, avec moi ! Je le jure sur cette dépouille ! »
Il s’entailla alors la paume de la main avec le bout d’une flèche et laisse perler le sang sur le Dragon sans vie.
Evidemment, Shilen ne répondit pas, mais, chose étrange, l’enveloppe inerte se mit à luire d’un éclat rouge vif. C’est alors qu’une voix extrêmement caverneuse s’adressa à lui, c’était l’esprit du Dragon Rouge :
« Sois serein, enfant haït de Shilen, car je connais le remède à ta malédiction… En gage de bonne foi, puisque tu m’as vaincu, je t’offre ma peau. Avec ces écailles immunisées contre la magie divine, tu couvriras ton corps afin qu’elles t’aident à rétracter la marque maudite. Ainsi, tu poursuivras ton but sans t’en soucier. Adieu. »
Il s’empressa alors de dépecer la bête à l’aide de sa dague de cristal. Stagger, le nain farouche de la confrérie, arriva sur ces entre-faits. Sans plus attendre, et sans trop d’explications, il l’aida en donnant forme aux écailles, en lui façonnant une armure légère qui collerait au corps du faux elfe. Puis avec le reste de la peau de la bête déchue, il entoura son arc. Aldur était maintenant préparé pour assouvir sa vengeance. Il ne voulut jamais l’admettre, mais le Dragon Rouge lui avait été d’une grande utilité pour la suite de sa tâche.

C’est ainsi, qu’après avoir quitter la confrérie sans plus attendre, qu’il s’amusa à arpenter les terres de nouveau les terres d’Elmoraden à la recherche de nouvelles victimes afin de soulager sa soif de représailles. Il se sentait plus qu’indestructible avec ce nouvel attirail. C’est ce qui lui valut la visite fortuite de deux sombres durant une nuit de pleine lune. Il prit alors connaissance de l’existence d’une guilde d’assassin, dirigée par l’un d’eux. Ils semblaient qu’ils avaient besoin de la force du faux elfe pour accomplir leurs contrats. Cette proposition ne déplut pas à Aldur, qui fut presque satisfait d’avoir quelqu’un qui reconnaissait sa puissance… Surtout des enfants de Shilen. Tant que ceci ne le détournerait pas de son but ultime, il accepta d’accompagner les deux sombres, Dyvhim et Ishtil, dont il ignorait les noms, jusqu’à leur repère. La guilde le confronta, comme l’exige leur règlement, à quatre épreuves qui lui permettra de devenir officiellement, à leurs yeux, un assassin de la Lune Noire.
Essaïon/Tyty/Anrak/Phantasme et plus encore.

¤~ L'Esprit va où souffle le vent ~¤
¤~ Haze Maze

Essaion
Apepi
Messages : 40
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h18

Re: Aldur

Message par Essaion » lun. 17 août 2009 à 07h14

L’intégralité de ses jours en tant que membre de la Lune Noire fut plus que bénéfique pour Aldur. Même s’il ne voulait pas l’admettre, et surtout pas devant les enfants de la Déesse du Vice, il en apprit beaucoup sur l’art de l’assassinat, dans un terme général : la dissimulation, l’espionnage, le changement de personnalité contrôlé, l’empoisonnement, et plus si affinité. Tout ceci pour mieux tromper les futurs victimes des différents contrats que le groupuscule se devait d’exécuter en échange de sommes plus ou moins importantes.

Un jour, l’un des compagnons du groupe, si l’on peut dire ‘compagnon’, Ishtil, proposa au faux elfe de l’emmener à son village natal, dissimulé sous terre. A vrai dire, ils avaient parlé de l’origine d’Aldur et comment il avait pu se retrouver dans cette situation, dans ce corps qui était maintenant, malgré lui, le sien. Quand il fit description de sa faute commise qui avait entraînée son châtiment, son associé tiqua à la description d’une main sortant du sol, entourée d’une aura bleutée. Il s’agissait simplement d’une structure à l’intérieur même du village principal des elfes sombres, lieu dont Aldur ne voulait sous aucun prétexte entrer, sachant qu’on l’y chasserait de force, à cause de sa couleur claire.
Et, pourtant, cette invitation le fit vibrer intensément. Et Ishtil n’en loupa pas une miette, laissant échappé non négligemment un rire railleur.

Ce ne fut pas ce qu’on appelle une expérience constructive. La folie s’était emparée du pâle à l’instant même où il vit cette main. Il avait blasphémé haut et fort, devant une horde de sombre, à mainte reprise, le nom de Shilen, mis à terre nombre de ses observateurs ahuris, entaillé la structure de pierre qui lui avait valu son exil en attendant le moment où il pourrait enfin La voir se manifester devant ses propres yeux emplis d’une haine qui l’avait corrompu toutes ses années. Il avait fini par perdre connaissance, aveuglé autant par son ressentiment que par la malédiction qui s’était emparé à nouveau de lui, malgré son attirail qui était censé le protéger de ces crises. Son associé l’avait tiré de là in extremis car les sombres qui s’agglutinaient autour d’eux pour observer la scène n’étaient plus propices à le laisser profaner leur village. Il l’avait porté jusqu’à leur maisonnette camouflée, à Gludio, où il l'avait laissé somnoler plusieurs jours.
Du moins, c’était ce que lui avait raconté Ishtil, car lui-même n’en garda bribes de mémoire.

A son réveil, Aldur s’exila.
Il prévient juste un tantinet Dyvhim qui le laissa partir, sans broncher, en laissant juste un lourd regard chargé de sous-entendus traîné sur l’elfe.

A son retour, il apprit par les commérages que la moitié des membres de la Lune Noire avaient trépassé durant un soulèvement des sombres pro Shilen. Il ne prit même pas la peine de savoir ce qu’il était advenu des survivants, car ils avaient tous baissé dans son estime, qu’il avait eu du mal à se faire.
Durant son exil, il s’était assagi. Il était maintenant plus posé, plus apte à réfléchir dans des situations quelconques. C’est le ce qui rendit encore plus perfide qu’il ne l’était déjà. Sa haine était maintenant réfléchie et son accomplissement, donc, nécessaire pour sa propre sauvegarde et son amour propre. Son idée d’apporter le chaos sur le monde de quelque manière que ce soit devint encore plus encrée dans son esprit. Tromper, pervertir, détruire, agiter… Il deviendrait extrémiste envers toute religion, toute forme de culte envers quelqu'un ou quelque chose, détroneur de paix, faiseur de chaos...

Tout ça, paraissait prometteur.
Essaïon/Tyty/Anrak/Phantasme et plus encore.

¤~ L'Esprit va où souffle le vent ~¤
¤~ Haze Maze

Essaion
Apepi
Messages : 40
Inscription : sam. 9 juin 2007 à 21h18

Re: Aldur

Message par Essaion » lun. 17 août 2009 à 07h15

Portrait

Image
Essaïon/Tyty/Anrak/Phantasme et plus encore.

¤~ L'Esprit va où souffle le vent ~¤
¤~ Haze Maze

Répondre